Forfaits raccourcis, téléphones plus coûteux

Offert par Les affaires plus


Édition de Mai 2014

Forfaits raccourcis, téléphones plus coûteux

Offert par Les affaires plus


Édition de Mai 2014

Par Didier Bert

Depuis le 2 décembre 2013, les contrats de service de communication cellulaire durent deux ans. Conséquence principale de cette décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) : les prix des forfaits repartent à la hausse.

Les offres qui comprennent un téléphone ont vu leur prix s'enflammer. Logique, puisque le téléphone doit être payé aux opérateurs de téléphonie cellulaire en moins de temps, sur deux ans au lieu de trois ans auparavant.

Les forfaits qui incluent un iPhone récent ou le dernier Samsung sont ainsi passés d'un minimum de 50 dollars à plus de 70 dollars par mois. Cependant, les opérateurs ont aussi réagi au changement de réglementation en diminuant leur offre, réduisant par exemple la quantité de données.

Chez les grands opérateurs comme Bell, des téléphones intelligents de gamme intermédiaire comme ceux de Sony, HTC et BlackBerry sont offerts gratuitement avec un forfait. Mais vous devrez vous contenter d'un forfait voix et données de base, soit 150 minutes et 200 Mo de données, pour 50 dollars par mois. C'était le prix proposé l'an dernier pour l'appareil dernier cri d'une marque prestigieuse.

Telus a fait passer de 14 à 20 dollars le paiement mensuel des téléphones offerts avec un contrat. Les forfaits voix et données affichent les hausses conséquentes. En ce qui concerne les données, certains forfaits ont presque doublé. Cependant, les utilisateurs inscrits sur un même compte peuvent partager ce type de forfait, ce qui permet d'amortir les frais.

Rogers a trouvé une nouvelle idée pour fidéliser sa clientèle malgré le raccourcissement de la durée des contrats. Son programme Rogers Express permet de changer de téléphone chaque année. L'option coûte cependant 24,99 dollars par mois... auxquels il faut ajouter des frais quand la valeur du nouvel appareil dépasse 250 dollars. Et vous devrez rendre l'ancien téléphone. Il faut être certain de changer d'appareil chaque année, sinon vous payez l'option pour rien.

Chez Vidéotron, la fidélisation passe par des prix inchangés malgré la nouvelle réglementation. Les forfaits pour téléphones intelligents s'affichent encore entre 49,95 dollars (voix illimitée et 500 Mo de données) et 71,95 dollars (voix illimitée et 6 Go de données) pour le plus cher.

Apportez votre téléphone

Vous avez toujours profité d'un téléphone compris dans le forfait cellulaire ? Il est probablement temps de changer de stratégie. Désormais, l'inclusion dans le contrat sera si coûteuse qu'il faut envisager d'acheter un téléphone non subventionné.

Chez Bell, on vous offre une remise de 20 dollars sur le forfait voix et données de 70 dollars si vous venez avec votre téléphone. Comme le contrat est d'une durée de 24 mois et qu'on vous aurait demandé une participation de 49,95 dollars sur un Nexus 5, par exemple, il vaut mieux garder plus de 500 dollars dans votre poche pour vous payer le même téléphone ailleurs. Intéressant, quand on sait que Google vend le Nexus 5 à 350 dollars !

Et chez Telus, le forfait Partagez Plus commence à 75 dollars à l'achat d'un nouveau téléphone... mais à 35 dollars seulement si vous apportez votre téléphone déverrouillé.

De son côté, Koodo vous accueille, vous et votre téléphone, avec un rabais de 10 % sur ses forfaits.

Survivre dans la jungle des forfaits

À cause de nombreux opérateurs qui offrent chacun des dizaines de combinaisons de forfaits possibles, il est ardu de savoir quel forfait répond de façon optimale à nos besoins. Il peut être judicieux d'utiliser des comparateurs en ligne pour relever ce défi. Nous vous présentons ici les comparateurs disponibles en français pour le marché québécois.

Celagora (www.celagora.com)

Mis à jour plusieurs fois par semaine, Celagora.com recherche les forfaits à la manière des comparateurs de billets d'avion. Indiquez la quantité mensuelle de voix et données souhaitées, et le site affiche les offres correspondantes chez 12 fournisseurs.

Snoobe (www.snoobe.com)

Cette application pour téléphone Android analyse vos dernières factures et recommande le forfait le mieux adapté à vos besoins parmi une centaine d'offres. Vous pouvez télécharger l'application sur le site www.snoobe.com, qui se présente comme le Robin des Bois de l'industrie du sans-fil.

Comparaison Cellulaires (www.comparaisoncellulaires.com)

À la manière de Celagora, ce site compare les offres de forfaits. Le résultat est plus lent à obtenir, mais vous pouvez préciser davantage vos besoins. Par exemple, Comparaisoncellulaires.com tient compte de votre localisation et du détail de vos données (iPhone, BlackBerry, SMS).

À la chasse aux forfaits cachés

Si vous trouvez un forfait moins coûteux sur l'un de ces comparateurs de forfaits, demandez à votre opérateur actuel de vous faire une contre-proposition. Les fournisseurs de téléphonie cellulaire disposent d'une marge de manoeuvre sur leurs forfaits officiels pour retenir les clients prêts à rompre leur contrat. Si vous n'obtenez pas satisfaction, demandez à parler au superviseur de votre interlocuteur. Celui-ci détient un pouvoir de négociation plus important.

***********************

Le nombre de contrats de téléphonie cellulaire au Canada : 25 millions

Pourcentage d'utilisateurs abonnés à un service prépayé : 22 %

Pourcentage d'adultes québécois qui ont un téléphone intelligent : 44,4 %

Pourcentage d'adultes québécois qui ont un téléphone cellulaire de base : 39,8 %

Paiement moyen par abonné, par mois : 58 $

Source : Cefrio, Rapport de surveillance des communications du CRTC, décembre 2013

***********************

15 jours

C'est le temps d'essai dont vous disposez pour pouvoir retourner votre téléphone cellulaire à l'opérateur.

***********************

Commet résilier son contrat

Si votre contrat de téléphonie cellulaire a été souscrit après le 30 juin 2010, vous avez le droit d'y mettre fin en tout temps, verbalement ou par écrit. Privilégiez le courrier recommandé.

Vous pouvez exiger l'arrêt immédiat du contrat, sans préavis. Dès la fin du contrat, aucun service ne pourra plus vous être facturé.

Les frais d'annulation maximaux correspondent au plus petit des deux montants : 50 dollars, ou 10 % du prix des services prévus au contrat qui n'ont pas encore été utilisés. Par exemple, si vous brisez un contrat de trois ans alors qu'il y reste 10 mois à 70 dollars chacun, vous paierez le plus petit de ces deux montants : 50 dollars, ou 10 % de 700 dollars, soit 70 dollars, donc 50 dollars dans ce cas.

Toutefois, si vous aviez bénéficié d'une subvention de l'opérateur sur le prix d'un cellulaire, les frais d'annulation maximaux ne se limitent plus à 50 dollars. Ils sont alors calculés ainsi : les frais dus représentent la portion non amortie de la subvention. Par exemple, pour un téléphone d'une valeur de 480 dollars offert avec un forfait de deux ans, calculons les frais d'une annulation à 10 mois de la fin du forfait. L'amortissement de 480 dollars sur 24 mois représente 20 dollars par mois. Donc, pour les 10 mois restants, les frais d'annulation seront d'un maximum de 20 x 10, soit 200 dollars.

Attention : les rabais sur les services ne permettent pas à l'opérateur d'augmenter les frais d'annulation.

Enfin, si le contrat était de durée indéterminée, le calcul s'effectue comme précédemment, mais se base sur une durée maximale de 48 mois.

Si le contrat a été conclu avant le 30 juin 2010, l'opérateur peut exiger un préavis et des frais d'annulation prévus au contrat. Tentez de négocier avec votre fournisseur pour réduire ces frais. S'il refuse, communiquez avec l'Office de la protection du consommateur (www.opc.gouv.qc.ca/contact/consommateur/), qui vous indiquera les recours possibles en fonction de votre situation.

À la une

Bourse: comment s'inspirer des plus grands investisseurs de l'histoire

BALADO. François Rochon commente les philosophies de Philip Fisher, Peter Lynch, Benjamin Graham et Warren Buffett.

Qui sont les détaillants qui vous font sentir en sécurité?

Peu d’entre eux auraient pourtant fait preuve de réelle innovation dans leur façon de s’approprier les consignes.

À surveiller: Banque Nationale, Saputo, Stingray

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Saputo et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.