Ils arrivent à tirer le maximum de chaque dollar dépensé

Offert par Les affaires plus


Édition de Novembre 2016

Ils arrivent à tirer le maximum de chaque dollar dépensé

Offert par Les affaires plus


Édition de Novembre 2016

Comment font-ils ? Confidences de pros de la consommation futée.

Manon Laprise a toujours dépensé sans compter. Malgré son modeste salaire d'adjointe administrative, cette Longueuilloise de 51 ans n'hésitait pas à couvrir ses proches de cadeaux, entretenait à bout de bras la maison où ses trois adolescents vivaient à mi-temps et se déplaçait en SUV. Apporter son lunch au bureau ? Ce n'était pas dans ses habitudes.

Jusqu'à ce que la dépression la rattrape, il y a près de trois ans : dettes et obligations financières avaient fini par saper sa santé psychologique.

«L'argent a toujours été mon talon d'Achille, raconte-t-elle. J'étais tellement prise à la gorge que je me demandais quelle facture j'allais payer ce mois-ci. Je survivais plutôt que je ne vivais.»

Pour Manon Laprise, le salut passait par la vente de sa résidence, une option qu'elle a mis deux ans à apprivoiser. Elle vit désormais dans un appartement et a remplacé son véhicule utilitaire par une voiture plus petite. Non seulement elle ne reviendrait pas en arrière, mais elle a aussi trouvé une foule d'astuces qui lui permettent de maximiser chaque dépense sans se priver. Son truc numéro un ? Le bon vieux système de l'enveloppe.

«À chaque paie, je prends 200 dollars par semaine pour l'épicerie, l'essence et les petites dépenses. Tout est budgété : un resto, une coupe de cheveux, un cadeau d'anniversaire.» Manon Laprise fait désormais l'épicerie avec une calculatrice, et s'assure régulièrement qu'elle ne dépasse pas son allocation hebdomadaire. «Je fais ma liste, je planifie mes repas en fonction des aubaines et je calcule. C'est comme pour un alcoolique : je sais que je dois faire attention.»

La spirale des besoins

Des consommateurs de la classe moyenne étranglés par les dettes, Hélène Hétu en rencontre chaque semaine. Conseillère budgétaire à l'ACEF Rive-Sud de Montréal - c'est d'ailleurs elle qui a aidé Manon Laprise à sortir de l'impasse -, elle remarque qu'une majorité de familles ne font pas de budget et jonglent dangereusement avec le crédit.

Un exemple : elle a récemment reçu un couple proche de la cinquantaine qui songeait à déclarer faillite. «Ils cumulaient huit ou neuf cartes de crédit à deux et ne parvenaient plus à rembourser les montants minimum. Malgré tout, ils hésitaient à faire faillite : ils ne voyaient pas comment ils pourraient boucler sans accès au crédit...»

Serait-ce que la vie coûte plus cher qu'il y a 20 ans ? Pas nécessairement, répond Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins, avec qui Les Affaires Plus a fait l'exercice de comparer les prix des principaux biens et services au Québec sur les 20 dernières années (lire «Variation du prix à la consommation 1995-2015» en page 26).

«Entre 1995 et 2015, les revenus après impôts et inflation des Québécois ont augmenté de 3,1 %, et l'ensemble des prix, d'environ 2 % par an. Plusieurs consommateurs se plaignent que tout coûte plus cher, mais dans les faits, on oublie que le prix de certains biens et services monte, tandis que d'autres baissent.»

Si les familles ont souvent l'impression que le coût de la vie grimpe plus vite que leurs revenus, c'est que leurs besoins ont décuplé au cours des dernières décennies, analyse le sociologue Simon Langlois, de l'Université Laval. C'est particulièrement le cas dans les classes moyennes, dit-il.

«Aujourd'hui, par exemple, posséder un téléphone intelligent et une tablette est jugé essentiel pour communiquer. Même chose pour le voyage dans le Sud : si on y goûte une fois, on aura les mêmes attentes l'année suivante. Y renoncer entraîne un sentiment de privation relative.»

Réhabiliter Séraphin

Économiser sans se priver, soit. Mais est-il possible de payer tout moins cher que ceux qui ne regardent pas à la dépense ? Oui, à l'exception des biens dont le prix est réglementé, comme le lait ou les œufs, estime Deny Bélisle, professeur au Département de marketing de l'Université de Sherbrooke. «C'est même notre devoir de consommateur de nous informer, de poser des questions et de comparer les offres et les prix afin de prendre une décision éclairée», dit-il.

Or, à l'ère de l'hyperconsommation, ce comportement est peu valorisé socialement, remarque le chercheur. Radins, chiches, séraphins, cheap... Les sobriquets méprisants ne manquent pas pour désigner les consommateurs prêts à tout pour trouver la bonne affaire. «Au contraire, chercher à faire les meilleures affaires possible, c'est un bon comportement social ! Plus les consommateurs sont vigilants, plus ils exercent des pressions à la baisse sur les prix. D'un point de vue collectif, il est peut-être temps de casser les connotations négatives associées aux comportements avisés.»

Ce n'est certes pas Pierre-Yves McSween qui le contredira. Ce comptable professionnel agréé et chroniqueur économique a récemment publié En as-tu vraiment besoin ?, (Guy Saint-Jean, Éditeur), un portrait vitriolique de la surconsommation qui fait un tabac en librairie. «Il faut revaloriser la personne qui a n'a pas les moyens de posséder une voiture ou un sac Louis Vuitton. C'est elle, la plus intelligente !»

Son côté radin, Béatrice Bernard-Poulin en a fait sa marque de commerce. Cheveux roses et blonds élégamment noués, ongles soignés, vêtements à la mode : à 29 ans, la fondatrice du blogue Eille la cheap ! n'est pas exactement une adepte de la simplicité volontaire. Pourtant, elle rechigne à dépenser les dollars qu'elle gagne laborieusement comme communicatrice pigiste.

Son blogue recèle d'ailleurs 1 001 trucs pour épargner sans avoir le sentiment de se priver, notamment en matière de mode et de voyages, ses deux dadas. Même si elle n'a jamais touché un revenu supérieur à 32 000 dollars par an au cours de sa vie professionnelle, la blogueuse fait au moins deux voyages par an et s'offre de petits luxes à l'occasion. Tout est question de choix, dit-elle. Elle habite une copropriété du centre-ville de Montréal acquise par son père - un comptable qui ne lui a pas légué sa bosse des maths, dit-elle en riant -, à qui elle verse un loyer ; se déplace exclusivement à pied ; règle en entier le solde de sa carte de crédit chaque mois ; et s'accorde une enveloppe de 100 dollars par semaine pour les dépenses courantes.

En janvier prochain, elle se rendra pour une troisième fois en Australie, sa destination fétiche. Prix régulier d'un billet aller-retour depuis Montréal : environ 2 200 dollars... «Mais comme je suis abonnée à l'infolettre d'Air Canada et que mon horaire de pigiste me permet de partir n'importe quand, j'ai pu mettre la main sur un billet pour la moitié du prix. Quant au séjour, j'accepte le fait que mon budget ne me permette pas tout et je choisis mes activités en conséquence.» Histoire de bien boucler le budget, elle séjournera dans une auberge de jeunesse, où elle pourra préparer ses repas.

D'ailleurs, plus tôt on acquiert ces réflexes de frugalité financière, plus ils portent leurs fruits, croit Pierre-Yves McSween. «C'est entre 15 et 35 ans qu'on prend de mauvaises décisions financières qui nous plombent pour le restant de nos jours, dont celle de surconsommer.»

Branchés, mais fauchés

Signe des temps, parmi les dépenses courantes des ménages, un autre poste budgétaire que l'alimentation a récemment connu une augmentation sensible : les services de télécommunications et de téléphonie, dont les coûts ont grimpé de 28,5 et 32,4 %, respectivement, entre 2005 et 2015 au Québec, selon l'Indice des prix à la consommation (IPC) de Statistique Canada.

«On s'est créé un besoin, note Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins. Ces services gonflent les dépenses de façon récurrente chaque mois, surtout si plusieurs membres de la famille les utilisent.»

«J'ai vu des gens qui avaient des forfaits de télécommunications de 400 dollars par mois, renchérit la conseillère budgétaire Hélène Hétu. Mais quand on leur suggère de réduire cette dépense, ils excluent souvent cette option.»

Il y a pourtant moyen d'épargner beaucoup d'argent sur les frais de téléphonie et d'Internet, assure Julien Valois-Francoeur, avocat spécialisé en droit de la consommation et en télécommunications. Mais comme Bell et Vidéotron se partagent de 80 à 90 % du marché québécois de l'Internet et de la téléphonie, de nombreux consommateurs sont victimes de «l'effet Goliath» et quand vient le moment de s'abonner à ces services, ils se tournent spontanément vers l'un des oligarques, constate-t-il.

Et pourtant ! «Si les gens magasinaient, ils verraient qu'il y a beaucoup d'autres solutions pour moins cher. Les entreprises indépendantes telles qu'Electronic Box, Acanac, Distributel, Colba ou Teksavvy offrent des forfaits Internet qui coûtent 20 % de moins environ et offrent une bande passante de deux à trois fois plus grande que les acteurs majeurs. Et comme leurs tarifs sont soumis à la réglementation du CRTC, ils n'augmentent pas trois fois par année.»

Même chose pour le téléphone filaire : des fournisseurs indépendants de téléphonie IP - communication vocale via un ordinateur - offrent des services pour quelques dollars par an, voire gratuitement, alors que chez Bell ou chez Vidéotron, la ligne fixe de base coûte autour de 40 dollars par mois. «La technologie fonctionne bien, mais ces fournisseurs offrent peu de soutien technique. Sauf qu'à ce prix, on est peut-être prêts à accepter une coche en dessous côté fiabilité et service à la clientèle.»

En outre, méfiez-vous des forfaits à rabais multiservices que proposent les grands acteurs des télécommunications, et magasinez vos services à la pièce - Internet, téléphonie, câblodistribution - pour économiser au maximum, suggère Julien Valois-Francoeur. Ça vous semble compliqué ? Vous n'avez pas la fibre techno ? «Payez-vous les services d'un wiz-kid qui peut vous installer ça ! Dès la deuxième année, vous aurez de 200 dollars à 500 dollars de plus en poche.»

Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Procurez-vous Mon téléphone me coûte (vraiment) trop cher, (Guy Saint-Jean, Éditeur), du chroniqueur techno (Les Affaires), Alain McKenna. On y explique comment épargner une fortune en services de télécommunications, et ce, sans se priver.

Coureurs de coupons

Autre terrain de jeu pour les chasseurs d'aubaines : les magasins d'alimentation. Il faut dire qu'avec l'augmentation du prix des aliments - qui a bondi de 31,4 % entre 2005 et 2015 au Québec, selon l'IPC, tous aliments confondus -, les consommateurs ont de quoi chipoter dans les allées du supermarché.

Béatrice Bernard-Poulin, par exemple, épluche régulièrement l'infolettre de l'épicerie de son quartier, où elle ne se rend que pour acheter les articles en promotion. Elle fait le reste de ses courses au marché ou dans de petits commerces. Son téléphone mobile lui sert de bloc, car elle fait le tour des allées pour repérer les meilleurs prix sur les fraises ou sur le maïs, par exemple. «Quand j'achète un aliment, je sais précisément ce que je vais en faire», dit-elle.

Quid du couponing, qui consiste à collectionner les coupons-rabais permettant d'économiser 50 cents par-ci et 1 dollar par-là ? «J'haïs ça ! À moins que ce soit un hobby, je trouve que le ratio temps investi par rapport aux potentielles économies n'est pas gagnant.»

Or, grâce aux nouvelles technologies, le couponing permet désormais de réaliser des économies importantes sur les achats courants sans passer ses soirées à découper des circulaires, explique Lili Marchand, chroniqueuse et fondatrice du site onmagasine.ca. «On en est au couponing 2.0 : on ne parle plus seulement de petits bouts de papier, mais surtout d'applications à télécharger sur son mobile.»

Par exemple, des applications comme Zweet ou Check-out 51 proposent chaque semaine des remises en argent sur certains produits d'alimentation ou d'hygiène personnelle, poursuit cette sémillante rouquine. Vous achetez le produit, vous prenez une photo de la facture avec votre mobile et vous l'envoyez via l'application. L'argent sera ensuite versé dans un compte ouvert lors de l'inscription.

En outre, le site onmagasine.ca - de même que des agrégateurs comme Reebe ou circulaires.com - répertorie les différentes offres des détaillants québécois, ce qui permet aux adeptes du couponing de gagner du temps, dit sa fondatrice. Ainsi, «pour une mère ordinaire qui travaille 40 h par semaine et qui a autre chose à faire que de dormir dans le stationnement de l'épicerie», elle évalue le temps investi à 1 h 30 à 2 heures par semaine.

Cette mère de deux enfants estime qu'elle épargne environ 200 dollars par mois sur l'épicerie familiale par rapport à sa période «pré-couponing», avec plus d'articles dans son panier. «C'est un outil parmi d'autres pour économiser. L'idée, c'est d'en avoir plus pour son argent.»

Les disciples du couponing finissent par connaître le prix d'une foule d'articles, un avantage indéniable pour épargner, poursuit Lili Marchand. Elle maîtrise le prix des poitrines de poulet au kilo, par exemple. «On devient profondément cheap !», ajoute-t-elle en riant. Devant un rabais substantiel au rayon boucherie, elle achète un peu plus que nécessaire et congèle des portions. Elle a d'ailleurs acheté une scelleuse - en promotion ! - qui lui permet de congeler la viande sous vide.

L'ultime récompense du «couponneur» ? La double économie : le produit sur lequel on applique un coupon-rabais du commerçant et qu'on peut assortir à une remise en argent du fabricant. La chroniqueuse cite l'exemple d'un pot de margarine de 907 g généralement vendu 3,99 dollars. «Il m'a coûté 49 cents après l'application du coupon et de la remise».

Autre truc de pro : les imbattables. Sur présentation de la circulaire d'un concurrent ou d'une preuve de prix, les commerçants tels Maxi ou Walmart égalent le prix de la concurrence. «Faut pas être gêné : les employés à la caisse sont maintenant rodés aux clients qui réclament des imbattables.»

Pour Benoit Duguay, professeur titulaire à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM, faire jouer l'offre de la concurrence à son avantage est une des stratégies les plus payantes pour le consommateur. «Mais peu de gens profitent des imbattables. Sinon, les commerçants arrêteraient cette pratique !»

Par contre, plusieurs tombent dans le panneau des stratégies de marketing des détaillants d'alimentation. «Ce n'est pas parce qu'un produit est placé en bout d'allée qu'il est forcément en promotion. Il faut aussi faire attention aux structures de prix : achetez-en quatre et c'est moins cher ? Ce n'est pas nécessairement vrai. Pour faire de véritables économies, il faut toujours vérifier, comparer, être attentif.»

L'art de négocier un tire-lait

Faire jouer la concurrence, ça ne vaut pas qu'à l'épicerie. Avec ou sans coupons, Lili Marchand magasine et compare les prix de tout ce qu'elle achète, des crayons d'écoliers à l'assurance auto. «C'est un mode de vie, une façon de penser.»

Julien Valois-Francoeur partage la même philosophie. Avant d'acheter un bien, il fait quelques recherches sur le Web, histoire de comparer les prix et les caractéristiques du produit. Des agrégateurs de prix en ligne comme shopbot.ca permettent d'ailleurs de repérer le prix d'à peu près tout ce qui se vend au Québec qui a un numéro de série ou un numéro de modèle, dit-il.

Tenez : tandis qu'il essayait des bottes de randonnée dans un magasin d'articles de plein air, il savait qu'un concurrent du détaillant les offrait à 25 % de moins. «À la caisse, j'ai mentionné le prix du concurrent, et ils l'ont aussitôt égalé. Pour 30 secondes de recherche, j'ai épargné près de 100 dollars pour deux paires de chaussures.»

Le prix affiché, c'est ce que le comptable et chroniqueur Pierre-Yves McSween appelle un «biais d'ancrage» : inconsciemment, vous associez ce chiffre à la véritable valeur du produit ou service. Ce qui ne ferme pas la voie à la négociation pour autant, même dans des commerces bien établis, insiste-t-il.

«C'est sûr qu'on ne négociera pas le prix des tomates à l'épicerie. Mais dans tout type de commerce, il y a des articles qui prennent la poussière et pour lesquels le commerçant est prêt à consentir à un rabais afin de les rayer de son inventaire.» La preuve ? Un de ses amis a obtenu un rabais de 10 % sur le prix d'un tire-lait chez Jean-Coutu !

Lui-même a fait baisser une facture d'électroménagers de quelques centaines de dollars dans un grand magasin d'ameublement. «J'ai joué le jeu du vendeur en lui disant qu'on était encore à 200 dollars de se serrer la main. Dans le fond, la négociation, c'est un jeu.»

Un jeu qui peut rapporter beaucoup si on met sa p'tite gêne de côté, estime Deny Bélisle, de l'Université de Sherbrooke. «Culturellement, ici, les gens hésitent à négocier de crainte que ce soit mal perçu. Mais on ne perd rien à essayer.»

Certains secteurs du commerce de détail - les produits de luxe, par exemple - ne se prêtent pas à la négociation. En revanche, lors de fins de saison ou lorsqu'une nouvelle technologie est lancée sur le marché, on peut marchander avec le propriétaire ou le gérant. Même chose pour les vêtements ou les meubles légèrement abîmés. Quant aux services, il faut absolument négocier l'assurance, les forfaits bancaires, les taux hypothécaires ou les services de télécommunications, poursuit-il, à défaut de quoi vous risquez de payer trop cher.

«C'est une question de jugement et de bon timing. Plus l'offre est importante et la demande réduite, plus votre pouvoir de consommateur est élevé.»

En somme, aucun des consommateurs futés interviewés pour ce dossier n'a l'impression de se priver en menant sa barque financière de façon responsable. «Au contraire, c'est une liberté !» clame Manon Laprise. Grâce aux économies réalisées à droite et à gauche, elle a d'ailleurs passé une partie de l'été dernier à bourlinguer sur les chemins de Compostelle, son premier voyage depuis des années. Et elle en avait vraiment besoin.

À la une

Bourse: Wall Street au vert, attendant toujours un plan de relance

Mis à jour le 22/10/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine au vert, avant le dernier débat Trump-Biden.

Titres en action: Precision Drilling, Corus, Rogers, Coca-Cola...

Mis à jour le 22/10/2020 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Abitibi: une importante mine d'or pourrait reprendre du service en 2021

L’une des plus importantes mines d’or en Abitibi−Témiscamingue, la mine Kiena, pourrait reprendre sa production en 2021.