Des formes de crédit méconnues

Publié le 07/02/2015 à 09:30

Des formes de crédit méconnues

Publié le 07/02/2015 à 09:30

Par Nafi Alibert

Mauvais crédit, impôts en retard, phase financièrement difficile… Vers qui se tourner quand on éprouve un besoin urgent de redresser ses finances, mais que les banques conventionnelles nous ont tourné le dos? Trois options moins connues…


Le financement hypothécaire alternatif


Un tel prêt s’adresse aux propriétaires d’un bien immobilier qui n’ont plus accès au crédit traditionnel.


« Les banques donnent un parapluie quand il fait beau, mais elles n’hésitent pas à l’enlever dès qu’il ne fait plus beau », avance Paul Giannetti, vice-président juridique chez Humania Finance, une société de prêteurs privés.


À Humania Finance, les prêts d’une durée maximale d’un an donnent la chance de réhabiliter son crédit et de remettre une situation fâcheuse dans la bonne voie en échange d’une garantie hypothécaire.


Ce type de prêteur privé offre ainsi une deuxième chance, mais bien sûr, demande des intérêts plus élevés puisque les clients représentent un plus grand risque. Ces intérêts oscillent entre 10 et 15 % à Humania Finance. Or, certains prêteurs exigent davantage.


« Avant de signer, une personne devrait faire analyser les conditions du prêt par un notaire pour s’assurer qu’elles sont conformes », prévient Lisanne Blanchette, avocate et conseillère budgétaire chez Option consommateur.


Surtout, il faut avoir fait l’exercice préalable de comparer les taux d’intérêt entre différents prêteurs, mais aussi les pénalités imposées dans le cas où une personne souhaiterait rembourser avant le terme. Celles-ci peuvent être beaucoup plus élevées que celles des banques.


Par ailleurs, « il est déjà arrivé qu’un client doive payer un montant exorbitant pour renouveler un prêt chaque semaine, mais qu’aucun pourcentage de ce montant ne comprenait le remboursement du prêt », ajoute Sylvie De Bellefeuille, conseillère juridique à Option consommateur.


Le microcrédit communautaire


Besoin de fonds de roulement pour démarrer une entreprise ou d’un coup de pouce pour donner vie à un projet d’affaires? Outre les prêteurs privés qui proposent ce type de prêt, le microcrédit communautaire est une autre pratique -plus encadrée- qui s’offre aux porteurs de projets québécois.


À l’ACEM - Financement Communautaire Responsable, en plus d’octroyer des prêts à des taux plus raisonnables que la plupart des prêteurs privés, l’organisme offre une éducation financière de manière à ce que la personne puisse comprendre les erreurs et les circonstances qui ont mené à son incapacité à rembourser sa dette.


Cette méthode se révèle efficace. « Le taux de remboursement global de ces personnes s’élève à 90 % », précise Anne Kettenbeil, directrice générale de l’ACEM.


Une plateforme de prêt entre particuliers


Les plateformes de prêts entre particuliers à des taux d’intérêt inférieurs à ceux des institutions financières constituent une nouvelle méthode d’obtenir du financement.


La plateforme canadienne Grouplend [https://www.grouplend.ca] a lancé ce type de service à l’automne dernier. La société vise principalement les emprunteurs qui désirent éviter les reports coûteux de solde de carte de crédit.


Elle s’inspire de la société américaine Lending Club [https://www.lendingclub.com] qui offre des prêts personnels et des prêts commerciaux à des emprunteurs qui jouissent d’une cote de crédit variable.


Comme elle en est à ses débuts, la plateforme canadienne est un peu plus conservatrice sur le plan du dossier de crédit. Pour atteindre le même succès que connaît son pendant américain, l’entreprise de Vancouver devra convaincre davantage d’investisseurs qu’elle peut les protéger contre les prêts irrécouvrables.


Peu importe l’avenue choisie, il est toujours préférable de s’informer auprès d’organismes neutres, comme l’Agence de consommation en matière financière, l’Autorité des marchés financiers, les diverses associations d’économie familiale et l’Office de protection des consommateurs, avant de contracter un prêt qui pourrait empirer une situation déjà difficile.


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Les banques américaines prêtent moins facilement

Les banques resserrent les critères d'emprunt, mais il est encore trop tôt pour crier au loup.

Un outil de crédit… qui aide à payer ses dettes

Édition de Novembre 2018 | Claudine Hébert

Un outil de crédit… qui aide à payer ses dettes Seulement le tiers des détenteurs de cartes ...

À la une

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Ottawa aide Chrysler et Honda, mais pas les fabricants québécois

BLOGUE. L’aide fédérale à l’achat d’une auto électrique s’arrête là où l’industrie québécoise débute.

À surveiller: Dollarama, Thomson Reuters et Rogers

Que faire avec les titres de Dollarama, Thomson et Rogers? Voici quelques recommandations d'analystes.