Comment protéger son téléphone intelligent ?

Publié le 27/04/2017 à 09:32

Comment protéger son téléphone intelligent ?

Publié le 27/04/2017 à 09:32

Entre la salle de bains et les transports quotidiens, votre téléphone intelligent mène une vie bien dangereuse ! Faut-il l’équiper d’une protection autre que la garantie du fabricant ? Tour d’horizon.

Fin mars, quatre mois avant l’échéance de l’entente de deux ans qui la lie à son fournisseur de services de téléphonie mobile, l’appareil LG G4 de Chloé Benaroya est devenu inutilisable. Le bogue – qui provoquait une boucle de redémarrage sans fin – était connu du fabricant.

Cette professionnelle de l’industrie du jeu vidéo s’est d’abord félicitée d’avoir souscrit au programme Protection d’appareils de Telus, son fournisseur, qui la protégeait des défaillances techniques pour la somme de 7$ par mois. Elle a d’ailleurs reçu un nouveau LG G4 en 48 heures.

Tout compte fait, elle n’est plus convaincue de la pertinence de son investissement. «J’ai payé près de 200$ (protection sur 20 mois + frais associés) pour recevoir un appareil identique à celui que j’ai acheté il y a près de deux ans et qui s’est dépécié depuis. Et comme le problème était documenté, le téléphone aurait dû être remplacé sans frais…»

Vaut-il le coup ou non de protéger ou d’assurer son téléphone intelligent ? Tout dépend de l’appareil et des modalités de la protection, comme une franchise, estime Jérémy Caudron, de Micro-Techno, une petite entreprise de réparation d’appareils mobiles. «Ça peut valoir la peine si vous possédez un téléphone haut-de-gamme dont le prix se situe entre 500 et 1000$, surtout si l’assurance vous protège en cas d’oxydation – infiltration d’eau –, de perte ou de vol.»

La réelle valeur 

Mais ce n’est pas toujours avantageux. Prenons le cas du très fréquent bris d’écran : 80% des dommages qu’il répare sont de cette nature, dit Jérémy Caudron, devant le remplacement de batteries ou les dommages causés par l’eau.

Chez Micro-Tech, le remplacement de l’écran d’un iPhone 5 vous coûtera 59$ ; celui d’un iPhone 6S, 109$. «Ces appareils sont dotés d’un écran LCD (écran à cristaux liquides) relativement facile à remplacer, explique le technicien. C’est plus compliqué dans le cas des derniers Samsung Galaxy, munis d’écrans Amoled : cette réparation coûte entre 250$ à 300$, selon le modèle. Une assurance peut s’avérer intéressante dans ce cas.»

Parce qu’ils financent l’acquisition d’un téléphone intelligent en concluant une entente de deux ans avec un fournisseur, plusieurs consommateurs en ignorent la valeur réelle, poursuit Jérémy Caudron. «Ils sont pris avec un contrat de deux ans mais doivent quand même débourser une somme considérable pour faire réparer l’appareil ou en acheter un nouveau… Ils tombent de haut quand ils voient ce que ça coûte.»

Êtes-vous couvert sans le savoir ?

Sachez en outre que plusieurs cartes de crédit offrent une protection contre la perte, le vol, les défaillances mécaniques et les dommages accidentels. Chez Desjardins, par exemple, la quasi-totalité des cartes offertes sont assorties de l’assurance «Appareils mobiles», indique le porte-parole André Chapleau, dont certaines sans frais annuels. Mais attention : pour en bénéficier, vous devez avoir acheté votre téléphone intelligent ou votre tablette avec votre carte. Si l’appareil est financé au moyen d’une entente de services avec un fournisseur de télécommunications – un contrat de deux ans, par exemple –, vous devez effectuer tous les paiements mensuels avec votre carte pour être en mesure de faire une réclamation auprès de votre assureur.

Voici en détail les options qui s’offrent à vous au-delà de la garantie matérielle du fabricant. 

Protection supplémentaire

Certains fabricants et fournisseurs de service de téléphonie mobile proposent une protection d’une durée de deux ans contre les défaillances ainsi que les dommages accidentels, comme ceux causés par un liquide ou par un choc. Attention : ce type de protection ne couvre habituellement pas la perte ou le vol de l’appareil.

Voici 2 cas d’espèces à titre d’exemple :

Achat - Apple :

Protection Apple Care+ pour un iPhone 5S de 32 Go vendu 579$ + taxes : 129$ + taxes (valable 2 ans, maximum de 2 réparations). Chaque réparation entraîne des frais de 39 $ pour les dommages à l’écran ou de 129 $ pour tout autre dommage, taxes en sus.

Location – Telus :

Protection d’appareils : 7$ par mois (selon le modèle – 9$/mois pour iPhone 6s, par exemple) + frais de 79$ si les dommages résultent d’un accident ou de 29$ en cas de défaillance mécanique. On peut révoquer cette protection à tout moment.

L’assurance via la carte de crédit 

Outre le téléphone mort noyé dans la cuvette des toilettes ou celui qui n’a pas succombé à la chute au sol, ce type de produit couvre généralement aussi la perte et le vol.

Chez Desjardins, par exemple, on vous remboursera le montant le moins élevé des suivants :

- le coût de réparation ;

ou

- le coût de remplacement de l’appareil correspondant à sa valeur dépréciée à la date du sinistre, moins la franchise, jusqu'à concurrence de 1 000 $. Le montant de la franchise varie entre 25$ (pour les appareils dont le coût d’achat n’excède pas 200$, hors taxes) et 100$ (pour ceux d’une valeur de 600,01$ et plus, hors taxes).

Concrètement, si vous avez payé 800$ (700$ + taxes) pour un téléphone intelligent que vous avez perdu environ 8 mois plus tard, voici le montant auquel vous aurez droit :

Prix d’achat : 800 $

Moins la dépréciation : 2% x 8 mois x 800$ : 128$

Moins la franchise : 100$

Remboursement maximal : 572$

À noter : l’achat ou la location de l’appareil doit être réglé par la carte de crédit pour que l’assurance soit valide, dont tous les versements mensuels à votre fournisseur de services dans le cas d’un forfait. 

Assurance traditionnelle

Les deux assureurs contactés – Industrielle Alliance et La Capitale – n’offrent pas de produits d’assurance dédiés aux appareils mobiles. Cependant, certaines modalités de l’assurance-habitation peuvent couvrir la perte, le vol, les défaillances ou les accidents. C’est le cas de l’assurance «tous risques» de La Capitale. Par contre, une franchise de base est applicable – habituellement de 300$ à 500$ pour une indemnité basée sur la valeur à neuf, indique le porte-parole Jean-Pascal Lavoie. L’Industrielle Alliance offre également une protection similaire. Faites-vos calculs !

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Pourquoi je m'intéresse moins aux financières

BLOGUE INVITÉ. Les financières ont été payantes pendant plusieurs années après la crise. C'est moins le cas maintenant.

Petits rectificatifs (et gentils coups de gueule)

26/06/2019 | Daniel Germain

Le chroniqueur peut faire un choix de mots qu'il regrette. Comme cette fois-là... Rectifions .

À la une

Québec vient en aide au Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon démissionne

Pierre Fitzgibbon a annoncé lundi après-midi une aide de 5M$ provenant d'Investissement Québec.

Faillite de Capitales Médias: réunion d'urgence du gouvernement Legault

Mis à jour le 19/08/2019 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Le président exécutif du Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, se disait confiant en l'avenir la semaine dernière.

Capitales Médias: Unifor réclame une aide financière ciblée et urgente

Mis à jour le 16/08/2019 | La Presse Canadienne

C'est au tour du syndicat Unifor de réclamer une aide financière «ciblée et urgente» pour le Groupe Capitales Médias.