Combien vaut votre «petit change»?

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Avril 2015

Combien vaut votre «petit change»?

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Avril 2015

Par Stéphane Rolland

[Photo: Shutterstock]

Imaginez de l'argent comptant qui résisterait à l'inflation. C'est une des propriétés des pièces de monnaie convoitées par les collectionneurs. Incursion dans le monde de la numismatique, où passion rime parfois avec création de valeur. Mise en garde : vous ne regarderez plus votre «petit change» de la même façon...

À lire aussi:
Avez-vous des petits trésors dans votre tirelire?

Que diriez-vous d'échanger un sou noir contre 700 $ ? Des collectionneurs sont prêts à allonger cette somme pour mettre la main sur une pièce émise il y a à peine 10 ans. Un rendement à faire rêver tout investisseur.

À partir de 2005, la Monnaie royale canadienne a utilisé deux produits différents pour fabriquer ses pièces d'un cent : de l'acier recouvert de cuivre et du zinc recouvert de cuivre, explique Gilles Lamoureux, président du Club philatélique et numismatique de Granby. Rien ne les différencie à l'oeil nu, mais une pièce est magnétique, tandis que l'autre ne l'est pas.

«La Monnaie royale a commandé des flans [pièces taillées destinées à être frappées] de matériaux différents sans vraiment y porter attention, précise M. Lamoureux. Les collectionneurs, eux, ont commencé à regarder ça. Ils ont vu que pour certaines années, les pièces de l'une des deux catégories pouvaient être plus rares.»

Le sou noir non magnétique de 2006 qui a un «P» sous l'effigie de la reine fait partie du lot. Pour une raison méconnue, cette pièce est «très rare». En excellente condition, elle peut se vendre 680 $, selon le site NumiCanada.com.

À la recherche de la perle rare

L'anecdote montre bien pourquoi une pièce, à première vue banale, revêt un intérêt pour les adeptes de la numismatique (l'étude de la monnaie et des médailles). «C'est la quantité émise qui détermine la valeur d'une pièce, explique M. Lamoureux. Les collectionneurs cherchent des pièces qui ont été émises en petite quantité.»

L'effet de rareté fait en sorte qu'un sou noir d'à peine 10 ans vaut plus qu'une pièce de cinq cents italien de 1880. «Un "centsimi" de 1880 ne vaut pas grand-chose lorsqu'il est usé, car il y en a eu beaucoup sur le marché à l'époque, dit Jacques Gosselin, vice-président de la Société de numismatique de Québec. C'est tout de même "le fun" d'en avoir dans sa collection.»

L'état de conservation de la pièce influera inévitablement sur sa valeur. «Le 10 cents de 1938 est une pièce excessivement commune, illustre Marc Magoon, directeur des ventes chez Rousseau Collections à Montréal. Il vaut 1 $, soit la valeur des matériaux.» Il pointe ensuite la pièce en question à travers une des vitrines du petit commerce. Les Affaires constate que le prix, lui, n'a rien de «commun». «Quand il est dans une aussi bonne condition, par contre, il vaut près de 1 000 $, précise M. Magoon. Parce qu'il n'y en a presque plus dans cette condition-là.»

La beauté et le sujet de la pièce vont également guider le choix des numismates. «Les gens suivent les thèmes qui les intéressent», précise Serge Pelletier, un spécialiste de la numismatique qui a rédigé plusieurs ouvrages sur le sujet depuis 35 ans. «Pour ma part, je m'intéresse à l'histoire militaire, et particulièrement à la Guerre de succession d'Espagne [1701-1714]. Il y en a pour tous les goûts. Les passionnés de hockey peuvent trouver des pièces à l'effigie des joueurs vedettes.»

À lire aussi:
Avez-vous des petits trésors dans votre tirelire?


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

À surveiller: Stingray, Industries CCL et Amgen

Que faire avec les titres de Stingray, Industries CCL et Amgen? Voici quelques recommandations d'analystes.

737 MAX: Boeing cherche à emprunter au moins 10 G$

Il y a 43 minutes | AFP

Cette somme lui permettra de faire face à la facture galopante de la crise du 737 MAX.

Météo en 2019: 1,3 G $ de dommages assurés selon le Bureau d'assurance

Il y a 51 minutes | La Presse Canadienne

2019 s’est classée au septième rang pour l’année des pertes assurées les plus élevées jamais enregistrées au Canada.