Combien ça coûte, un Ironman?

Publié le 17/07/2015 à 09:49, mis à jour le 18/07/2015 à 10:18

Combien ça coûte, un Ironman?

Publié le 17/07/2015 à 09:49, mis à jour le 18/07/2015 à 10:18

Se dépasser n’a pas de prix. Ou presque. À 725 $ l’inscription, les participants d’Ironman Tremblant ont souvent l’impression qu’ils paient cher le prix pour participer au défi.

« Ironman, c’est une marque de commerce extrêmement lucrative », remarque Patrick Dion, auteur et chroniqueur indépendant, nouvel adepte du triathlon de l’extrême. Et ce ne sont pas des paroles en l’air. Depuis 2012, les événements IRONMAN Mont-Tremblant ont généré plus de 45 millions de dollars en recettes touristiques. Les prédictions pour fêter les cinq ans de vie de l’organisation? Plus de 70 millions.

Pour sa première participation, Patrick Dion a décidé d’opter pour le demi. Malgré le fait que l’inscription soit moitié moins chère, le sportif est resté stupéfait du prix à payer (300 $). Le marathon Rock’n’roll de Montréal coûte 110 $ aux coureurs du demi et 125 $ pour le marathon complet, compare-t-il. « Mais les gens sont définitivement prêts à mettre le prix pour se dépasser », commente le sportif.

Dominique Piché, directeur de course et producteur de l’événement IRONMAN, est fatigué d’entendre parler du prix de l’inscription à l’événement : « Ça ne coûte pas cher pour tout ce qu’on offre », souligne-t-il. Les participants paient pour être pris en charge sur un site sécurisé. Des millions ont été mis sur les infrastructures (paver les routes, par exemple). Et c’est grâce à ces investissements que Mont-Tremblant est en train de devenir une destination triathlon internationalement reconnue, rappelle-t-il.

De l’entraînement à l’équipement

D’ailleurs, il est possible de s’entraîner et de s’équiper sans pour autant se ruiner, croit M. Piché, qui a vu des gens s’en tirer pour moins de 1 500$, vélo compris.

Patrick Dion dit quant à lui y avoir mis entre 1 200 $ et 1 500 $, comptant l’équipement, l’inscription et l’hébergement. Dans ce montant, l’entraînement n’est toutefois pas inclus, un coût qui peut grandement varier d’une personne et d’un besoin à l’autre.

Par exemple, se lancer dans le grand jeu avec un entraîneur de triathlon de novembre à juin peut coûter 750 $. Si on mise plutôt sur le perfectionnement d’une seule discipline dans l’année, par exemple la course, on peut dépenser 350 $. C’est sans compter les visites à la piscine (5 $ la visite), les entraînements de spinning en groupe (15 $ la séance), le gym pour renforcer sa musculature (pour un an, Énergie Cardio coûte environ 700$), etc.

Bien sûr, on a toujours le choix de couper dans le gras. Patrick Dion, lui, a choisi un tutoriel de spinning sur Internet combiné avec un programme d’entraînement chez soi. Il ne lui en a à peu près rien coûté, sauf peut-être le support à vélo pour s’entraîner dans son salon.

Quant à l’équipement, s’il est vrai qu’il faut un bon vélo, il n’est pas nécessaire d’acheter le bolide dernier cri. L’important reste de le faire ajuster en mode triathlon, rappelle Patrick Dion. Ce genre de modification lui a coûté 330 $. Il faut aussi penser à la combinaison de plongée, d’une centaine de dollars.

Avec tout ça, on espère ne pas se blesser avant le jour J. Sinon, un physiothérapeute coûte 70 $ pour l’évaluation et 60 $ pour chaque séance de traitement...

 


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

À la une

Le Cirque du Soleil déchu par un endettement excessif

Notre analyse du Cirque du Soleil démontre une gouvernance inadéquate depuis le changement de propriété survenu en 2015.

Bourse: Wall Street repart de l'avant après plusieurs baisses

Il y a 11 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York avait reculé lundi dans un marché paralysé par des craintes économiques.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

08:16 | LesAffaires.com et AFP

Un conseiller économique du président Donald Trump a déclaré que le pays connaissait une reprise « autonome et forte ».