Budgétez sans effort

Publié le 01/10/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 09:20

Budgétez sans effort

Publié le 01/10/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 09:20

On vous a toujours dit que pour faire un budget, il fallait retracer et comptabiliser la moindre dépense. L'horreur ! Voici des méthodes moins arides pour y parvenir.

Apprendre à tenir un budget, c'est un peu comme se mettre au régime pour perdre des kilos en trop. Pour la plupart d'entre nous, lorsque le régime est trop strict ou trop compliqué, la volonté faiblit rapidement.

"Les gens sont parfois trop enthousiastes et commettent l'erreur de réduire toutes leurs dépenses", remarque Lise Morin, conseillère budgétaire à l'Association coopérative d'économie familiale (ACEF) de l'Est de Montréal. Cette conseillère, qui donne des cours de gestion budgétaire depuis près de 30 ans, nous rappelle que notre mode de vie correspond généralement à la personne que nous sommes. On ne change pas du jour au lendemain !

Bien qu'elle enseigne la méthode budgétaire classique - et fastidieuse, admettons-le - qui consiste à comptabiliser toutes les dépenses et à faire des prévisions budgétaires, Lise Morin estime qu'il est préférable d'y aller progressivement. "Commencez par les dépenses les plus faciles à réduire", suggère-t-elle.

Après tout, l'objectif principal d'un budget est de vivre selon ses moyens, ce qui comprend l'épargne pour la retraite et un coussin pour parer aux imprévus. Faire un budget permet aussi de ne plus compter sans cesse sur sa marge de crédit, de faire des projets ou tout simplement d'apprendre à vivre avec moins.

Pour y parvenir, nous vous proposons une ceinture à plusieurs crans. Selon votre situation et votre style, vous n'aurez peut-être pas à la serrer jusqu'au dernier.

PREMIER CRAN

Les grands paniers

Plutôt que de comptabiliser toutes vos dépenses, petites et grandes, pourquoi ne pas vous concentrer sur les sorties d'argent principales, dont plusieurs sont fixes, difficilement compressibles ou encore, liées à un engagement contractuel ?

Dans une brochure sur la gestion budgétaire, l'ACEF détermine trois grands postes budgétaires : l'habitation, l'alimentation et le transport. "Ensemble, ils représenteraient environ 75 % des dépenses d'un ménage, selon Statistique Canada", note Lise Morin. Le solde ira dans un quatrième panier, celui des dépenses variables comme les vêtements et les loisirs, y compris les voyages. Prévoyez autant que possible un cinquième panier : celui de l'épargne.

Il vous reste de l'argent ? Tant mieux ! C'est signe que vous contrôlez déjà votre budget. Dépensez-le à votre guise ou déposez-le dans le panier épargne.

DEUXIÈME CRAN

Le budget par projets

"Il ne faut pas épargner seulement pour épargner, estime Mélanie Gosselin, planificatrice financière à la Caisse Desjardins de Sillery. Se fixer des objectifs d'épargne fournit une bonne motivation pour maintenir la discipline nécessaire pour continuer à économiser."

Tout peut devenir un objectif, un projet : un voyage, une année sabbatique, l'achat d'une propriété... Vous pouvez même considérer le paiement de l'hypothèque et des taxes municipales comme un projet, puisqu'il contribue à votre qualité de vie. Variante de l'approche "paniers", le budget par projets a l'avantage d'avoir un petit côté positif, en plus d'ajouter un certain plaisir à l'épargne systématique.

TROISIÈME CRAN

L'approche "un trimestre à la fois"

Les entreprises le font, pourquoi pas vous ? Quatre fois par an, chaque trimestre, profitez de la température maussade pour vous asseoir à table, et disposez devant vous votre bordereau de paie, tous vos relevés de compte et de cartes de crédit, et vos factures.

Le montant total de tous vos comptes a-t-il augmenté ou diminué pendant cette période ? Une fois toutes les dépenses soustraites de votre revenu net, combien vous reste-t-il ? Vos liquidités augmentent régulièrement ? Bravo ! Vous êtes sur la bonne voie. Sinon, passez au quatrième cran.

QUATRIÈME CRAN

La chasse aux fantômes

Enfin, si ces méthodes plus simples de budgéter ne suffisent pas, il faudra peut-être vous résoudre à aller davantage dans le détail. La bonne nouvelle, c'est que vous avez déjà parcouru une bonne partie du chemin, puisque vous connaissez déjà vos dépenses principales. La mauvaise, c'est que vous devrez peut-être faire des choix plus difficiles quant à votre mode de vie.

Dans tout budget, il y a les dépenses obligatoires, souvent incompressibles ou plus difficiles à réduire. Il y a ensuite les dépenses discrétionnaires et variables, celles qu'on fait consciemment. Puis, il y a les dépenses fantômes, celles qu'on fait sans trop s'en rendre compte ou qui, au fond, améliorent peu votre qualité de vie. Si vous ne bouclez pas financièrement, portez une attention particulière à ces dernières.

Il s'agit souvent de petites dépenses comme le café, les billets de loterie ou les magazines. Parfois, ce sont des superflus : câblé sur le monde, vous n'écoutez que Radio-Canada, TV5 et RDS. Ou encore, votre forfait interurbain ou Internet représente le double ou le triple d'une utilisation normale. Pour repérer ces fantômes qui finissent par coûter des centaines, voire des milliers de dollars par an, il suffit souvent de tenir un budget détaillé pendant deux ou trois mois.

"Le plus important, conclut toutefois Lise Morin, c'est de trouver du plaisir dans la gestion de son budget. C'est aussi la satisfaction d'acquérir une liberté financière et de comprendre que nous ne sommes pas esclaves de la consommation."

aplus@transcontinental.ca


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.