Billet d'avion: peut-on vraiment trouver des aubaines sur Internet?

Publié le 19/01/2017 à 08:00

Billet d'avion: peut-on vraiment trouver des aubaines sur Internet?

Publié le 19/01/2017 à 08:00

Trouver un billet d’avion à prix imbattable dans Internet ? C’est possible, en autant d’avoir à la fois du temps et une approche flexible. Qu’en est-il de ce bon vieil agent de voyage?

Un aller-retour Montréal-Beijing sur Air Canada pour 508$, taxes incluses : c’est l’aubaine que le globe-trotter montréalais Arik Ollo a récemment dégotée sur Internet. «Je paie rarement le prix régulier pour un billet d’avion, mais il faut être créatif pour trouver les aubaines», explique ce consultant dans le domaine des nouvelles technologies.

Comme il peut se permettre de travailler de n’importe quel endroit du monde équipé d’une connexion Internet, Arik Ollo reste à l’affût des offres alléchantes, peu importe la destination. C’est une alerte du site YUL Deals, dont il reçoit l’infolettre, qui l’a mis sur la piste de Beijing. Mais il écume aussi les sites Internet des transporteurs aériens ou fait appel aux services d’agences de voyages virtuelles spécialisées dans les billets «tour du monde».

Et il n’est pas le seul. Selon une étude menée en décembre 2014 par la Chaire de tourisme Transat–UQAM, 67% des Québécois achètent un billet d’avion par Internet (ce qui inclut les achats sur les sites d’agences ou de grossistes en voyage). «C’est une tendance en hausse, tout comme l’achat au moyen d’un appareil mobile», constate Aude Lenoir, analyste en veille stratégique pour la chaire.

Mucho tiempo

Paradoxalement, la spécialiste remarque aussi que les agents de voyage connaissent un regain de popularité depuis quelques années, notamment en raison de l’abondance de l’offre de voyage. «Dans Internet, ça devient compliqué pour le consommateur de comparer les destinations ou de trouver le meilleur itinéraire au plus bas coût, surtout pour des vols multidestinations.»

En outre, repérer le tarif aérien du siècle demande généralement du temps. «Certains vols offerts par des transporteurs low cost ne s’afficheront pas nécessairement dans les résultats des sites de méta-recherche tels Expedia ou Kayak. Pour trouver le meilleur prix, il faut interroger un à un les sites des transporteurs. C’est beaucoup plus fluide et agréable avec un agent de voyage.»

Toujours pertinent

Vu son expertise et les outils de recherche exclusifs dont il dispose, l’agent de voyage est le mieux placé pour repérer les aubaines des transporteurs aériens, affirme Marie-Pierre Lanoue, conseillère en voyage à l’agence montréalaise Passion voyage. «On trouve très souvent de meilleurs prix qu’Expedia ! Et à prix égal, le client part l’esprit tranquille car on offre du service avant, pendant et après le voyage.»

Réserver directement depuis le site d’un tranporteur comporte aussi des risques, fait valoir l’auteure du blogue de voyage Taxi-brousse, Marie-Julie Gagnon. «Les gens font plein de gaffes : ne pas prévoir un temps de correspondance suffisant entre deux vols, par exemple. Et si tu te retrouves coincé au bout du monde parce que l’avion ne décolle pas, l’agent trouvera une solution. Il offre le côté sécurité sans que ça coûte nécessairement plus cher.»

En outre, le Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages permet d’obtenir un remboursement si le transporteur n’est pas en mesure de fournir le service, souligne-t-elle. À condition que vous ayez acheté le billet par l’entremise d’une agence disposant d’un permis de l’Office de protection du consommateur, qui administre cette protection.

Un dernier conseil : si vous chassez l’aubaine sur le Web, assurez-vous de le faire en navigation privée, histoire de semer les espions virtuels comme les témoins de connexion. Autrement, les prix risquent d’augmenter au fil de vos recherches… comme par hasard.

À la une

Hausse des émissions de GES au Canada en 2019

Les dernières données démontrent que ces niveaux d’émissions sont plus proches de ce qu’ils étaient en 2005.

Sobeys ramène la «prime confinement»

Par exemple, un employé qui travaille une semaine de 40 heures gagnerait une prime de 100 $ pour cette période.

Grève au port: pas d'autre choix que de riposter, disent les débardeurs

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

Les membres s’occuperont de tous les conteneurs liés à la pandémie.