Annie Pelletier: une médaille olympique qui paye encore

Offert par Les affaires plus


Édition de Octobre 2021

Annie Pelletier: une médaille olympique qui paye encore

Offert par Les affaires plus


Édition de Octobre 2021

Par Claudine Hébert

(Photo: courtoisie)

LE FRIC ET MOI. Il y a 25 ans, la plongeuse Annie Pelletier décrochait une médaille de bronze aux Jeux olympiques d’Atlanta. Une éclatante performance qui, aujourd’hui, lui permet de réaliser le rêve de sa vie.

 

Quel est ce rêve ?

Grâce à ma médaille olympique, j’ai été animatrice de télévision, analyste en plongeon, en plus d’être porte-parole pour plusieurs entreprises. Des fonctions qui m’ont incitée à vouloir poursuivre une carrière dans le domaine des communications. 

J’ai dû travailler fort, à la dure. Je suis allée chercher les connaissances et le soutien de coachs professionnels pour acquérir les aptitudes du métier. Ces efforts m’ont ensuite aidée à obtenir, il y a 16 ans, le poste de directrice des communications et des partenariats de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec. 

Tous les éléments liés à cette belle carrière m’ont permis d’amasser le coussin financier nécessaire pour acheter, l’automne dernier, la maison dont je rêvais pour élever mon garçon Arthur. Une demeure située sur la Rive-Sud, dotée d’une jolie cour et d’une piscine creusée. Cette expérience d’achat en pleine pandémie m’a toutefois fortement ébranlée.

 

En quoi cette transaction a-t-elle été éprouvante ? 

Tous mes achats, quels qu’ils soient, ont toujours été effectués de façon réfléchie. Je peux visiter au moins trois différents commerçants pour acheter un appareil électronique, en plus de lire sur le Web tous les avis qui concernent l’accessoire. 

La fièvre immobilière qui a fait grimper les prix en flèche m’a donc perturbée. Je n’ai eu que 25 minutes pour faire le tour de la propriété et faire une offre pour ce qui allait être la plus grosse dépense de toute ma vie. De plus, nous étions au moins une dizaine d’acheteurs potentiels qui voulaient la maison. 

Allais-je avoir les reins assez solides pour supporter le coût de l’hypothèque ? Mon comptable, mon planificateur financier ainsi que mon bon ami Pierre-Yves McSween, avec qui j’échange des courriels depuis quelques années, m’ont tous les trois rassurée sur ce point.

 

Vous n’êtes donc pas très dépensière ?

J’ai fait quelques folies. J’ai déjà eu deux motos de course. Aujourd’hui, je suis maman monoparentale. J’ai d’autres priorités, dont celle de bien manger. À l’épicerie, ce ne sont pas les circulaires qui dictent mon menu. Je remplis le panier sans me soucier des prix des aliments et des ingrédients que je souhaite manger. 

Je préfère également épargner un bon montant pour m’offrir une belle semaine de vacances au soleil dans un hôtel 4 ou 5 étoiles avec mon fils que de dépenser sans compter pour des vêtements griffés. À ce propos, j’ai toujours détesté magasiner. Dès que je trouve un beau gilet ou un beau pantalon, j’achète le même vêtement dans différentes couleurs. 

 

Avez-vous un conseil pour les récents médaillés de Tokyo et ceux des autres olympiades à venir ?

J’ai connu une belle après-carrière sportive. Ce qui est loin d’être le cas pour tous les athlètes médaillés. Certains d’entre eux vivent des frustrations et sont amèrement déçus de ne pas obtenir un juste retour pour leur performance. Raison pour laquelle je suggère fortement aux athlètes de trouver une personne de confiance et d’expérience — qui n’est pas nécessairement leur père ou leur mère — pour gérer les retombées de leur médaille. Ça leur prend une personne qui les aime, qui tient réellement à eux et, surtout, qui ne leur fera jamais dire ou faire des choses qu’ils n’aiment pas. C’est la clé.

Sur le même sujet

Dick Pound dénonce le boycottage des Jeux olympiques

16/02/2022 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Ce n’est pas un exercice politique, c’est un exercice sportif».

Les Olympiques arrivent à point

08/02/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Malgré des réticences, je suis resté un amoureux de l’esprit olympique.

À la une

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

21/05/2022 | François Normand

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: hyper volatile, Wall Street conclut proche de l'équilibre mais perd sur la semaine

Mis à jour le 20/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre un gain hebdomadaire pour la première fois en 2 mois.

À surveiller: Lightspeed, Canopy Growth et Alimentation Couche-Tard

20/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Canopy Growth et Couche-Tard? Voici quelques recommandations d’analystes.