5 signes que vous vivez au-dessus de vos moyens

Publié le 07/12/2015 à 08:51

5 signes que vous vivez au-dessus de vos moyens

Publié le 07/12/2015 à 08:51

Difficile d'épargner quand l'argent nous brûle les doigts. Voici 5 signes de surconsommation, et des trucs pour y remédier.

1. Vous peinez à payer à temps vos factures mensuelles.

L’électricité, le téléphone, Internet, le loyer… Tous ces paiements ne devraient pas vous prendre par surprise à la fin du mois. Les conseillers financiers le répètent : on devrait réussir à mettre de côté de 10 % à 20 % de son revenu total à titre de coussin de sécurité après avoir payé ses dépenses. Une infime partie de la population y parvient pourtant, laissant peu de marge de manœuvre en cas d’imprévu.

« Un changement de situation financière, comme une perte d’emploi ou une maladie, peut justifier un déséquilibre entre les dépenses et les revenus, explique Marie-Noëlle Ouellet, conseillère en sécurité financière à l’Industrielle Alliance. Chaque changement requiert de revoir son budget pour l’adapter en conséquence. »

2. Vous n’acquittez que les intérêts de vos dettes sans réduire le capital emprunté

Plusieurs personnes ont tendance à évaluer l’achat d’un produit par rapport à ses paiements mensuels au lieu du prix global. « Un exemple fréquent consiste à se procurer un véhicule neuf parce que son prix revient moins cher par mois qu’une voiture usagée, sauf que le premier est amorti sur dix ans et le deuxième, sur deux», souligne Daniel Massé, planificateur financier et conseiller en sécurité financière à Groupe financier Massé.

La même situation se produit lorsqu’on ne règle que les paiements minimaux sur sa carte de crédit. Le solde total n’est jamais remboursé, et on entre dans le cercle vicieux de l'endettement qui peut finir par nous acculer au pied du mur. Si tous ces montants accumulés dépassent le revenu net mensuel, il vaut parfois mieux vendre certains actifs. « La vente d'un bien à perte peut être plus rentable que d’avoir à le payer plusieurs fois en raison des intérêts », ajoute Daniel Massé.

3. Vous achetez des biens à crédit

Les techniques de marketing et la grande accessibilité au crédit amènent les gens à consommer davantage. « Les offres de type "Achetez aujourd’hui, payez plus tard" banalisent la valeur de ce que l'on achète, soutient Daniel Massé. Cela revient un peu à pelleter la neige par en avant. »

Même dans le cas où il n’y a aucun frais d’intérêt, vous risquez fortement de ne pas avoir accumulé les sommes dans le temps imparti si vous n’avez pas réussi à le faire avant de vous procurer l'article en question. « L’achat d’un bien devrait être planifié de la même façon qu’un voyage ou que tout autre projet, précise la conseillère en sécurité financière à l’Industrielle Alliance.

4. Vous vous endettez pour payer vos dettes

Certains se laissent séduire par les marges de crédit hypothécaire qui offrent des taux d’intérêt très bas, mais qui, si elles ne sont pas remboursées assidûment, s’ajoutent au prêt de la maison. « Il n’est pas rare de voir des gens à leur retraite devoir pratiquement le même montant qu’ils avaient emprunté au départ », souligne Daniel Massé.

D’autres se procurent une nouvelle carte de crédit pour payer celle qui a déjà atteint sa pleine limite. Arrivé à cette étape, la consolidation bancaire, qui consiste à regrouper tous vos paiements en un seul moins élevé et à un taux d’intérêt plus bas, peut se révéler la meilleure solution. « Sans changement d’attitude toutefois, ces personnes sont susceptibles d’en demander une autre dans les trois à cinq années qui suivent », ajoute-t-il.

5. Vous coupez dans l’épargne

Déjà qu’il n’est pas facile d’épargner de nos jours si on se fie au taux d’épargne des ménages qui s’élevait à 3,1 %, selon une étude de 2012 du centre de recherche CIRANO, s’il faut de surcroît piger dans ses REER et dans son CELI par nécessité, ça ne dit rien qui vaille pour ses finances.

« Si on ouvre un CELI ailleurs qu’à son institution financière, on doit passer par son conseiller pour accéder aux sommes, précise Marie-Noëlle Ouellet. Cette barrière psychologique peut empêcher d’utiliser ces montants pour des dépenses futiles. »

Mais il peut parfois s’agir d’un signe d’un problème plus grave. « La demande d’un retrait de REER peut aussi signifier que les clients sont aux prises avec des dettes importantes qu’ils n’arrivent pas à régler, prévient Daniel Massé. Avant de retirer un REER, il peut être préférable de consulter un syndic pour trouver d’autres solutions avec les créanciers. »

Pris au sérieux, ces signes pourraient vous éviter de vous diriger tout droit vers une faillite.

 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Le journal Les Affaires change de propriétaire

Mis à jour à 13:15 | lesaffaires.com

TC Transcontinental vend la majorité de ses actifs de médias spécialisés et activités événementielles.

L'Auberge qui ne voulait pas fermer l'hiver

Édition du 21 Septembre 2019 | Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Julie Ménard a fait le pari que l'auberge pouvait rouler tout au long de l'année. Elle avait raison.