Comment les technologies peuvent prévenir les risques de dommages

Publié le 08/05/2019 à 00:01

Grâce à la domotique, les maisons connectées sont désormais protégées par des serrures intelligentes, des systèmes d’alarme anti-incendie branchés à une centrale et des détecteurs de fuite d’eau. Ces technologies se sont élargies aux entreprises, qui les utilisent aujourd’hui pour protéger leurs biens des risques de dommages à des coûts abordables. En voici quelques-unes qui pourraient rendre de grands services à votre entreprise.

Détection et contrôle des fuites d’eau
Même s’ils sont peu présents à l’esprit des entrepreneurs, les dégâts d’eau sont parmi les plus fréquents et les plus dommageables de tous les sinistres. Pour la plupart des entreprises, les dommages par l’eau sont particulièrement coûteux lorsqu’ils atteignent les équipements informatiques. Pour les gestionnaires d’immeubles locatifs et d’établissements hôteliers, c’est notamment parce qu’un dégât à un étage fait habituellement sentir ses effets aux étages inférieurs.

Pour contrer ces risques, les PME peuvent désormais installer des systèmes de détection d’eau. Ils se composent souvent de capteurs de base, posés au sol pour déceler la présence d’eau, et d’autres détecteurs posés sur des tuyaux. Certains de ces dispositifs peuvent détecter un flux d’eau anormal dans la canalisation, signe d’une fuite probable.

Les signaux de détection sont habituellement acheminés vers un panneau ou une centrale de supervision d’alarme. Les meilleurs systèmes peuvent couper l’alimentation en eau, ce qui est la manière la plus efficace de réduire l’étendue des dégâts. Certains systèmes coupent même l’eau automatiquement quand ils ne détectent aucune présence humaine à l’intérieur du bâtiment – les gicleurs anti-feu restant alimentés de façon indépendante en tout temps.

Antivol et contrôle des accès
En plus d’assurer la sécurité des lieux et de protéger les biens de l’entreprise, les systèmes antivols de nouvelle génération permettent de gérer l’accès à différentes zones à l’intérieur d’un bâtiment, selon les permissions accordées à chaque employé. Au-delà des claviers à code et des cartes magnétiques, l’employé peut désormais utiliser une application sur son téléphone mobile pour s’identifier et obtenir l’accès.

De son côté, l’employeur peut modifier ces permissions ou activer des serrures à distance. Certaines entreprises utilisent cette dernière fonction pour accepter des livraisons hors des heures de bureau : si un livreur se présente, un gestionnaire peut commander de son téléphone l’ouverture d’un sas pour permettre au livreur d’y déposer un colis.

Les systèmes de contrôle des accès sont aussi, de plus en plus souvent, reliés à des systèmes de vidéosurveillance.

Détection et protection incendie
Aujourd’hui, les systèmes de détection anti-incendie sont connectés à une centrale de supervision des alarmes qui peut appeler rapidement les services d’urgence, et donc réduire leur délai d’intervention. Des systèmes plus complets peuvent atténuer les dommages en activant des dispositifs d’extinction automatisés. Des préalarmes avisent les occupants et les propriétaires du bâtiment avant l’activation automatique, pour leur laisser le temps de confirmer, d’évacuer certaines zones ou d’intervenir.

Les détecteurs d’incendie sont de plus en plus connectés sans fil, ce qui facilite leur installation, leur configuration et leur maintenance. Certains systèmes ont même la capacité d’autodétecter une défaillance ou une panne d’un détecteur.

Surveillance du réseau et des appareils électriques
Les courts-circuits étant une cause majeure d’incendie, la surveillance électrique fait l’objet d’une attention croissante dans les entreprises. Par ailleurs, de plus en plus de machines et d’appareils dépendent d’une alimentation électrique régulière et continue, et pourraient être endommagés par des défaillances du réseau.

À titre d’exemple, les fermes laitières sont de grandes consommatrices d’électricité. Toute panne peut les paralyser, avec de graves conséquences potentielles pour leurs revenus et pour leurs bêtes. Jusqu’à récemment, les systèmes de surveillance du réseau électrique dans ces établissements coûtaient plus de 10 000 $, ce qui les mettait hors de portée de la plupart des exploitants. Mais leur prix a chuté, et plusieurs fermes testent aujourd’hui des systèmes coûtant environ 2 000 $.

Surveillance des équipements de production
La vague de l’Internet des objets a provoqué la multiplication des capteurs et des systèmes intelligents pour surveiller les équipements industriels et détecter les défaillances et les écarts de température. Ils servent notamment à signaler la nécessité d’une maintenance préventive pour éviter une panne.

Analyse météo pour prévenir l’effondrement des toits
Pendant l’hiver, Intact Assurance se sert de l’analyse prédictive des données météorologiques pour identifier les zones et les bâtiments qui présentent un risque d’effondrement de toit. Lorsque le poids de la neige et de la glace atteint un certain seuil, elle offre un programme de déneigement des toits à ses entreprises clientes. En raison de leur grande surface de toiture, les établissements industriels et commerciaux sont, en effet, plus à risque que les résidences.

Comme entrepreneur ou gestionnaire, vous avez donc un grand choix d’outils technologiques pour réduire les risques de dommages que peut subir votre entreprise.

Grâce à son laboratoire interne qui teste et évalue ces nouveaux outils, et à son équipe de plus de 60 prévisionnistes qui accompagnent des entreprises dans toutes les industries à travers le Canada, Intact Assurance est à même de bien vous conseiller pour diminuer vos risques, les assurer d’une façon adaptée à votre réalité et contribuer ainsi à la pérennité de votre entreprise.

Pour plus de détails, visitez intact.ca

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

Immobilier: un bon 2e trimestre malgré un mois de juin moins éclatant

15/07/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En juin, les ventes de propriétés résidentielles ont reculé par rapport à la même période l'an dernier.

Stella-Jones: Brian McManus part l’esprit tranquille

15/07/2019 | Stéphane Rolland

Entrevue. Le PDG explique les raisons de son départ et ce qu’il voit pour Stella-Jones pour la suite.

Desjardins: une protection numérique permanente offerte à tous les membres

Mis à jour le 15/07/2019 | La Presse Canadienne

L’affaire se transportera également à Ottawa, lundi après-midi.