Assurance en ligne: désastre en vue?

Publié le 26/02/2018 à 13:39

Assurance en ligne: désastre en vue?

Publié le 26/02/2018 à 13:39

Par Conseiller

Photo: 123rf.com

À moins qu’il ne soit modifié, le projet de loi 141 risque d’engendrer «des conséquences désastreuses» pour les particuliers, met en garde le Regroupement des cabinets de courtage d’assurance du Québec (RCCAQ).

Dans un communiqué émis jeudi, le RCCAQ «réitère l’importance de protéger le patrimoine financier du consommateur en rendant obligatoire l’intervention d’un représentant certifié dans le processus d’achat de police d’assurance ». Faute de quoi, M. et Mme Tout-le-monde s’exposeront à «des conséquences désastreuses, notamment lors de réclamations après un sinistre».

Le syndicat professionnel, qui regroupe quelque 4200 courtiers répartis dans 500 cabinets et succursales à travers la province, dit «appuyer le processus de modernisation du cadre législatif de la distribution de produits d’assurance de dommages». En revanche, il dénonce «le fait que ce processus se fasse au détriment du consommateur».

«Modernisation et protection doivent aller de pair»

«Le gouvernement doit garantir aux consommateurs un mode de distribution qui assure les plus hauts niveaux de protection. Une maison, une auto ou un chalet sont, pour un grand nombre de citoyens, les biens les plus précieux de leur patrimoine financier », souligne Christopher Johnson, président du RCCAQ.

Or, ce dernier estime que si le projet n’est pas modifié, la nouvelle loi « permettra aux clients de se procurer leur assurance habitation ou automobile par Internet sans qu’un représentant en assurance, tel qu’un courtier, ne les ai accompagnés ».

« Certifiés, formés en continu et régis par un code de déontologie strict, ces professionnels agissent comme filet de sécurité dans toute transaction d’assurance de dommages, de telle sorte que la responsabilité de l’achat ne repose pas uniquement sur les épaules du consommateur. Pourtant, ce principe de base est à la veille d’être mis à mal », argumente le Rassemblement.

«Notre rôle est de défendre les consommateurs»

À l’appui de ses dires, le RCCAQ cite un sondage publié en 2016 par la Chambre de l’assurance de dommages. Réalisée en ligne par la firme Léger auprès de 500 Québécois âgés de 18 ans et plus, cette enquête d’opinion montrait que 76% des personnes interrogées trouvaient l’assurance de dommages complexe.

Ce texte a été publié par Conseiller


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Faites vos boîtes... et l'inventaire de vos biens!

Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires

ASSURANCES DE DOMMAGES. À l’approche du 1er juillet, le BAC suggère de faire d’une pierre deux coups.

La «création de richesse» par l'assurance vie

14/06/2019 | Daniel Germain

La «stratégie de la création de richesse», le glaçage sucré pour vous faire avaler de l’assurance.

À la une

Ottawa donne le feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain

Le premier ministre Justin Trudeau donne un autre feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.

Gare aux faux «influenceurs»

BLOGUE INVITÉ. Un peu comme pour le dopage dans le cyclisme, certains savaient, mais peu ont agi.

Financement participatif: Hardbacon veut obtenir 1,5M$

La start-up Hardbacon lance une campagne de financement participatif pouvant lui rapporter un montant maximal de 1,5M$.