Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Technologie québécoise à la rescousse des baleines noires

La Presse Canadienne|27 mars 2023

Technologie québécoise à la rescousse des baleines noires

La technologie fait en sorte que les maillons des filets de pêche résisteront à des tensions élevées lors de la remontée des casiers de crabe, mais que la tension appliquée sur le cordage par une baleine empêtrée fera céder un maillon faible après quelques minutes, ce qui facilitera la libération du mammifère marin. (Photo: La Presse Canadienne)

Gaspé — Un centre de recherche spécialisé en technologies des pêches, Merinov, et l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) ont annoncé la semaine dernière avoir mis au point un prototype de système qui permet la rupture de cordages lorsqu’une baleine exerce une pression dans un filet de pêche, ce qui devrait faciliter son désempêtrement.

Le centre de recherche basé à Gaspé et l’UQAR expliquent dans un communiqué que cette nouvelle technologie devrait répondre aux exigences éventuelles du gouvernement du Canada afin de garantir une meilleure protection pour les mammifères marins, en particulier la baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition.

La technologie fait en sorte que les maillons des filets de pêche résisteront à des tensions élevées lors de la remontée des casiers de crabe, mais que la tension appliquée sur le cordage par une baleine empêtrée fera céder un maillon faible après quelques minutes, ce qui facilitera la libération du mammifère marin.

Au cours des dernières années, l’empêtrement dans des filets de pêche a été l’une des principales causes de mort de baleines noires de l’Atlantique Nord.

L’UQAR affirme que les essais en laboratoire ont été assez concluants pour permettre plusieurs essais en mer et une éventuelle commercialisation de la technologie.

En plus des enchevêtrements dans les filets, les baleines noires de l’Atlantique Nord doivent faire face à d’autres défis qui les mettent en péril, notamment les collisions avec les navires et le manque de nourriture causé par le réchauffement des eaux.