Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Pas toujours rose, l’entrepreneuriat

Pascal Lépine|Mis à jour le 02 juillet 2024

Pas toujours rose, l’entrepreneuriat

Paule Rochette et Benoit Paquette (Photo: courtoisie)

EXPERT INVITÉ. Voilà quelques mois que j’ai le privilège de m’adresser à vous pour qu’on s’inspire et qu’on aspire à faire mieux, ensemble. Pour que, en observant les bonnes pratiques de petites et moyennes entreprises d’ici sur les plans environnemental et social ainsi qu’au chapitre de la gouvernance, plus d’organisations aient envie de changer leur modèle d’affaires pour être un modèle tout court.

Aujourd’hui, on va continuer d’éplucher un peu l’alphabet en mettant sous la loupe une PME championne de l’ESG pour aborder l’abc du changement écologique tout particulièrement. Parce qu’on peut en parler longtemps, du virage vert, mais il faut surtout agir concrètement et, pour ça, il faut commencer quelque part.

Commençons ici et maintenant.

Une conscience écologique à transmettre

Située à Piopolis, un petit village de quelque 400 âmes non loin du lac Mégantic, Hébergement aux Cinq Sens est une pionnière du tourisme responsable et durable. Quand elle a commencé ses activités en 2009 en accueillant des touristes dans des yourtes, c’est à peine si on connaissait ce type d’hébergement au Québec. Paule Rochette, cofondatrice de la PME, se souvient: «Les gens disaient yaourte! C’était plus compliqué à mettre en place parce que c’était nouveau ici, mais j’étais convaincue du projet. Je voulais sortir les gens de leur quotidien et les amener à connecter avec la nature tout en ayant le moins d’impact possible sur l’environnement.» À ce jour, cette mission en deux volets a guidé toutes les décisions d’Hébergement aux Cinq Sens.

Pour répondre au premier volet, qui consiste à assurer ses activités en ne laissant aucune trace derrière, la PME mise sur des installations et infrastructures écologiques, comme une serre passive (qui est à même d’emmagasiner la chaleur pour la restituer en temps voulu), la récupération des eaux de pluie et un système électrique alimenté par des panneaux solaires.

Quant au second volet, c’est tout spécialement Benoit Paquette, partenaire d’affaires et de vie de Paule, qui y voit. Il initie la clientèle à la richesse de la nature lors d’activités-découvertes en forêt qui mettent à profit son bagage de biologiste et se basent aussi sur des enseignements autochtones axés sur le respect de la terre mère, Paule appartenant elle-même à la nation huronne-wendate.

Si j’insiste sur le fait qu’Hébergement aux Cinq Sens offre davantage qu’un séjour de repos en nature, c’est parce que l’entreprise finaliste aux prestigieux prix Excellence Tourisme de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec en 2022 et en 2023 mise énormément sur cette expérience immersive pour développer la conscience écologique.

En effet, le postulat de départ des deux visionnaires engagés, c’est qu’en arrêtant de percevoir la nature comme étant externe à soi, chacune et chacune y fera forcément attention, dans un esprit de mutualisme. Tant les individus que les organisations peuvent modifier leurs pratiques après une telle prise de conscience. «Ce qu’on veut, c’est changer les lunettes à travers lesquelles les gens regardent le monde pour qu’ensuite leurs activités, plutôt que d’avoir une empreinte sur l’environnement, améliorent l’endroit où elles ont lieu», d’expliquer la récréologue de formation devenue propriétaire d’entreprise.

À en croire les nombreux témoignages de visiteurs et visiteuses qui ont entrepris une démarche transformatrice après leur passage dans un des hébergements écologiques à faible emprunte sur l’environnement abrités par le ciel étoilé d’Hébergement aux Cinq Sens, Paule et Benoit voient juste.

(Photo: Sonia Grenon)

Faites vos premiers pas

Nos deux complices savent inspirer le changement que leur entreprise incarne et n’ont pas fini de le faire, notamment en faisant partie du regroupement d’experts et d’expertes du Fonds Écoleader. Il s’agit là d’un excellent point de départ pour toute PME désirant se lancer concrètement dans le développement durable (DD), comme l’explique Paule: «Souvent, les entreprises vont engager une personne-conseil pour bâtir un plan d’action DD, qu’elles peineront à traduire en gestes concrets. Le soutien du Fonds Écoleader offre la possibilité aux entreprises de passer des paroles aux actes.»

Néanmoins, certaines PME hésitent toujours à s’avancer sur la route verte, craignant que leur richesse ne s’en trouve affectée, puisque les actions durables et responsables génèrent parfois un moins grand profit. Or, il n’y a aucune crainte à avoir si on adhère à la définition de la richesse selon Benoit: «Vous pouvez penser que c’est de faire beaucoup d’argent, mais pourquoi ça ne serait pas plutôt que votre entreprise soit rentable et fasse une différence dans son milieu? Si vous limitez sa répercussion environnementale, vous évitez d’énormes coûts à toute la société… Bref, on ne peut conclure à de bonnes performances en regardant uniquement les états financiers d’une entreprise; il faut regarder les chiffres globaux!»

Là seulement, on aura un vrai bilan à partir duquel établir de bons objectifs pour la suite. Un bilan qui montrera que, certes, l’entrepreneuriat n’est pas toujours rose, mais qu’il n’en tient qu’à nous pour qu’il soit toujours vert!