La confiance est importante, en assurance comme en affaires

Publié le 12/02/2020 à 09:31

Pour un gestionnaire ou un propriétaire d’entreprise, l’assurance est loin des préoccupations quotidiennes. Les ventes, la production, le service à la clientèle, le recrutement et la motivation des employés occupent déjà une grande partie de son temps.

Dans ce contexte, l’assurance entreprise apparaît souvent comme une contrainte, un coût pour faire des affaires, de sorte que les dirigeants d’entreprise s’efforcent, plus ou moins consciemment, d’y consacrer le moins de temps possible. Pour eux, choisir une assurance est une épreuve dont ils ne voient pas toujours l’utilité et qu’ils souhaitent traverser rapidement. Ils répondent succinctement aux questions de leur représentant. S’ils le peuvent, ils se contentent d’une brève conversation téléphonique ou de remplir seulement les champs obligatoires lors d’une demande via le Web.

En cela, ils ne sont guère différents des consommateurs. Il y a deux ans, un sondage Léger mené pour le compte de la Chambre de l’assurance de dommages (ChAD) et de la Chambre de la sécurité financière (CSF) révélait que 80 % des consommateurs ne lisaient pas leurs contrats d’assurance en entier. Cela réduisait considérablement la connaissance qu’ils avaient de leur couverture. Ainsi, presque la moitié des consommateurs reconnaissaient ne pas connaître toutes les exclusions de leurs contrats d’assurance.

Bien comprendre ce qui est couvert ou non
Pourtant, les risques que court une entreprise sont bien réels. Rien n’est pire, pour un propriétaire qui subit un sinistre, que de s’apercevoir ensuite que les dommages ne sont pas couverts par son assurance entreprise alors qu’il s’attendait à être indemnisé.

D’ailleurs, certains détails de votre contrat d’assurance méritent une attention particulière. Par exemple :
• Saviez-vous que le refoulement d’égout n’est pas nécessairement inclus dans une police de base d’assurance entreprise et qu’il doit alors être ajouté par un avenant au contrat ?
• Qu’en est-il des tremblements de terre ? C’est la même chose. Un avenant est nécessaire pour couvrir ce risque.
• Et les inondations, sont-elles couvertes ou non ? De façon générale, les inondations provenant du débordement de cours d’eau et d’étendues d’eau ne sont pas couvertes par défaut. Elles requièrent un avenant si vous souhaitez vous en protéger.

Les assureurs emploient un vocabulaire assez standardisé; mais certains utilisent des définitions qui leur sont propres et qui méritent des explications.

Un dialogue ouvert avec un partenaire d’affaires
Pour bien protéger son entreprise, un gestionnaire a tout intérêt à prendre le temps de transmettre toute l’information pertinente à son assureur, pour qu’il lui procure les couvertures dont l’entreprise a besoin.

C’est en discutant ouvertement de la situation de l’entreprise, notamment en informant l’assureur lors de changements, que le gestionnaire peut saisir la portée des risques encourus et la valeur des protections qui lui sont proposées. C’est aussi par ce dialogue que s’établit la confiance, nécessaire à toute bonne relation d’affaires.

Un professionnel de l’assurance auquel on peut faire confiance
Pour exercer leur profession, les courtiers et les agents d’assurance doivent passer des examens et ils sont soumis à un code de déontologie. Ce code stipule que, lors d’un renouvellement d’assurance, ils doivent s’assurer que la police correspond toujours bien aux besoins de leur client.

Un gestionnaire d’entreprise peut donc communiquer en toute confiance les informations qui pourraient justifier un changement à sa couverture. Ce geste pourrait éviter à l’entreprise une erreur très coûteuse en cas de sinistre.

Par ses connaissances et son expérience, un agent ou un courtier est bien placé pour expliquer toutes les dispositions d’une assurance entreprise, mettre en lumière les risques couverts ou non, et suggérer les couvertures adéquates. Le gestionnaire de l’entreprise pourra ainsi prendre la décision qu’il juge appropriée et le faire en connaissance de cause.

À la une

Le Mouvement Desjardins achète DuProprio

La transaction conclue avec Purplebricks Group, annoncée mercredi, est évaluée à environ 60,5 millions $.

Québec permet la réouverture progressive des tours de bureaux

Chaque entreprise devra développer son propre protocole.

Le taux directeur demeure stable à 0,25%

Mis à jour à 10:29 | La Presse Canadienne

Elle a l’intention de le laisser à ce faible niveau jusqu’à ce que le portrait d’ensemble s’améliore.