Comment bien choisir le montant de votre franchise

Publié le 08/05/2019 à 15:25

Le montant de la franchise peut avoir un impact significatif sur le coût d’une prime d’assurance. Votre franchise actuelle convient-elle réellement à vos besoins ?

La franchise est le montant que l’entreprise accepte d’assumer lors d’un sinistre. En d’autres mots, si l’entreprise subit des dommages d’une valeur inférieure au montant de la franchise, elle ne réclame pas d’indemnisation auprès de son assureur. En revanche, si le montant des dommages et supérieur à celui de la franchise, l’assureur l’indemnise à hauteur du montant des dommages couverts par la police d’assurance, moins celui de la franchise.

Dans une assurance entreprise, la franchise s’applique aux bâtiments et à ce qu’on appelle le « contenu », soit tout ce qui se trouve dans les locaux de l’entreprise : marchandises, équipements, matériel informatique, etc.

Pourquoi accepter une franchise ?

Certains pourraient penser : « Tant qu’à payer une assurance, autant lui demander de rembourser dès le premier dollar de pertes. » Mais en assurance des entreprises, pour les petits dommages, il n’est pas plus dans l’intérêt de l’assuré que dans celui de l’assureur de procéder à une demande d’indemnisation – ne serait-ce qu’en raison du temps et du travail nécessaires au dépôt et au traitement d’une réclamation.

D’un autre côté, afin d’éviter les augmentations de prime d’une année à l’autre, certains assurés préfèrent ne pas réclamer de petits montants pour ne pas entacher leur dossier d’assurance.

En résumé, si vous savez que vous ne prendrez pas la peine de réclamer un petit montant, autant le reconnaître d’emblée en choisissant une franchise plus élevée, ce qui permettra par ailleurs à votre entreprise de diminuer sa prime d’assurance.

Quels risques votre entreprise peut-elle assumer seule ?

Pour choisir le montant de franchise qui vous convient, la clé est de bien évaluer le niveau de risque que votre entreprise peut assumer.

Le degré d’acceptation du risque financier varie grandement d’un entrepreneur à l’autre, mais la perception du risque ne devrait pas être la seule à dicter votre choix. Le bilan de votre entreprise fournit des éléments financiers objectifs permettant d’évaluer sa tolérance au risque. Par exemple, quels sont ses actifs liquides « libres », dont vous n’avez pas besoin pour votre fonds de roulement et dans lesquels vous pourriez piger en cas de pépin ?

Il n’y a pas de règle d’or – ni même de « règle du pouce » – pour calculer un montant de franchise qui s’appliquerait à toute entreprise, mais certaines situations extrêmes sont toutefois à éviter.

Ainsi, une entreprise dont la trésorerie est serrée, qui a fréquemment recours à sa marge de crédit, n’a pas beaucoup de marge de manœuvre. En cas de coup dur, devoir assumer le montant d’une franchise élevée pourrait la mettre à risque.

Inversement, si une entreprise détient un bâtiment qui vaut plusieurs millions de dollars, il est probable qu’elle soit en mesure d’assumer des coûts de quelques milliers de dollars pour des réparations. Une franchise relativement élevée lui permettrait donc de faire une économie sur sa prime d’assurance.

Évaluer l’impact de la franchise sur la prime d’assurance


Une économie de quelle ampleur ? Impossible de le deviner. L’impact du montant de la franchise sur le montant de la prime d’assurance est très variable. La seule façon d’avoir l’heure juste est de demander à votre assureur deux propositions, avec le montant de la franchise comme seule variable différente entre une proposition et l’autre.

Vous pouvez ensuite comparer le montant de l’économie annuelle sur votre prime avec celui de la franchise.

Considérer le ratio entre les deux montants par rapport au nombre d’années pourrait vous aider à évaluer l’impact de la franchise.

Est-ce une bonne affaire ? La décision vous appartient. L’important est d’avoir réfléchi à toutes les possibilités pour fixer, avec votre assureur, le montant de franchise qui convient le mieux à votre entreprise.

À la une

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Vous achetez une maison avec votre conjoint?

EXPERT INVITÉ. L’évolution du mode de vie peut avoir des conséquences financières graves pour certains d’entre nous.

À surveiller: BRP, Aritzia et Banque TD

Que faire avec les titres de BRP, Aritzia et Banque TD? Voici quelques recommandations d'analystes.