8 erreurs à éviter en choisissant votre assurance entreprise

Publié le 21/08/2019 à 12:00

Comme entrepreneur, vous ne magasinez probablement pas une assurance entreprise toutes les semaines ! Alors, voici quelques-unes des erreurs les plus fréquentes que vous pourriez éviter.

1. Croire que vous n’avez pas besoin d’une assurance entreprise
Protéger par une assurance les locaux que vous occupez ainsi que votre mobilier, votre matériel informatique, vos équipements et vos stocks n’est pas un luxe : c’est une précaution de base que devrait prendre tout entrepreneur, peu importe la taille de l’entreprise. Une assurance des biens sera d’ailleurs indispensable si vous souhaitez contracter un prêt commercial.

Il faut aussi penser, entre autres, à couvrir votre entreprise contre les pertes de revenus, le vol de biens ou d’argent de la part d’un employé et la responsabilité civile.

Vous êtes travailleur à domicile ? Vous y entreposez du matériel nécessaire à votre travail et vous pensez être déjà couvert par votre assurance habitation ? Vérifiez auprès de votre représentant, car il est fort possible que vous deviez souscrire une assurance entreprise pour couvrir vos activités professionnelles.

2. N’avoir qu’un objectif en tête : le plus bas prix
Il est normal de magasiner afin d’obtenir le meilleur prix. Mais la recherche d’une assurance n’est pas une chasse aux aubaines : l’objectif est d’assurer la protection des actifs de l’entreprise contre des risques qui pourraient lui causer des dommages importants, voire entraîner sa perte.

La valeur d’une assurance se mesure davantage à l’étendue des protections qu’elle offre qu’aux économies réalisées sur la prime. Une prime basse peut cacher une carence de couverture qui vous fera cruellement défaut en cas de sinistre. Faites donc en sorte que la police que vous acceptez inclue toutes les protections dont vous avez besoin.

3. Accepter un montant de franchise trop élevé
Le montant de la franchise devrait d’abord être dicté par la capacité financière de l’entreprise. Un sinistre peut survenir à tout moment, même pendant une période où vos liquidités sont au plus bas.

4. Sous-estimer certains risques
On a parfois tendance à négliger certaines protections, comme celle contre le refoulement d’égout, parce qu’on se croit à l’abri d’un sinistre, ou celle contre les tremblements de terre, car ces événements sont plus rares. Ceux-ci peuvent par contre causer des pertes importantes. Il est donc important de bien les considérer avant de les exclure de votre police d’assurance.

5. Ne pas penser aux semaines qui suivent un sinistre
Si vos employés ou vos clients n’ont plus accès à vos locaux pendant quelque temps, ou si remplacer vos biens exige un délai, vos revenus en seront affectés. Une assurance entreprise complète peut vous protéger en couvrant les pertes d’exploitation que vous subirez à cause d’un sinistre. Pensez aussi à l’ampleur des pertes possibles si le sinistre survient lors d’une période de l’année achalandée ou plus cruciale pour vos activités d’entreprise.

6. Mal estimer la valeur de vos biens
Si la construction du bâtiment de votre entreprise n’est pas récente, il est préférable de le faire évaluer par un professionnel avant de l’assurer. En effet, l’assureur a besoin de connaître le coût de reconstruction du bâtiment. Ni le prix auquel vous l’avez acheté ni son évaluation municipale ne vous donneront un indicateur fiable du coût pour reconstruire l’édifice.

Une évaluation peut également s’avérer judicieuse pour votre matériel, vos équipements et vos marchandises. Leur valeur comptable après amortissement ne vous suffira pas pour les remplacer s’ils sont brisés. Certains équipements peuvent ne plus être disponibles et devront être remplacés par des appareils plus performants qui seront peut-être plus dispendieux.

7. Ne pas tout dire à l’assureur
Il est de votre devoir et tout à fait à votre avantage d’être honnête et transparent avec votre assureur. Répondez donc consciencieusement et ouvertement aux questions de votre représentant lors de la demande de soumission et déclarez toute circonstance connue pouvant influencer la décision de l’assureur dans le processus.

Après la signature du contrat, avisez votre assureur de toute modification à votre déclaration initiale : selon le Code civil du Québec, vous avez l’obligation d’informer l’assureur des changements pouvant affecter l’évaluation des risques auxquels est exposée votre entreprise.

8. Éparpiller vos assurances
Vous avez tout intérêt à regrouper vos assurances chez un même assureur.

C’est particulièrement vrai si votre entreprise est à votre domicile, car un sinistre pourrait endommager à la fois votre entreprise et votre résidence. Vous apprécierez alors grandement d’avoir un seul interlocuteur pour vous aider à répondre à une multitude de questions. Certains assureurs vous offrent même une franchise unique, s’appliquant sur l’ensemble des dommages, au lieu d’une franchise distincte pour les dommages à l’entreprise et une autre pour les dommages à la résidence.

Même si votre entreprise n’est pas à votre domicile, vous pourriez bénéficier d’un rabais de prime en combinant votre assurance pour particuliers avec votre assurance entreprise. Parlez-en à votre assureur !

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.