Groupe Morneau : la passion du transport

Publié le 19/01/2017 à 10:00

Tout commence en 1942, lorsque Pierre Morneau obtient un permis de transport général pour son premier camion. Au fil des générations, Transport Morneau prend de l’expansion et opère aujourd’hui une flotte de 1 400 pièces d’équipement. Aperçu des grandes étapes qui ont marqué son développement et des valeurs sur lesquelles il a bâti sa croissance. 

Morneau Transport est né dans le Bas-Saint-Laurent, plus précisément dans la municipalité de Saint-Arsène, où se trouve toujours son centre administratif. Bien ancrée dans sa communauté, l’entreprise a déployé ses ailes et établi 22 terminaux au Québec, en Ontario, dans les Maritimes et jusqu’au Labrador.

Depuis sa fondation, elle s’est beaucoup diversifiée et regroupe désormais plusieurs divisions sous l’appellation Groupe Morneau. Outre Morneau Transport, on retrouve aussi Morneau Eskimo, Morneau Solution, Morneau Global et Morneau Sego. L’entreprise offre des solutions sur mesure à ses clients, aussi bien sur le plan du transport (température contrôlée, remorques ouvertes, plates-formes, etc.), que de la logistique. 

Une croissance bien orchestrée

« C’est le Bas-Saint-Laurent qui nous a vu naître, mais c’est aujourd’hui le Québec tout entier qui nous voit grandir », déclare fièrement André Morneau, le président du Groupe Morneau, la troisième génération à prendre les commandes de l’entreprise, avec sa sœur Micheline. D’une certaine façon, la firme Raymond Chabot Grant Thornton a aussi grandi avec eux, puisqu’elle les accompagne dans leur croissance depuis les années 1970.

Tout comme son père et son grand-père avant lui, André Morneau a la passion du transport. À l’âge de 13 ans, il est déjà à la tête d’une équipe préparant des chargements de pommes de terre qui sont ensuite expédiés du Bas-Saint-Laurent à Québec. À 20 ans, il commence à conduire des camions, et quelques années plus tard, il intègre l’administration de l’entreprise. « J’ai trouvé ma place, je sentais qu’on avait besoin de moi », raconte-t-il.

Pendant des années, il travaille à développer et à obtenir des permis de transport. D’une douzaine au départ, ils atteignent le nombre de 120 en 1988. Cette année-là, avec la déréglementation du monde du transport, la croissance est très rapide et l’entreprise met les bouchées doubles. Aujourd’hui, elle compte 1 400 camions et emploie 1 300 personnes. « Nos ressources humaines ne sont pas des employés, mais bien des collaborateurs. C’est important de faire la différence. Ils apportent leur contribution à l’entreprise et en retour, ils reçoivent une contrepartie. Tous ensemble, nous œuvrons à la réussite de l’organisation », explique André Morneau. 

La relève est au rendez-vous

Groupe Morneau se distingue également par sa culture d’entreprise, basée sur quatre piliers : le respect, l’excellence, l’entraide et la responsabilisation. Cette culture, nommée par son acronyme R.E.E.R., est au cœur même de toutes les décisions d’affaires. « Cela résume les grands points d’ancrage de l’entreprise. Au premier plan, on retrouve la clientèle, que nous faisons tout pour bien servir. Nos collaborateurs ont aussi une grande importance à nos yeux. Des équipes complètes se consacrent d’ailleurs à leur formation pour assurer une conduite sécuritaire et responsable. Vient ensuite la viabilité de la compagnie, autrement dit sa performance financière et sa rentabilité. Même si cet aspect est important, l’argent n’occupe pas la première place sur la liste », souligne André Morneau.

Comment l’avenir se dessine-t-il pour le Groupe Morneau ? Une chose est sûre, la relève ne manque pas. Sur les cinq enfants d’André et de sa sœur Micheline, tous sont déjà à l’emploi de l’entreprise, dont trois dans des postes de direction. « Mais la relève n’est pas uniquement familiale, puisque plusieurs autres jeunes talents grandissent aussi au sein de l’organisation », dit André Morneau. Les camions du Groupe Morneau continueront donc à rouler encore longtemps sur nos routes !

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.