Le cœur à la bonne place

Publié le 29/01/2019 à 00:01

La générosité est un bouillon de poulet pour l’âme : donner fait du bien. D’une action philanthrope naissent la satisfaction et le sentiment d’appartenance. Être partie prenante d’une cause, c’est faire une différence et devenir vecteur de changements.

Les donateurs et les bénévoles, malgré leurs actions désintéressées, tireraient profit de leur générosité. Selon la conclusion d’une étude norvégienne1, les décisions altruistes auraient un impact positif sur le striatum ventral, une zone du cerveau où se modulent les signaux de récompense. En plus d’augmenter l’estime de soi, la philanthropie rendrait donc ses acteurs carrément heureux. Voilà une autre bonne raison de soutenir une cause comme celle de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Un don d’une grande valeur
Le temps, c’est de l’argent. Dans l’univers philanthropique, cette maxime est à prendre au pied de la lettre. Le don de temps a une grande valeur. Devenir le porte-étendard d’un organisme ou d’une fondation par la force de ses actions et par son implication vaut son pesant d’or.

Nombreux sont les Québécois qui choisissent de participer à un défi visant à amasser de l’argent au profit d’un organisme de bienfaisance. D’après la plus récente étude Épisode2, au Québec, donner en réponse à la demande d’un proche se classe dans le top 3 des façons les plus populaires de donner (25 %). Cette forme d’implication est particulièrement prisée chez la génération X (27 %), Y (26 %) et chez les baby-boomers (25 %).

Grâce aux réseaux sociaux et aux différents canaux de communication, ces défis jouissent d’un important potentiel viral. En plus d’amasser des fonds, les participants deviennent les ambassadeurs de la cause qu’ils endossent et contribuent à son rayonnement.

Choisir sa cause
Les motivations intrinsèques au choix d’une cause sont nombreuses et variées. Certains arrêteront leur décision en fonction de leur vécu, de leur idéologie, ou des plus nécessiteux. Quoi qu’il en soit, à défaut de pouvoir toutes les soutenir, on arrête généralement son dévolu sur celles qui correspondent le plus à nos valeurs.

L’urgence d’agir
Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité à l’échelle mondiale. En raison du caractère urgent de l’enjeu, elles requièrent une attention particulière. C’est pourquoi, par l’entremise de deux initiatives stimulantes, la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal invite la population à contribuer à l’avancement des soins, de la recherche, de l’enseignement, de la prévention, et à l’évaluation des nouvelles technologies en cardiologie.

Courir pour le cœur
Les défis sportifs sont les activités-bénéfice les plus prisées de la génération Z2. En effet, 26 % d’entre eux disent les préférer à toutes autres activités d’un point de vue philanthropique. Ils sont également populaires chez la génération X et Y (17 % chacun).

Sous cet angle, courir pour la cause et pour sa santé est un choix qui plaît. C’est sans doute ce qui explique le succès de Cours pour le Cœur qui, depuis 2016, voit sans cesse croître son nombre de participants.

Avec la volonté de se dépasser physiquement et un peu d’entraînement, tout le monde peut y arriver. Le principe est fort simple : il suffit de s’inscrire à la course de son choix sur la plateforme officielle des organisateurs de la course en question, de créer son profil sur le site Web de Cours pour le Cœur, et de s’engager à amasser un minimum de 200 $ en collecte de fonds. La Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal rembourse par la suite les frais d’inscription du coureur. Tout le monde gagne!

Cours pour le Cœur est résolument une activité bénéfique pour la santé de votre cœur et celle des autres. Ça vous interpelle? Faites LA différence, et inscrivez-vous!

S’activer pour la cause
La recherche de solutions s’inscrit dans l’ADN de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal. Rien d’étonnant à ce que la Fondation annonce le lancement d’Active-toi, d’une nouvelle plateforme virtuelle qui facilite et suscite l’intérêt pour la mise en œuvre des collectes de fonds organisées par le grand public. Avec le soutien de la Fondation, le public est invité à s’activer pour organiser des événements philanthropiques au profit de la cause, ou  à  simplement   solliciter  des   dons.  Il  peut  s’agir de  «  vendredis   jeans »  dans  une  entreprise, d’un  tournoi de golf,  ou encore  de  cadeaux en argent offerts à l’occasion d’un événement spécial (mariage, anniversaire, graduation, etc.). Alors plus d’excuse : on s’active pour la santé cardiovasculaire!

Sources: 1A neutral link between generosity and happiness, 2Étude Épisode

À la une

Ça rapporte d’investir dans des organismes communautaires

24/01/2022 | Emmanuel Martinez

Investir dans les organismes communautaires est bon pour l’économie, selon une étude de la firme AppEco.

Bourse: Wall Street sauve les meubles et termine en hausse

Mis à jour le 24/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto rebondit en fin de journée mais termine quand même dans le rouge.

À surveiller: Peloton Interactive, Metro et Innergex

24/01/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Peloton Interactive, Metro et Innergex? Voici quelques recommandations d’analystes.