Relever les défis juridiques grâce aux solutions technologiques

Publié le 21/09/2022 à 00:01

Par Edilex

Dans un monde où les technologies numériques s’insèrent de plus en plus dans les habitudes de la population, de nombreux défis affectent le secteur juridique en ce qui a trait, entre autres, à la gestion des documents complexes et aux tâches administratives. Heureusement, la technologie juridique, y compris la solution proposée par Edilex, contribue à résoudre la plupart de ces enjeux.

Aujourd’hui, les entreprises de tous les secteurs qui ne tirent pas pleinement profit de la technologie dont elles disposent s’avèrent moins productives et, malheureusement, font en sorte que leur clientèle ne reçoit pas les services de qualité dont elle a besoin. Par ailleurs, il a été clairement démontré que l’exploitation efficace de la technologie juridique profite grandement aux cabinets d’avocats ou de notaires, car non seulement elle les aide à résoudre des problèmes clés, mais elle leur permet de générer des revenus. Pourtant, selon le rapport d’enquête 2019 de l’American Bar Association (ABA) sur la technologie juridique, quelque 38 % des cabinets se privent des avantages en ce qui a trait aux revenus supplémentaires découlant d’une utilisation accrue de la technologie.

Un retard à rattraper

C’est un fait : plusieurs secteurs d’activité ont déjà effectué leur transition vers le numérique. Or, ce n’est vraisemblablement pas le cas en ce qui concerne le domaine juridique. « Le secteur financier et celui de la comptabilité, par exemple, utilisent depuis longtemps des solutions numériques à l’interne et en proposent à leurs clients. Sur le plan des services juridiques, par contre, il y a un rattrapage à faire, bien qu’on observe un boom depuis environ cinq ans », souligne Jean-François L’Ecuyer, chef des revenus chez Edilex.

Les problèmes auxquels sont confrontés les cabinets modernes sont pourtant légion : la délicate question des heures facturables, le passage à la télémétrie accéléré par la pandémie, l’évolution des méthodes de paiement (ex. : plusieurs cabinets demandent encore des chèques à leurs clients), la cybersécurité, la conformité et, bien entendu, la lourdeur de la gestion des tâches administratives. Pour pallier les difficultés liées à ces enjeux, Edilex a lancé l’an dernier un nouveau logiciel infonuagique de rédaction contractuelle pour les équipes juridiques en entreprise, les cabinets juridiques et les PME sans équipe juridique.

Une gestion du temps optimisée

Habitués à la rapidité des technologies numériques, les consommateurs comme les professionnels souhaitent bénéficier de solutions rapides et d’un maximum d’autonomie. « Avec notre solution d’automatisation de rédaction de documents juridiques, on ouvre les portes à une forme de self-service. Nos clients non-juristes peuvent remplir des documents eux-mêmes tout en profitant d’un accompagnement et d’une expertise selon leurs besoins », illustre M. L’Ecuyer.

Dans le monde juridique, le temps s’avère une denrée rare et précieuse. Ainsi, la solution d’Edilex permet aux juristes de se concentrer sur les aspects stratégiques plutôt qu’opérationnels et à leurs clients de réduire leurs coûts en réalisant des tâches de façon autonome.

« Automatiser la mise en pages et la correction de documents permet de gagner beaucoup de temps, soutient Jean-François L’Ecuyer. De plus, les jeunes employés ou les stagiaires dans les cabinets juridiques profitent d’un meilleur encadrement en utilisant ces logiciels. Ils peuvent passer plus rapidement à un niveau supérieur d’autonomie, et leur employeur supervise un produit fini, ce qui augmente l’efficacité du processus. »

Mettre une portion du travail dans les mains du client, voilà la vision d’Edilex pour le futur. Selon M. L’Ecuyer, la division du travail entre les avocats ou notaires, les techniciens juridiques, les juniors, les stagiaires et les clients est en voie de devenir la norme.

Une compréhension des réalités

Les aspects juridiques variant d’un territoire à l’autre, il est avantageux de faire affaire avec une entreprise québécoise comme Edilex. Fondée en 1992, elle a d’abord été une maison d’édition publiant des documents juridiques, pour ensuite se consacrer au développement de logiciels. Considérant que le Québec comporte un système distinct (droit civil), les entreprises de services d’automatisation de documents maîtrisant cette réalité sont difficiles à trouver.

Poursuivant son développement dans la province, Edilex compte actuellement plus de 450 clients, soit des cabinets d’avocats et de notaires, des contentieux d’entreprises et des organismes publics (villes, centres de services scolaires, centres de santé, etc.). « Notre équipe comprend la réalité de nos clients et est capable de s’y adapter. Nous avons d’ailleurs 12 avocats pouvant les aider et les conseiller dans la rédaction de contrats complexes », précise M. L’Ecuyer.

En somme, l’utilisation optimale de la solution d’Edilex améliore le flux de travail de façon globale, rend les avocats et notaires plus efficaces et permet aux professionnels de passer plus de temps à travailler directement avec leurs clients.

Une équipe à votre disposition

Edilex n’est pas qu’un développeur de logiciels : c’est un partenaire présent et à l’écoute pouvant analyser vos besoins juridiques, vous accompagner dans l’implantation de processus adaptés et vous offrir un suivi personnalisé. Découvrez dès aujourd’hui comment ses solutions pourraient vous aider en visitant le edilex.com!

 

À la une

Quand les Québécois découvraient la Bourse dans nos pages

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. «Des entreprises comme Cascades et Couche-Tard, elles sont extrêmement reconnaissantes envers le REA.»

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Bourse: Wall Street reprend son souffle et finit en baisse

Mis à jour le 26/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé en baisse.