Produire mieux, produire plus

Publié le 15/01/2021 à 14:37

Accroître sa productivité : le concept est souvent associé à de plus grands volumes de production et à des moyens et efforts accrus. Or, il s’agit surtout de faire mieux avec les ressources dont on dispose et dans lesquelles on investit. Mise au point, propositions pour y parvenir et explications de deux experts.

« Travailler mieux, c’est augmenter l’efficacité avec laquelle l’entreprise utilise ses ressources matérielles, financières et surtout humaines, pour la transformation de produits et de services à valeur ajoutée », dit Julien Bourque, directeur initiatives stratégiques chez Investissement Québec.

Accroître la productivité consiste donc à maintenir sa production en utilisant moins de ressources, à augmenter sa production en optimisant ses ressources ou encore à produire sur mesure pour la clientèle sans augmenter les coûts ou les délais. Compter les unités produites ne donne ainsi pas tout le portrait de la productivité de l’entreprise.

Une amélioration à la portée des PME

Cette approche de la productivité facilite le déploiement de stratégies pour la favoriser. Toutes les entreprises sont en mesure d’innover pour l’augmenter et, ce faisant, devenir plus compétitives. Mais attention : celles qui ne déploient pas de tels efforts risquent fort de se faire devancer par la concurrence.

« L’innovation, c’est revoir l’ensemble de la chaîne de production, les méthodes de travail, les outils à notre disposition, l’organisation de l’espace, les compétences des employés… Ce n’est pas uniquement le recours à des robots », souligne Jocelyn Paul, adjoint à la direction Soutien et efficacité des opérations d’Investissement Québec – CRIQ.

Les deux experts encouragent les entrepreneurs à prendre un pas de recul, à poser le bon diagnostic et à investir dans les nouvelles technologies numériques. « Par exemple, de nombreuses entreprises recueillent des données sans les exploiter. Elles doivent apprendre à les analyser et à les valoriser pour augmenter leur productivité », dit Jocelyn Paul.

L’initiative Productivité innovation d’Investissement Québec offre un accompagnement qui favorise ce processus d’innovation et de transformation numérique. « Nous organisons des laboratoires virtuels dans chaque région du Québec et nous facilitons la discussion avec des entrepreneurs qui ont adopté des technologies 4.0 et d’autres qui ont décidé de passer à l’action, dans le but de les outiller et de mettre en lumière les enjeux, les moyens et les bienfaits de telles innovations », dit Julien Bourque.

En fait, selon ces experts, la plupart des entrepreneurs savent d’où ils partent et où ils veulent aller. C’est la façon de combler cet écart qui reste à définir, ce que vise justement l’accompagnement que propose cette initiative d’Investissement Québec.

Bienfaits collatéraux

Les entreprises qui se lancent dans l’innovation technologique et augmentent leur productivité observent des répercussions dans différents domaines. « Cette progression permet d’offrir une meilleure “expérience employé” aux jeunes travailleurs, pour qui ces technologies n’ont pas de secret, mais aussi aux autres, qui y trouvent une occasion d’acquérir de nouvelles compétences », fait valoir Jocelyn Paul.

Une telle amélioration des compétences est fondamentale, selon les experts. Une entreprise qui se limiterait aux connaissances non renouvelées de ses employés serait en effet piégée dans un certain immobilisme. Mobiliser les bons acteurs, s’assurer qu’ils sont bien formés et nourrir leur motivation : ces éléments sont essentiels dans le processus de transformation technologique. « À quoi ça sert d’avoir une Formule 1 si on n’a personne pour la piloter ? » demande Jocelyn Paul.

De plus, des investissements dans les technologies et la productivité conduisent généralement à une réduction de l’empreinte écologique de l’entreprise, un résultat louable et particulièrement attirant pour la jeune génération. « De tels investissements contribuent à limiter la consommation d’énergie et de matières premières, et freinent le gaspillage », explique Julien Bourque.

Mais attention à bien structurer toute démarche de changement afin de maximiser les chances de réussite, prévient Jocelyn Paul. « Les succès, même petits, rejaillissent sur toute l’équipe et augmentent l’adhésion des employés au projet suivant », dit-il.

Chose certaine, un investissement dans la productivité donne l’image d’une entreprise audacieuse et engagée dans le changement – un atout pour attirer de nouveaux talents et retenir ses employés.

L’effet boule de neige

L’augmentation de la productivité peut aussi entraîner d’autres changements insoupçonnés. Les entreprises peuvent commencer par des interventions mineures, qui généreront des gains rapides, lesquels s’accumuleront peu à peu et gonfleront encore plus la productivité.

Quand la roue se met à tourner, les employés en veulent plus, s’engagent envers le changement et participent à la recherche constante de nouveaux projets, assurent les deux experts.

Il faut tout de même faire preuve d’une certaine patience. « Les retours sur investissement ne sont pas toujours clairs et prennent parfois un peu plus de temps à se concrétiser », explique Julien Bourque. « Il faut s’approprier la technologie, la tester et l’implanter, un processus qui n’est pas instantané », ajoute-t-il. Il donne l’exemple de l’installation de capteurs dans une usine, qui demanderont un certain temps d’ajustement et d’analyse des données avant que celles-ci puissent être mises à profit.

Les statistiques révèlent que le jeu en vaut la chandelle : l’utilisation et l’intégration de technologies numériques dans leur réseau de production ont permis à un groupe d’entreprises manufacturières suivies par la firme-conseil McKinsey d’améliorer la productivité au travail de 15 % à 30 %. Plus encore, les données de la 11e édition du baromètre du STIQ montrent que, quelle que soit leur taille, les entreprises très innovantes sont plus performantes et plus compétitives que celles qui n’innovent pas, et que 77 % d’entre elles ont connu une hausse de leur productivité.

« Il faut faire ces pas, car les voisins et concurrents sont peut-être en train d’investir et de se transformer… Il ne faut pas attendre d’être dépassé », résume Jocelyn Paul.

Vous êtes prêt à poser des gestes concrets pour augmenter la productivité de votre entreprise? Découvrez l’initiative Productivité innovation d’Investissement Québec.

À la une

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!