Le Fonds de solidarité FTQ : prêt à épauler les entreprises

Publié le 28/02/2022 à 00:01

Le Fonds de solidarité FTQ investit dans les entreprises en croissance et en développement en se posant en allié stratégique. Si le rendement de ses investissements est important, le bien-être et la mobilisation des travailleurs et travailleuses qui en bénéficient le sont tout autant.

« L’humain est au cœur de nos réflexions. C’est ce qui nous différencie de beaucoup d’acteurs dans le milieu de l’investissement », souligne le premier vice-président aux investissements au Fonds de solidarité FTQ, Dany Pelletier.

Fort d’un actif de 17,2 milliards de dollars, le Fonds de solidarité FTQ réalise des investissements en capital de risque et en capital de développement, en plus de s’engager dans des projets structurants. Son territoire, c’est tout le Québec, les petits villages comme les grandes villes. En plus d’injecter des fonds, il entretient des liens étroits à long terme avec ses partenaires.

Accompagner les entreprises

En tant qu’investisseur de proximité, le Fonds de solidarité FTQ souhaite avant tout faire une différence dans le cheminement des entreprises. Lorsqu’il noue avec elles une relation d’affaires, il veut connaître leur raison d’être, au-delà de la volonté d’engranger des profits, et les motivations qui les animent pour améliorer le sort de la société afin de leur permettre d’atteindre de nouveaux sommets.

« Pour nous, c’est important d’engager un dialogue avec les entreprises et, lorsque cela est requis, de les entourer pour les aider à avancer », mentionne Dany Pelletier.

Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont primordiaux pour les investissements en capital de développement du Fonds de solidarité FTQ. En rendant ces critères plus concrets et moins conceptuels, les entreprises y voient plus clair et parviennent à se fixer des objectifs ambitieux.

« Toutes les industries doivent se décarboner, illustre le premier vice-président aux investissements au Fonds de solidarité FTQ. Dans l’industrie minière, par exemple, si on aide une entreprise de services à comprendre les risques auxquels leurs clients font face — et ceux auxquels ils seront exposés —, on peut générer une capacité à créer une plus grande valeur à long terme. »

« On investit dans les entreprises, mais aussi avec les entreprises pour qu’elles prennent part aux grandes transitions environnementale et technologique », insiste le gestionnaire de la société d’investissement.

Le Fonds de solidarité FTQ s’est doté en 2014 d’une politique-cadre de développement durable. Il se fait également un devoir de dresser un bilan social pour chacune des entreprises qu’il soutient, c’est-à-dire qu’il évalue dans quelle mesure il peut les accompagner dans leurs projets énergétiques, technologiques ou humains.

Rôle de catalyseur

En plus de l’aide personnalisée qu’il peut apporter aux entreprises, le Fonds de solidarité FTQ a développé une expertise pointue dans plus de vingt secteurs d’activité, comme l’agroalimentaire, la foresterie et les sciences de la vie.

« Nous comprenons les enjeux et nous voyons les occasions d’affaires, dit Dany Pelletier. Nous sommes en mesure de créer des synergies et de faire avancer encore plus rapidement les entreprises. »

Grâce à son vaste réseau d’entreprises partenaires, le Fonds de solidarité FTQ est ainsi en mesure de jouer un rôle de catalyseur pour bonifier des projets d’affaires, donner un nouveau souffle à une organisation et même relancer une activité économique en région.

Un bel exemple est la réouverture de l’usine de pâte de Lebel-sur-Quévillon — aujourd’hui nommée Nordik Kraft — par Chantiers Chibougamau. Le site industriel était fermé depuis plus de 15 ans.

« Nous avons été aux premières loges avec Michel Fillion et son équipe pour la relance de cette usine, relate le premier vice-président aux investissements au Fonds de solidarité FTQ. Tout le mérite leur revient et nous sommes fiers d’être à leur côté dans leurs projets. »

Que les entreprises du Québec migrent vers l’économie de demain sans laisser personne de côté, c’est l’objectif du Fonds de solidarité FTQ. « Il ne faut jamais oublier qu’une entreprise, c’est la somme d’humains », dit Dany Pelletier.

 

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?