Y a-t-il une recette gagnante pour innover?

Publié le 25/02/2021 à 09:01

La gestion de l’innovation et du développement de produits en entreprise ne s’improvise pas. Elle requiert un amalgame de bonnes pratiques, de savoir-faire et de savoir-être. Et du temps.

Dans ce domaine, même les entreprises les plus performantes n’ont de cesse de s’améliorer. Benoit Poulin, directeur général de l’IDP, lève le voile sur les éléments essentiels pour vous aider à partir du bon pied.

L’innovation implique de faire les choses différemment, de penser « en dehors de la boîte » et de sortir des sentiers battus. Mais l’innovation, c’est surtout la capacité de transformer une idée ou une opportunité en une solution à valeur ajoutée pour la chaine client, et qui bien sûr apportera un bénéfice à son créateur. Voilà pourquoi l’innovation est l’outil par excellence que les entrepreneurs devraient privilégier pour assurer leur croissance.

On est en droit de se demander s’il existe une recette garantissant le succès en innovation? Hélas, la réponse est non. LA recette parfaite n’existe pas; pas plus qu’il n’y a de formule secrète. Car l’innovation peut se traduire de multiples façons suivant le secteur d’activité, la taille, les ressources humaines de l’entreprise, ses ambitions stratégiques, sa culture et son contexte d’affaires.

Il est possible toutefois d’identifier des façons de faire qui fonctionnent. Mais en réalité, ce qui est important, c’est de créer SA propre recette à partir d’une combinaison de bonnes pratiques, de savoir-faire et de savoir-être. Une recette qui sera en constante évolution et amélioration, en fonction des événements dans l’environnement d’affaires de votre entreprise.

À défaut d’une recette, voici quelques ingrédients clés :

1) Générer l’innovation – en continu!
Créer des idées, développer des concepts et des potentiels de projets. Les techniques abondent : séances de créativité, veille stratégique, design thinking, techniques « voix du client » (VoC), la recherche ou le développement technologique, etc.

2) Exploiter l’innovation – avec constance!
Il faut bien faire les projets et savoir transformer les idées en succès commerciaux, générateurs de valeur. On parle ici de concepts tels que la gestion de projet Lean, les techniques de gestion agile, le processus Stage-Gate, le codéveloppement et la collaboration, etc.

3) Bâtir la capacité à innover – stratégiquement!
L’habileté de l’entreprise à définir, redéfinir ou adapter ses ambitions d’innovation, son modèle d’affaires, sa stratégie, sa culture pour les traduire en initiatives, projets et vecteurs de croissance durable. Il faut aussi choisir les bons projets! Pour y arriver, il importe de développer les capacités et compétences en gestion de projets, gestion de produits, design, ingénierie, écoconception et gestion de l’innovation.

La gestion de l’innovation, c’est une gestion d’affaires au cœur de la « business » car elle implique la participation de tous les groupes de l’entreprise. Pour y parvenir, ça prend plus d’un chef cuisinier dans l’entreprise et ne devient pas chef qui veut en cette matière.

Le contexte actuel appelle à l’innovation. Les entreprises doivent réagir et être prêtes à y mettre les efforts. Heureusement, l’écosystème québécois en soutien à l’innovation et au développement de produits est en grande effervescence et accessible à tous.

L’innovation, ça s’organise! Et son organisation, c’est notre affaire. Venez découvrir notre offre de formation-action ou de coaching en entreprise qui vous aideront à définir VOTRE recette gagnante.

Découvrez nos activités à venir !

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.