Palmarès: Les Québécois préfèrent les relations stables

Publié le 17/03/2020 à 01:00

Par Léger

Les années Réputation se suivent et ne se ressemblent pas tout à fait. Avant d’entrer dans le détail des résultats, mentionnons d’emblée que le score de réputation global moyen de toutes les entreprises mesurées au Québec en 2020 se situe à +1 par rapport à l’an dernier. Une année somme toute, neutre. Donc si votre score est le même que l’an dernier, souriez !

Les mouvements constatés dans cette 23e édition de notre étude phare sur la réputation des entreprises québécoises nous enseignent, plus que jamais, que les données personnelles sont intangibles jusqu’à ce qu’elles deviennent la propriété d’un tiers malveillant… avec tous les inconvénients et répercussions que cela a pu causer à Desjardins et les quelque 6 millions d’individus touchés ! Cette mésaventure a assurément coûté plus que les 108 millions de dollars annoncés par Guy Cormier, PDG de Desjardins, le score de réputation de la coopérative financière ayant baissé de 39 points. Les dommages collatéraux sont également considérables pour Desjardins Assurances et Desjardins Sécurité financière, qui écopent avec des baisses respectives de 21 et 24 points. Il s’agit de dégringolades historiques, comme peu d’entreprises en ont vécu depuis que nous menons cette étude (Volkswagen avait chuté de 55 points en 2016 suite à l’affaire « dieselgate »).

Et comment passer sous silence cet autre mouvement historique, où nous constatons que Google n’est plus au premier rang de notre palmarès Réputation, lui qui trônait sur ce classement depuis 2010 ! Avec une perte de 7 points en 2020 et une baisse constante au cours des dernières années, nous sommes en droit de nous questionner. Les gens en ont-ils marre de se sentir épiés ? Les internautes ont-ils l’impression que leurs données personnelles sont vendues aux plus offrants ? Les autres membres du célèbre GAFA sont également aux prises avec des baisses cette année : Amazon avec -6, Facebook, -4, et Apple, -2. La réputation des grands semble ne pas résister au passage du temps, des scandales et autres références à la Big Brother et Cambridge Analytica.

Autrement, force est de constater que l’édition 2020 de l’étude Réputation souligne l’attachement des Québécois aux relations stables, aux secteurs solides et aux promesses durables. Les entreprises publiques (+6 en moyenne) présentent la meilleure variation sectorielle moyenne de l’année. Hydro-Québec (+8), la SAQ (+10) et la SQDC (+19) brossent un beau portrait, suivies de près par les brasseurs, qui emboîtent le pas avec une variation sectorielle moyenne de +4 comparativement à l’an dernier. Mentions honorables pour les secteurs des médias, de l’immobilier et du courrier qui obtiennent des performances sectorielles se situant au-dessus de la mêlée.

Finalement, il paraît important de souligner que parmi les entreprises auxquelles les Québécois témoignent leur confiance cette année, figure un habitué du podium des entreprises les mieux réputées. En 2020, Jean Coutu marque le coup d’une belle façon en occupant la première marche du podium pour la deuxième fois seulement depuis 2009 ! En ces temps d’incertitude et d’abus de confiance, existe-t-il une promesse client plus humble et durable que celle de trouver « de tout, même un ami » ? 

Découvrez le palmarès complet des entreprises les plus admirées selon l’étude Réputation de Léger ici

À la une

Bourse: la sous-performance des titres à petite capitalisation tire à sa fin

BALADO. À la sortie des corrections, les rendements potentiels des titres à petite capitalisation sont importants.

Encore 6 trimestres avant le retour à la normale!

CHRONIQUE. C'est que les chiffres sur la reprise sont «trompeurs», selon une étude de Deloitte.

À surveiller: BRP, Tesla et Mediagrif

Que faire avec les titres de BRP, Tesla et Mediagrif? Voici quelques recommandations d’analystes.