L’infonuagique séduit un nombre croissant d’entreprises

Publié le 11/04/2018 à 00:01

Par NOVIPRO

Une entreprise sur trois est adepte de l’infonuagique. Selon le plus récent Portrait des TI dans les moyennes et grandes entreprises canadiennes , une étude réalisée par Léger et NOVIPRO, 33 % des décideurs d’affaires sondés ont dit que l’infonuagique rendait leur entreprise plus performante. Or, un an plus tôt, seul un répondant sur cinq donnait la même réponse.

Cette forte augmentation témoigne du progrès rapide de l’infonuagique, qui va bien au-delà de l’utilisation des services de bureautique en ligne tels qu’Office 365 de Microsoft et G Suite de Google.

« Les entreprises ont souvent découvert l’infonuagique sous son visage de cloud public, explique Pierre Lanthier, vice-président exécutif du Groupe NOVIPRO et associé principal de sa filiale E-SPACE. Le nuage permettait surtout de partager des ressources techniques entre plusieurs organisations, en payant en fonction de leur utilisation. » Amazon Web Services et Microsoft Azure ont enrichi l’offre de ces environnements mutualisés.

Mais les entreprises exigeant une infrastructure informatique plus robuste constituent maintenant leur propre plateforme privée infonuagique . « Elles bénéficient ainsi d’équipements qui leur sont entièrement dédiés, poursuit Pierre Lanthier. Ces équipements peuvent être loués, mais ils peuvent aussi être la propriété de l’entreprise. Chez E-SPACE, nous créons des cloud sur mesure pour les besoins de chaque client. »

Déjà, 39 % des entreprises utilisent un système infonuagique pour leur infrastructure informatique, selon l’étude de Léger et NOVIPRO. Et il ne s’agit plus seulement d’entreprises spécialisées en technologie : des entreprises de secteurs plus traditionnels comme la distribution et l’industrie manufacturière l’adoptent, car l’informatique fait maintenant partie intrinsèque de leurs activités et de leur croissance.

D’abord un choix financier
La croissance de l’infonuagique se poursuivra : 42 % des répondants jugent que l’avenir est dans le nuage, même si leur entreprise n’est pas encore prête à faire le saut.

La première raison d’adopter l’infonuagique demeure l’attrait de son prix. La réduction des coûts est la motivation la plus souvent citée (55 % des répondants).

Cette économie de coûts a une dimension qui dépasse maintenant le simple matériel. « La gestion d’un parc informatique requiert des ressources humaines qui sont de plus en plus spécialisées, de plus en plus rares et de plus en plus chères, remarque Pierre Lanthier. Pour une entreprise dont l’informatique n’est pas le cœur de métier, il est devenu extrêmement difficile de recruter de bons employés en TI. L’infonuagique lui permet de bénéficier d’une mutualisation des ressources qu’elle ne pourrait pas s’offrir autrement. Nos clients préfèrent impartir la gestion de leur infrastructure technologique pour améliorer leur gouvernance informatique et permettre à leur équipe TI interne de se concentrer sur des projets de développement propres à l’entreprise. »

Plus de rapidité et moins de contraintes
Si le souhait de maîtriser les coûts demeure le premier facteur d’attraction de l’infonuagique, il ne fait plus cavalier seul. Pas moins de 44 % des entreprises identifient désormais une autre motivation pour se tourner vers le nuage : l’agilité et la flexibilité.

L’agilité se traduit par une rapidité d’action qui rend l’entreprise plus concurrentielle. « Dans un environnement sur site géré par les employés de l’entreprise, chaque projet TI pouvait exiger jusqu’à six mois pour sélectionner le matériel et les logiciels, puis deux à trois mois pour l’achat et l’installation, se souvient Pierre Lanthier. Aujourd’hui, grâce à l’infonuagique, on peut mobiliser les ressources beaucoup plus rapidement et faire un travail équivalent en seulement deux à trois semaines. »

L’entreprise trouve aussi dans l’infonuagique un bon moyen d’améliorer sa flexibilité : en s’affranchissant des systèmes existants (legacy systems) et en évitant d’engager des coûts irrécupérables de matériel. En somme, l’entreprise n’est plus prisonnière de ses décisions passées. Elle peut bénéficier de ressources temporaires pour tester rapidement de nouvelles solutions. « Avant d’entreprendre des changements majeurs tels que l’adoption d’un nouveau système ERP, certains clients veulent le tester en situation réelle », explique Pierre Lanthier. Il mentionne au passage qu’E-SPACE offrira bientôt un environnement infonuagique de pointe permettant aux entreprises de tester des cas d’usage en intelligence artificielle.

Mieux protéger ses données
Au-delà des avantages stratégiques de l’infonuagique, une préoccupation très terre à terre pousse beaucoup d’organisations à l’adopter : la sécurité. « Les entreprises font souvent face à des menaces et à des alertes concernant la sécurité de leurs données », dit Pierre Lanthier. La sauvegarde des données est d’ailleurs la première utilisation de l’infonuagique que les entreprises font déjà ou envisagent de faire. Avec 56 % des répondants, cette utilisation du nuage devance :

• les mégadonnées (big data), à 45 % ;
• le site web de l’entreprise, à 40 % ;
• l’archivage, à 38 % ;
• le courriel, les messageries et les outils de collaboration, à 38 % ;
• les systèmes de gestion de la relation client (CRM), à 32 % ;
• les systèmes de planification des ressources d’entreprise (ERP), à 26 %.

L’infonuagique s’impose donc progressivement dans une gamme de plus en plus large de fonctions TI, chaque fonction requérant des compétences techniques pointues. « Ce qu’un fournisseur spécialisé en infonuagique peut apporter, c’est la richesse et la disponibilité des ressources qui peuvent surveiller et faire évoluer l’infrastructure de l’entreprise, soutenir ses opérations courantes, mettre à sa disposition de nouveaux environnements pour accompagner son développement, et l’aider à reprendre rapidement ses opérations en cas de sinistre », conclut Pierre Lanthier.

Pour consulter l’étude complète réalisée par NOVIPRO et Léger, cliquez ici !

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...