Le MBA, un gage d’autonomie

Publié le 21/08/2019 à 00:25

Par ESG UQAM

Emmanuel Dubourg, député de Bourassa à la Chambre des communes du Canada, n’a pas toujours œuvré en politique. Auparavant gestionnaire à l’Agence du revenu du Canada pendant une vingtaine d’années, il a tout d’abord fait trois mandats au provincial avant de devenir député libéral fédéral dès 2013.

Avec un passé de consultant en vérification fiscale, conférencier et enseignant dans plusieurs universités, son parcours a certainement été enrichi par son MBA, obtenu à l’ESG UQAM en 2000. Selon M. Dubourg, cette expérience lui a donné tous les outils de gestion dont il avait besoin pour faire face aux enjeux de ses différents milieux de travail. Il affirme : « Le programme m’a permis d’avoir plus de confiance en moi, de pouvoir sauter sans filet vers de nouvelles aventures professionnelles, qu’il s’agisse d’aller comme consultant en Afrique de l’Ouest, d’enseigner à l’université et de faire deux paliers en politique; tout cela en moins de treize ans! » Dans un monde qui évolue plus vite que jamais, le MBA l’a donc aidé à se développer à un rythme impressionnant, puisque la courbe d’apprentissage offerte est rapide.

Au service de la société, en affaires ou en politique
L’élément commun reliant tous les postes occupés durant sa carrière est le mot « servir ». « Je suis très fier de ma contribution à la société en général. J’ai toujours été au service du public; je l’ai fait à titre d’enseignant, de fonctionnaire et de député », mentionne-t-il. Cette qualité lui a d’ailleurs valu plusieurs distinctions, comme la Médaille du jubilé de la Reine Elizabeth II, ou encore celle du Gouverneur général du Canada. Il est également très attaché et impliqué au sein de sa communauté haïtienne d’origine.

D’après lui, obtenir un MBA lui a donné tous les outils nécessaires pour faire face aux changements, mais aussi pour influencer les décideurs et le cours normal des choses. En termes d’expérience personnelle, cela lui a permis de s’adapter rapidement, peu importe l’environnement, entre autres lors de son départ pour l’international, peu après la fin de son MBA. Il savait ce sur quoi il devait s’appuyer pour réaliser son mandat, sans compter sur quiconque. « C’est une formation à la fois générale et concrète pour tout cadre », ajoute-t-il. Dans son poste actuel, les notions acquises solidifient ses compétences notamment pour gérer son équipe et prendre de bonnes décisions.

Le MBA de l’ESG UQAM a 40 ans, découvrez le programme de MBA pour cadres.

À suivre dans cette section

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.