Le MBA, un facteur de succès professionnel

Publié le 21/08/2019 à 00:20

Par ESG UQAM

Jessica Harnois, femme d’affaires québécoise, porte plusieurs chapeaux professionnels. Sommelière, conférencière et entrepreneure, elle jongle avec plusieurs réalisations à grand succès. En effet, c’est elle qui est derrière les populaires vins Bù, le concept Dégustation VEGAS, qui sera publié sous forme de jeu plus tard cette année, ainsi que six livres portant sur le vin dont elle est coauteure. Elle possède aussi une entreprise d’ateliers de dégustation à la maison.

Après avoir eu un enfant, fait son MBA à l’ESG UQAM et bâti sa carrière, un heureux mélange qu’elle est particulièrement fière d’avoir réussi à concilier, Mme Harnois est en mesure d’avoir du recul pour déterminer les facteurs de succès de sa vie professionnelle. Le MBA fut clairement décisif à ce niveau : « Le MBA enlève le syndrome de l’imposteur, parce que le programme permet de mieux comprendre le langage des affaires. Quand on parle à un professionnel, comptable ou avocat, on a les connaissances pour maîtriser ce qu’ils disent. Cela permet de mieux négocier et surtout, de se sentir bien outillé », indique-t-elle. Elle affirme aussi y avoir appris d’excellentes notions fiscales, ce qui lui a permis de mieux gérer ses finances, autant personnelles que professionnelles.

Devenir gestionnaire au service de sa passion
Aujourd’hui, Jessica Harnois voit son passage au MBA non seulement comme un apprentissage théorique et pratique, mais aussi comme un travail sur soi-même. Étant à l’apogée de son succès sur plusieurs sphères, elle y a gagné structure, solidité et notoriété. « J’ai appris qu’on ne peut pas tout réussir. Je voulais tellement tout gérer, qu’il a fallu que j’apprenne à choisir mes batailles. J’ai appris à bien prioriser et à accepter que je ne puisse pas toujours y arriver, c’est tout simplement impossible! Il faut mettre toute son énergie quand ça compte vraiment », explique-t-elle.

Étant encore en contact avec sa cohorte, qu’elle décrit comme une grande famille, elle souligne aussi l’importance du MBA en termes de réseautage. Ce programme, étant pour elle synonyme de dépassement de soi et de sérieux, lui a permis d’élever sa carrière à un tout autre niveau, devenant une gestionnaire exemplaire dans le domaine qui la passionne. Par rapport au contenu des cours, elle rapporte : « J’ai beaucoup aimé ce que j’ai appris, car je m’en sers aussi dans ma vie personnelle, pour les REER ou l’hypothèque, par exemple. Désormais, je travaille moins et j’ai plus d’argent de côté, tout en ayant un mode de vie qui me convient, et ce, grâce au MBA : je choisis mes contrats au lieu de m’éparpiller un peu partout. »

Le MBA de l’ESG UQAM a 40 ans, découvrez le programme de MBA pour cadres.

 

À la une

Google Stadia: créer le jeu vidéo de demain, aujourd’hui (et à Montréal!)

Il y a 7 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. «On ne crée pas un studio ni une telle plateforme pour tout abandonner dans deux ans.»

ACEUM: Inquiet pour l'aluminium, Legault appuie tout de même l'entente

Il y a 21 minutes | La Presse Canadienne

«Ça me déçoit de voir qu'on a réussi à faire un gain avec l'acier, mais pas avec l'aluminium.»

L'agriculture doit changer pour aider le climat, mais aussi l'industrie

Il y a 18 minutes | La Presse Canadienne

«La crise climatique et la crise agricole partagent plusieurs des mêmes causes.»