Un MBA : pour développer les bons réflexes !

Publié le 31/10/2019 à 00:16

Par HEC MONTRÉAL

Intelligence artificielle (IA), science des données, automatisation… Sans devenir des spécialistes de ces questions, les leaders doivent plus que jamais maintenir leurs connaissances à jour pour non seulement participer pleinement à la prise de décision mais voir aussi venir les nouveaux enjeux et opportunités qui s’annoncent. Dans cette course au savoir, HEC Montréal a mis en place un véritable écosystème visant à la fois à faire de Montréal un pôle mondial en IA mais aussi à en faire profiter pleinement ses étudiants, notamment les candidats au MBA.

Ainsi, l’ambition de HEC Montréal va bien au-delà des développements scientifiques, des algorithmes et de l’apprentissage profond. L’École vise rien de moins que la mise en place d’un milieu d’affaires dédié à la création et à la valorisation d’innovations de pointe. Pour ce faire, l’institution est partie prenante de deux importants programmes de soutien à la croissance d’entreprises en haute technologie à fort potentiel (NextAi et CDL-Montréal) en plus d’avoir participé au développement du centre d’expertise IVADO, et de la supergrappe SCALE.AI. Grâce à ces réalisations, HEC Montréal se positionne désormais de manière enviable sur plusieurs aspects névralgiques de la chaîne d’innovation.

Tisser des liens
Le succès de HEC Montréal repose par ailleurs sur sa capacité à tisser des liens stratégiques avec les principaux acteurs des écosystèmes local, national et global de l’entrepreneuriat technologique.

Le programme du Creative Destruction Lab (CDL) en est d’ailleurs un bon exemple. Créé à l’Université de Toronto par le professeur Ajay Agrawal et piloté, dans sa version montréalaise, par l’École des dirigeants HEC Montréal, ce programme mobilise les expertises combinées de plus d’une trentaine de mentors aguerris provenant de partout en Amérique du Nord : entrepreneurs technologiques à succès, capitaux-risqueurs, scientifiques en IA, etc. À quatre reprises au cours des huit mois que dure le programme, ces mentors se rendent à HEC Montréal pour rencontrer les idéateurs d’une cinquantaine de jeunes pousses en IA et discuter avec eux des défis auxquels ils font face. Or plutôt que de simplement leur prodiguer des conseils, ces mentors vont aussi leur donner trois objectifs à atteindre.

« Les entrepreneurs disposeront de deux mois pour rencontrer ces objectifs », explique Denis Grégoire, titulaire de la Chaire Rogers J.A.-Bombardier de recherche en entrepreneuriat et directeur adjoint du CDL-Montréal. « Ainsi, le rôle des mentors ne se limite pas à coacher les entrepreneurs : ils testent aussi leurs capacités à faire avancer leur projet. En ce sens, le programme est très compétitif car à chacune des rencontres, les mentors doivent décider quels entrepreneurs ils continueront à soutenir et lesquels devront quitter. »

Un apprentissage et des résultats concrets
Autre avantage du programme : permettre aux futurs acteurs/décideurs de tisser des liens avec l’écosystème local. En effet, une trentaine d’étudiants du MBA, triés sur le volet, sont appelés au cours de leur formation à aider  les  entrepreneurs  à atteindre leurs  objectifs. « Ces étudiants  ont la  chance de pouvoir travailler sur de véritables défis de croissance entrepreneuriale et tout ça, en  temps  réel et  directement  sur  le terrain ! », lance Denis Grégoire.

Un tel contact avec le milieu est rare en contexte de formation. « Les étudiants peuvent ainsi tester leurs idées, mettre en pratique leurs habiletés et mesurer l’impact de leurs contributions », ajoute Denis Grégoire. Ils sont privilégiés d’avoir cette occasion de côtoyer des acteurs importants du développement de l’entrepreneuriat en IA à Montréal et d’ainsi pouvoir comprendre tout le potentiel de ces nouvelles avancées avant même qu’elles ne soient commercialisées.

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».