La confiance des Canadiens demeure fragile

Publié le 31/01/2024 à 00:01

La confiance des Canadiens demeure fragile, indique la sixième édition de l’Indice de confiance financière IG Gestion de patrimoine. La hausse du coût de la vie et les risques accrus de récession alimentent plus particulièrement les inquiétudes et minent ainsi grandement la confiance des Canadiens à l’égard de l’économie et de leurs finances personnelles.

« Il y a encore beaucoup d’incertitudes et de préoccupations de la part des gens au pays qui craignent notamment de ne pas avoir suffisamment d’argent pour assurer leur retraite », constate Carl Thibeault, vice-président principal, Services financiers, IG Gestion de patrimoine.

L’appréhension ressentie au cours de la dernière année au sujet du coût de la vie, de la hausse des taux d'intérêt et de l’intensification des tensions géopolitiques mondiales n’est certainement pas étrangère à la situation.

Après avoir connu une hausse à 57 points en 2021, l’indice s’est engagé dans une trajectoire descendante pour s’établir à 51 points en 2022. Or, même si la tendance s’est poursuivie en 2023, l’indice n’a perdu qu’un point pour s’établir à 50. Cette baisse démontre néanmoins que la confiance de la population canadienne dans la vigueur de l’économie n’a toujours pas été rétablie en 2023 et que l’anxiété au sujet de l’avenir persiste.

Logement et alimentation

Au pays, près d’une personne sur deux (49 %) craint que l’inflation continue d’augmenter en 2024. Elles s’inquiètent ainsi de ne pas pouvoir combler leurs besoins essentiels, étant notamment préoccupées par l’abordabilité du logement (62 %) et la montée en flèche du coût des aliments (39 %).

Ces résultats n’étonnent pas dans la mesure « où un grand nombre de propriétaires ont dû renouveler leur hypothèque au cours des derniers mois, ou devront le faire en 2024. Et avec un panier d’épicerie qui coûte encore très cher, les gens voient leur portefeuille rétrécir et ont le sentiment d’en avoir moins pour leur argent », explique Carl Thibeault.

Plus de la moitié des personnes qui ont participé au sondage (56 %) ont déclaré que, en raison du coût de la vie plus élevé, elles épargnent moins en vue de la retraite, particulièrement parmi les ménages de la classe moyenne. Voilà pourquoi près de 20 % des Canadiens et Canadiennes considèrent la capacité de maintenir leur niveau de vie actuel comme l’une de leurs plus grandes préoccupations pour la nouvelle.

Les craintes d’une récession

Plus des deux tiers (68 %) des personnes ayant participé au sondage croient que le Canada se dirige vers une récession en 2024. Une majorité (60 %) croient même à tort que le pays est déjà en récession. L’optimisme de la population canadienne en regard de la stabilité de l'économie est ainsi passé de 56 % en 2022 à 51 % en 2023.

De plus, les marchés boursiers se sont raplombés en 2023, après avoir connu une forte baisse en 2022, et ont ainsi généré de meilleurs rendements financiers. « Même si les ménages canadiens ont moins d’argent dans leurs poches, la valeur des actifs s’est assurément améliorée en 2023. Du moins pour ceux qui ont su maintenir leur plan financier et ainsi profiter de la remontée des marchés boursiers », indique Carl Thibeault.

De sages conseils

Sur le plan financier, le Québec est la région qui se montre la plus confiante avec un indice de 53, suivi de la Colombie-Britannique à 51, de l’Ontario à 50, des provinces atlantiques à 49 et de l’Alberta et des Prairies à 47.

L’étude révèle aussi que les personnes qui font affaire avec une conseillère ou un conseiller pour leurs finances sont nettement plus optimistes. Leur niveau de confiance était en effet de 29 % supérieur à celui des personnes qui n’en ont pas. De plus, neuf répondants sur dix qui ont une conseillère ou un conseiller croient que leur plan financier sera en mesure de résister à tout ralentissement économique.

« Le recours à des conseils d’expert a un impact important. Ça permet non seulement de se doter d’un bon plan financier global, mais aussi de mieux protéger les avoirs des gens et de les rassurer quand des turbulences importantes se font sentir en cours de route », fait valoir Carl Thibeault.

Que nous réserve 2024?

L’année 2024 annonce-t-elle des jours meilleurs ? Il y a certainement de fortes raisons de croire à une stabilité, voire à un regain de confiance de la part des Canadiens, estime Carl Thibeault. « On devrait avoir un faible ralentissement, ou une récession modérée, avec une inflation qui se rapproche de plus en plus de la fourchette cible de la Banque du Canada qui devrait ainsi annoncer des baisses de taux d’intérêt », précise-t-il.

À la une

1T: Meta dépasse les attentes avec 12,4G$US de profits

Il y a 51 minutes | AFP

Le marché est enthousiasmé par les perspectives du groupe américain dans l'IA.

1T: Rogers annonce une chute de 50% de son bénéfice

Mis à jour à 13:45 | La Presse Canadienne

L'entreprise a dû faire face à des coûts plus élevés liés à ses efforts d'acquisition et de restructuration de Shaw.

1T: Boeing affectés par ses problèmes de production, mais moins que prévu

Mis à jour il y a 35 minutes | AFP

Boeing a annoncé mercredi une perte de 343M$US au premier trimestre.