Conciliation famille-travail : Outremont continue à mettre la famille de l'avant

Publié le 05/12/2019 à 16:04

Philipe Tomlinson a été élu maire d'Outremont en 2017. Lui-même papa de deux enfants de 4 et 7 ans, il se présente comme l'un des plus ardents défenseurs de la conciliation famille-travail à la Ville de Montréal. «Nous avons été élus en promettant de mettre les familles de l'avant», rappelle-t-il en entrevue. Près de deux ans après être arrivé à la mairie d'arrondissement, le politicien fait le point.

On ne peut pas être contre la conciliation famille-travail. Comme maire de l'arrondissement d'Outremont, comment voyez-vous les choses?

En tant que gestionnaire, je sais que la Ville fait beaucoup d'efforts pour améliorer la situation. Déjà, je pense que le fait de voir la famille en premier – on parle maintenant de conciliation famille-travail et non travail-famille – fait une différence. L'équipe a aussi mis en place de nouvelles façons de faire pour aider à la conciliation, que ce soit pour nos employés ou pour nos résidants. Par exemple, dans les bureaux, c'est clair qu'on encourage les horaires de travail plus flexibles. En outre, durant le conseil d'arrondissement, nous commençons désormais la période des questions en priorisant les citoyens avec enfants pour qu'ils puissent quitter plus rapidement.

Qu'en est-il de votre expérience personnelle en tant que père de deux jeunes enfants?

Pour nous, la famille passe toujours en premier et nous tenons à ce que l'horaire de nos enfants ait priorité sur le nôtre. Ça a toujours été important pour moi; d'ailleurs, j'ai participé aux congés parentaux en restant à la maison pendant 6 et 8 mois pour chacun de mes enfants. C'est important de passer le plus de temps possible avec nos enfants.

Quelles politiques sont-elles mises en œuvre pour faciliter la conciliation famille-travail dans Outremont?

Il n'y a pas de politique particulière, si ce n'est notre orientation globale depuis que nous sommes arrivés [en 2017]. Nous avons été élus en promettant de mettre les familles de l'avant. Ça veut dire plusieurs choses : ça concerne la sécurité, entre autres autour des écoles, des garderies et des terrains de jeu, mais aussi le soutien aux organismes qui travaillent avec les familles. Et quand nous parlons de famille, ça ne s'arrête pas aux parents avec des enfants. Prendre soin des aînés, ça fait aussi partie de la conciliation famille-travail.

Et qu'en est-il des employés municipaux? Durant une table ronde sur la conciliation famille-travail, tenue par l’Observatoire des tout-petits en partenariat avec Premières en affaires, vous aviez souligné que les syndicats doivent également s'adapter pour faciliter la conciliation famille-travail...

La Ville de Montréal est l'un des employeurs parmi les plus syndiqués et dans ce sens-là, l'administration peut avoir la meilleure volonté du monde, mais il faut s'assurer que les syndicats embarquent aussi. Sinon, ça ne donne rien! Il faut donc travailler conjointement avec les représentants syndicaux, les sensibiliser et mettre en place des orientations concrètes. Par exemple, certains employés doivent travailler avec des feuilles de temps. Nous pouvons nous demander quelle flexibilité les syndicats peuvent mettre en place auprès de ces employés pour favoriser davantage la conciliation.

Un sondage Léger mené l'automne dernier indique que 86 % des Québécois estiment que le gouvernement et les municipalités pourraient en faire plus pour la conciliation. Y a-t-il des mesures que vous espérez mettre en œuvre durant votre mandat?

Nous misons plutôt sur de grandes orientations pour qu'Outremont soit reconnu comme un arrondissement qui s'occupe de la petite enfance. Chaque fois qu'on travaille sur un nouveau dossier, un projet, une politique ou un règlement, on se demande : «Est-ce que les tout-petits sont inclus? Est-ce que les moins petits le sont, et les aînés?» On pense à eux dans tout ce qu'on fait. C'est pourquoi je parle davantage d'une philosophie plutôt que de mesures. Nous voulons que la Ville soit conciliante.

Découvrez d’autres exemples innovants de conciliation travail-famille en entreprise

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...