Paroles de sage

Publié le 01/05/2019 à 00:01

Il est de ces sages que l’on doit écouter avec une attention particulière. Réal Jacob, jusqu’à tout récemment professeur titulaire au Département d’entrepreneuriat et innovation de HEC Montréal, est l’un de ceux-là. Car si le nouveau retraité a sensiblement réduit ses activités professionnelles, la somme de connaissances, d’expériences et de leçons tirées de ses travaux et, surtout, de son passage dans de nombreuses organisations d’ici et d’ailleurs, demeure, prête à être partagée à qui veut bien l’entendre. Question de ne rien perdre de ce trésor, nous l’avons rencontré afin de recueillir ses impressions.

Un nouveau paradigme
Le changement et la transformation des organisations ont été les deux principaux chantiers sur lesquels a œuvré le professeur Jacob durant une bonne partie de son parcours académique. D’emblée, celui-ci identifie un énorme changement de paradigme à l’égard de ces deux sujets cruciaux pour la performance des organisations du XXIe siècle : « On est passé d’une logique de gestion du changement à une logique de développement de la capacité à changer des organisations. Pourquoi? Tout simplement parce que l’environnement évolue tellement rapidement qu’il vaut mieux amener les gens dans les organisations à favoriser l’émergence de pratiques collaboratives et de travail en équipe. En somme, on veut que les organisations travaillent en amont du changement, plutôt que de le subir. C’est, en quelque sorte, l’idée de faire des entreprises des organisations apprenantes, qui sont capables de réagir rapidement aux perturbations de l’environnement. »

Devenir plus agile
Car les perturbations sont en effet nombreuses et exigent des entreprises et des organisations qui les subissent de s’ajuster à un contexte en perpétuel mouvement. À cet égard, Réal Jacob identifie quatre grands travaux auxquels les organisations qui entendent perdurer et prospérer doivent s’astreindre. Tout d’abord, nous rappelle le prof Jacob, la concurrence accrue que nous connaissons aujourd’hui force ces dernières à porter plus d’attention au client. De fait, la tyrannie du client n’est plus un mythe, c’est une réalité à laquelle tout un chacun est confronté. Comment dès lors être en mesure de séduire et de conserver ce client infidèle? L’innovation est, nous rappelle Réal Jacob, la voie royale par laquelle on peut y parvenir. Toutefois, l’enseignant et intervenant en organisation signale que l’innovation ouverte, au sein de laquelle collaborent les acteurs de l’organisation, mais aussi ceux situés hors des quatre murs de celle-ci (clients, partenaires, fournisseurs, etc.), est beaucoup plus en phase avec les nouvelles réalités du marché d’aujourd’hui. Découlant de ce dernier fait, la capacité des organisations à maîtriser, à utiliser judicieusement et à collaborer grâce aux technologies de l’information et de la communication est évidemment un facteur clé de succès, en de début de nouveau millénaire. Mais rien de cela ne sera possible si, comme l’affirme le prof Jacob, les organisations ne deviennent pas plus agiles. De fait, la capacité de celles-ci à mettre en place des processus davantage transversaux plutôt qu’horizontaux, de faire travailler leurs employés davantage en collaboration avec toutes les entités de l’organisation et, dans un dernier temps, de favoriser l’autonomie de leurs gens et de leurs équipes seront garantes du succès futur des organisations qui font l’effort de s’y mettre.

L’essentiel regard intérieur
Observateur attentif du grand monde des entreprises et des organisations, les deux pieds bien campés dans la réalité des organisations, Réal Jacob convient que toutes ces prescriptions peuvent paraître bien difficiles à saisir et à appliquer au jour le jour. Toutefois, la vaste expérience de Réal Jacob, coauteur du livre Paroles de PDG, l’amène à identifier le rôle du dirigeant dans l’établissement de cette capacité à changer des organisations. « Le changement organisationnel, ça commence par le changement personnel », précise Réal Jacob. L’enseignant constate que le dirigeant ne s’interroge pas assez sur sa propre posture à l’égard du changement, et sur les conséquences que le changement peut engendrer sur sa vie professionnelle et personnelle. Et découlant de ce premier constat, on doit aussi porter une attention particulière à la capacité de changement des équipes de direction, puisque la personnalité du dirigeant déteint souvent sur celle du conseil de direction de l’entreprise. « Les équipes de direction sont de puissants leviers de transformation des organisations. Il faut donc s’en préoccuper également », ajoute Réal Jacob.

Sages paroles à mûrir, pour le bénéfice futur des entreprises et des organisations…

Découvrez le programme Ascension - Programme pour dirigeants et relève dirigeante

Autres formations animées par Réal Jacob à l’École des dirigeants HEC Montréal :
Gérer en mode transversal : les principes, processus et facteurs de succès d’une organisation matricielle et collaborative
L'essentiel en développement organisationnel

À la une

Les investissements miniers progressent 7% en 2018

14/11/2019 | François Normand

L'Association minière du Québec s’inquiète toutefois de la réduction des dépenses d'exploration.

Immobilier: le Québec termine l'année en force

14/11/2019 | Les Affaires - JLR

BLOGUE INVITÉ. À Montréal, l’ajout de nouvelles unités peine à répondre à la demande, ce qui fait grimper les prix.

Canopy Growth rate la cible, le titre plonge

Mis à jour le 14/11/2019 | Denis Lalonde

Le titre de Canopy Growth termine la journée sur une chute de 14,27% à la Bourse de Toronto.