Diriger, c’est progresser

Publié le 16/08/2019 à 00:01

L’arrivée d’un gestionnaire à un poste de direction est souvent associée à une finalité. C’est un cas de figure classique : après des années de bons et loyaux services, l’organisation reconnaît le talent, l’expérience et le leadership de l’un de ses gestionnaires. Et pour ce dernier, la nouvelle chaise occupée a davantage des allures de fil d’arrivée plutôt que de bloc de départ. « Erreur! », fait savoir le professeur Alain Gosselin.

« Le besoin est universel, celui de prendre des gestionnaires ayant un potentiel élevé et de les faire cheminer dans une série de transitions qui va les faire grandir hors de leur silo, afin de leur donner une vision plus transversale », constate l’enseignant d’expérience. C’est pour répondre à ce besoin que le professeur Gosselin a développé, avec l’équipe de l’École des dirigeants de HEC Montréal, une offre pour dirigeants d’impact, un ensemble de programmes dont l’objectif est à la fois simple et ambitieux : faciliter et accompagner la transition des gestionnaires de talent vers des postes de responsabilités toujours plus élevées.

Flexibilité et personnalisation, voilà deux clés essentielles qui sont offertes aux dirigeants qui font le choix de suivre l’une ou l’autre de ces formations. Les programmes (L’essentiel du MBA, L’essentiel du MBA – Programme avancé, Ascension – Programme pour dirigeants et relève dirigeante et Le leadership stratégique, passez de gestionnaire à PDG) peuvent être suivis séquentiellement ou à la pièce, compte tenu du niveau de responsabilités du poste occupé et de l’expérience du candidat. « Flexibilité, puisque notre but, précise Alain Gosselin, est de faire en sorte que ces programmes puissent accompagner le dirigeant lorsque le besoin se fait sentir, un peu dans une optique de juste-à-temps. Le dirigeant pourra suivre les formations au bon moment dans sa carrière. »

À quoi doivent s’attendre les personnes qui veulent débuter à élargir leur horizon et gagner en confiance? Le point de départ, L’essentiel du MBA, propose une vue d’ensemble des principales fonctions de l’entreprise (finance, ressources humaines, marketing, etc.), le tout accompagné de deux séances de trois heures en coaching avec des coachs professionnels ou d’anciens dirigeants. « Dans ce volet, nous sommes plus près d’une logique d’un MBA. Nous souhaitons élargir la perspective des participants, en touchant un peu à tout », précise le professeur Gosselin. Puis, le volet L’essentiel du MBA – Programme avancé permet aux gestionnaires de gagner en perspective pour être en mesure de contribuer aux enjeux de performance de leur organisation. D’ailleurs, chaque participant doit déterminer un projet significatif et le développer avec le soutien de ses pairs (peer coaching) et l’apport des animateurs. Le volet Ascension – Programme pour dirigeants et relève dirigeante, convie celles et ceux qui sont aux portes du comité de direction de l’entreprise ou de l’organisation à une réflexion sur le rôle du dirigeant. « Dans ce programme, on aborde la dynamique à l’œuvre autour et à l’intérieur du comité de direction, annonce d’emblée Alain Gosselin. Comment fonctionne le comité de direction? Comment fonctionnent les PDG? Quelles sont leurs attentes? Comment les décisions sont-elles prises? » Voilà certaines des questions cruciales qui sont abordées, dans la perspective d’une entrée prochaine au comité de direction. Ce volet, riche d’expériences diverses, est aussi l’occasion pour les participants de rencontrer des dirigeants, anciens ou toujours en activité, qui viennent échanger avec eux. Christiane Germain, cofondatrice et coprésidente du Groupe Germain Hôtels, et Robert Dutton, ancien PDG de Rona, sont du nombre et ne demandent qu’à partager avec la génération montante de dirigeants les fruits de leurs années à la tête de leurs organisations respectives. L’École des dirigeants offre une nouvelle formation complémentaire : Le leadership stratégique, passez de gestionnaire à PDG pour celles et ceux qui visent la grande chaise, celle du PDG. En compagnie d’Alain Batty, ex-président de Ford Canada, les aspirants PDG auront l’occasion de réfléchir et de discuter à propos de notions essentielles à l’exercice de la conduite d’une entreprise ou d’une organisation. Au cours de cette formation de deux jours, Alain Batty insiste notamment sur l’impérieuse nécessité, pour les futurs dirigeants, de réfléchir de manière plus stratégique, de communiquer de manière efficace et efficiente avec les diverses parties prenantes qui entourent l’organisation, et de favoriser la collaboration entre les membres du personnel et du comité de direction.

Un gestionnaire performant ayant un fort potentiel de croissance doit se donner une stratégie de développement appropriée s’il veut accéder au cercle restreint des cadres supérieurs d’une entreprise ou d’une organisation. L’offre des formations pour dirigeants d’impact a été conçue pour l’accompagner dans chacune des transitions importantes, au bon moment. Le fait de se retrouver avec d’autres personnes provenant d’une large diversité d’entreprises et partageant les mêmes ambitions et les mêmes défis est également un puissant levier qui est mis à profit. Pourquoi ne pas en profiter, avant de mettre le pied au conseil de direction de votre entreprise ou de votre organisation?

Découvrez les formations de l’École des dirigeants HEC Montréal :
L’essentiel du MBA
L’essentiel du MBA – Programme avancé
Ascension – Programme pour dirigeants et relève dirigeante
Le leadership stratégique, passez de gestionnaire à PDG

À suivre dans cette section

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Entrepreneurs, faites comme Michael Jordan!

17/09/2019 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Les bons entrepreneurs savent quand mettre leur propre personne de côté pour le bien de l'équipe.

Le budget fédéral rate de 14 G $ la cible pour 2018-2019

C'est un troisième manque à gagner de plus de 10 milliards $ en autant d’années.

Bourse: Wall Street termine en légère hausse, Toronto à un sommet

Mis à jour le 17/09/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les investisseurs se positionnent avant une possible baisse des taux d'intérêt par la Fed.