Investir dans la recherche : un geste qui rapporte

Publié le 15/11/2021 à 00:01

Par IRIC - UdeM

Un éventuel vaccin thérapeutique contre le cancer des ovaires, un nouveau traitement contre la leucémie et une molécule qui pourrait même court-circuiter jusqu’à 70 % de tous les types de cancers… Ces trois projets en cours de développement à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal ont bénéficié de fonds provenant de donations privées. Parmi ceux-ci, les titres cotés en bourse constituent une façon avantageuse de contribuer à la prochaine génération de traitements contre le cancer.

« Le don de titres cotés en bourse, c’est une façon de faire un don plus substantiel qu’on pourrait le croire », explique Nancy Lepage, conseillère principale en dons planifiés à l’Université de Montréal. Il s’agit d’un mécanisme avantageux pour tout le monde. En effet, les actions, les obligations et les fonds communs de placement sont transférés à l’Université de Montréal, qui se charge ensuite de les vendre. Pour une personne qui transfère ses actions, l’exonération d’impôt sur le gain en capital peut entraîner des économies appréciables. Si l’on tient aussi compte des crédits d’impôt pour dons, transférer à l’IRIC des titres acquis au coût de 20 000 $ et dont la valeur atteint maintenant 100 000 $ permettrait au donateur d’éviter l’imposition sur 50 % de son gain en capital. Dans cet exemple, le donateur ne paiera pas d’impôt sur le gain en capital imposable de 40 000 $ ([100 K-20 K] * 50 %). De plus, il bénéficie, au même titre que lorsqu’il fait un don en argent, d’un crédit pour don de bienfaisance à la juste valeur marchande de ses titres, soit 100 000 $.

« Nous avons une équipe de spécialistes qui appuient les entités donatrices dans leurs démarches philanthropiques, précise Nancy Lepage. Nous faisons tout pour bien les accompagner. »

Comment passer à l’action?

Faire un don d’actions au bénéfice de l’IRIC est simple et facile et peut se faire par transfert électronique. Vous n’avez qu’à vous procurer le formulaire de don de titres et l’acheminer à votre courtier afin qu’il effectue les procédures de transfert auprès du courtier attitré à l’Université de Montréal. Ensuite, vous recevrez un reçu fiscal correspondant à la valeur marchande de vos titres au moment de la clôture des marchés boursiers le jour du transfert au compte de l’Université de Montréal.

La mission de l’IRIC

L’IRIC regroupe 29 équipes de recherche qui s’intéressent à tous les aspects de la biologie du cancer. Une approche tous azimuts qui s’est montrée payante.

« Nous avons trouvé une façon de multiplier les chances d’arriver à de nouvelles solutions thérapeutiques pour les patients », explique Catherine Cardinal, directrice des communications à l’IRIC. Recherche fondamentale, unité de découverte de médicaments, équipe de valorisation de la recherche qui accompagne les projets les plus fructueux pour qu’ils se transforment, chaque fois que c’est possible, en nouveaux traitements contre le cancer : l’IRIC soutient toutes les étapes de la recherche en laboratoire, et ce, jusqu’à l’application clinique.

Cette alliance entre la recherche et un modèle d’affaires performant permet à l’IRIC de jouer d’audace, là où d’autres se contentent de raffiner des techniques et des médicaments établis. « Grâce au soutien de nos donateurs, nous sommes prêts à financer des projets à haut risque, mais susceptibles d’engendrer des avancées considérables », commente Nancy Lepage. L’IRIC détient aussi la plus grande équipe de chimie médicinale en milieu universitaire du pays, et l’Institut a ainsi constitué un rempart contre l’exode des talents québécois et canadiens à un moment où les sièges sociaux pharmaceutiques désertaient la métropole.

Le rôle des dons dans le financement de la recherche

Pour accomplir cette mission à haut risque, l’IRIC a besoin de dons privés.

« Il y a près de 200 types de cancers, explique Catherine Cardinal. Développer une nouvelle molécule peut prendre 15 ans. À certaines étapes, la recherche explore le champ des possibles et celui des risques, une exploration qui est très difficile à financer. Ce sont les dons privés qui font le pont. »

Un jour ou l’autre, le cancer affecte chacun et chacune de nous. « La pandémie de COVID-19 a fait 4 millions de morts en un an, dit Catherine Cardinal. Le cancer tue plus de 10 millions de personnes par année, tous les ans. » Dans la lutte contre ce fléau, toutes les actions comptent, et celles de la communauté scientifique de l’IRIC font une réelle différence.

Pour en apprendre plus sur les différentes façons de donner à l’IRIC : https://www.iric.ca/fr/faire-un-don/comment-donner

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.