Économie sociale : des partenariats gagnants à découvrir

Publié le 01/11/2023 à 00:01

Insertech, une entreprise d’économie sociale montréalaise qui dessert plusieurs institutions publiques et privées dont Hydro-Québec

L’économie sociale n’est pas marginale au Québec ! Au contraire, elle fait partie de notre quotidien : les centres de la petite enfance (CPE), les services d’aide à domicile et aux aînés, les entreprises d’insertion socioprofessionnelle et celles qui favorisent l’accès à des aliments sains en sont quelques exemples. Voici de bonnes pistes pour bonifier votre répertoire !

Cette diversité de fournisseurs ne passe pas inaperçue : de grandes entreprises et des sociétés d’État ont fait de ces perles des partenaires indispensables à leur réussite. Et peu importe votre domaine d’activités, il y a sûrement un fournisseur de l’économie sociale qui peut mettre la main à la pâte. L’offre ne cesse d’évoluer, mais encore faut-il pouvoir trouver chaussure à son pied ! Et l’initiative L’économie sociale : j’achète ! (ESJA), démarrée à Montréal par le Conseil d’économie sociale de l’île de Montréal (CESIM) et qui se déploie depuis dans certaines régions du Québec, facilite d’ailleurs le maillage entre les organisations.

« Cette initiative est une illustration de toute la diversité de l’offre de produits et services proposés par les entreprises d’économie sociale. À Montréal, l’initiative L’économie sociale, j’achète ! leur propose des outils et de l’accompagnement dans leur développement d’affaires et elle permet de provoquer des rencontres avec les 36 grands donneurs d’ordre qui ont rejoint notre initiative depuis ses débuts », rappelle ainsi Anyle Côté, directrice générale du CESIM. Au fil du temps, certaines entreprises d’économie sociale ont donc su s’imposer auprès d’une clientèle bien établie.

Des partenariats gagnants sous la loupe

Énergir, entreprise diversifiée du secteur énergétique et principal distributeur de gaz naturel dans la province, privilégie les fournisseurs qui ont un engagement en développement durable par leur approche en ESG, dont les entreprises d’économie sociale. Jonathan Girard, directeur, approvisionnement biens et services pour l’organisation, présente d’ailleurs AXIA Services comme étant une « organisation dont la mission est d’offrir des emplois de qualité à des personnes vivant avec des limitations ». AXIA Services est une entreprise adaptée, spécialisée en gestion immobilière : elle possède une division dédiée à l’entretien ménager commercial et une seconde qui œuvre dans le domaine de la sécurité. Elle est en activité depuis 1975.

« Nous faisons également confiance à Insertech, une organisation à but non lucratif, qui forme de jeunes adultes sans emploi, tout en donnant une deuxième vie au matériel informatique récupéré des entreprises », renchérit-il. En faisant du réemploi et de la réparation d’appareils, Insertech contribue à lutter contre la surconsommation, l’obsolescence programmée, la pollution et le gaspillage des ressources.

Ces deux entreprises d’économie sociale rendent d’ailleurs service à plusieurs grands signataires de l’ESJA. Par exemple, AXIA Services a également obtenu des contrats d’Hydro-Québec, de la Ville de Montréal et de la Société du parc Jean-Drapeau, notamment. Insertech, de son côté, déploie son expertise avec succès auprès de la Société de transport de Montréal (STM) depuis 2015 et d’Hydro-Québec depuis 2017.

Quant à Desjardins, le premier groupe financier coopératif d’importance en Amérique du Nord, il demeure également fidèle à sa mission et un ambassadeur de choix pour l’économie sociale. Pour Marie-Michèle Brière, conseillère principale, chaîne d'approvisionnement et gouvernance des fournisseurs au sein de l’institution, plusieurs entreprises — Axia Services, Groupe TAQ et Recyclage Vanier, notamment — se sont démarquées au fil du temps. « Six autres entreprises de l’économie sociale — dont Le Festigoût Traiteur — proposent des services de traiteurs pour les employés qui participent à des événements à Montréal », confirme-t-elle.

D’autres entreprises d’économie sociale se sont aussi démarquées par leurs réalisations au cours de l’année 2022. Société Logique, dont les professionnels de l’architecture et de l’urbanisme se consacrent entièrement à la promotion et au développement des lieux accessibles pour tous, a assuré la formation en design universel des gestionnaires immobiliers et des professionnels du programme de rénovation, d’agrandissement et de construction de bibliothèques de la Ville de Montréal. Résultat ? Quatre-vingt-seize personnes bien outillées sur le sujet !

Sans oublier YAM, une entreprise d’économie sociale qui met en œuvre des projets environnementaux à fort impact sur la collectivité, comme celui des « Balcons bleus », une collaboration avec l’association des commerçants de Tétreaultville grâce à laquelle l’artère commerciale principale du quartier est verdie et embellie en collaboration avec les commerçants locaux.

Pour Anyle Côté, les activités de maillage intitulées « Comment faire affaire avec… », proposées par son équipe, sont des occasions idéales pour tisser de nouveaux partenariats. « Les grands signataires ont ainsi l’occasion de développer leur politique d’achats responsables, et les entreprises d’économie sociale obtiennent ainsi la chance de faire valoir leur expertise. C’est vraiment une initiative gagnante pour tout le monde ! », conclut-elle.

——

Vous recherchez des fournisseurs de l’économie sociale ?

Découvrez les entreprises participantes de l’initiative L’économie sociale : j’achète ! (ESJA) à Montréal pour connaître leurs offres de services et leurs produits.

À la une

Le 25 juin sera plus populaire que la Saint-Jean!

EXPERT. Les modifications à l'imposition du gain en capital entreront en vigueur... le lendemain de la Saint-Jean.

Bourse: Wall Street entame la séance en baisse, refroidie par les taux obligataires

Mis à jour il y a 5 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto en baisse de plus de 200 points.

Protéger des baleines grâce à l’IA: Whale Seeker obtient 850 000$

La technologie développée par Whale Seeker permettrait de détecter ces animaux 25 fois plus rapidement que l’œil humain.