Yulism : l’art de tirer profit du tourisme d’affaires

Publié le 14/05/2018 à 00:05

Par je fais mtl

Je fais Mtl est un mouvement ouvert à tous les passionnés de Montréal qui désirent s’engager dans des projets qui ont un impact positif sur la ville et ses citoyens. Pour souligner le troisième anniversaire de Je fais Mtl, la population était invitée, en novembre 2017, à choisir ses 10 projets coups de cœur parmi 49 candidatures. Près de 2000 votes ont alors été enregistrés. L’entreprise Yulism a séduit le public.

Depuis 2015, Yulism aide les entrepreneurs montréalais à rencontrer les voyageurs d’affaires internationaux de passage dans la métropole. Pour ce faire, l’entreprise organise des activités au cours desquelles les gens d’affaires peuvent faire valoir leur expertise et agrandir leur réseau de contacts. Les professionnels étrangers ont ainsi l’occasion de découvrir les pôles d’excellence de la ville, en plus de vivre des expériences enrichissantes.

« Notre mission est de provoquer des opportunités d’affaires basées sur la qualité des relations humaines, explique le fondateur et président-directeur général de Yulism, Stéphane Martel. On permet aux voyageurs internationaux de découvrir Montréal par le biais de rapports humains et d’échanges significatifs. Ils deviennent des citoyens éphémères et rencontrent des gens innovants et exceptionnels. »

Yulism permet surtout aux entrepreneurs montréalais de tisser des liens d’affaires avec des partenaires étrangers, et ce, sans avoir à se déplacer. Plutôt que de se lancer dans un processus coûteux de démarchage à l’international, ceux-ci profitent de la présence des voyageurs d’affaires pour réseauter. De leur côté, les visiteurs acquièrent des connaissances variées au contact des entrepreneurs locaux. Leur passage en ville est une occasion de se former, de développer leurs talents et de découvrir de nouvelles façons de faire.

Un impact durable
En 3 ans, Yulism a permis à 65 organisations d’ici de connecter avec plus de 8500 voyageurs d’affaires. Or, pour Stéphane Martel, les chiffres importent peu. « En tourisme, on évalue souvent les retombées d’un évènement en termes de nuits d’hôtel, par exemple. Notre objectif n’est pas de multiplier ces chiffres, mais plutôt de créer des legs économiques durables pour les entreprises d’ici et d’ailleurs. »

Pour y arriver, Yulism doit établir des partenariats qui lui assureront une continuité et une stabilité. En évènementiel comme en tourisme, les projets sont éphémères. « On aimerait développer des partenariats qui nous permettraient de travailler sur du long terme, en créant des séries d’évènements », confie M. Martel. Ce dernier dit avoir reçu plusieurs offres, tant à l’international que dans le reste du pays. Toutefois, lui et l’équipe de Yulism veulent « s’atteler à être les meilleurs à Montréal, d’abord ».

Les relations de confiance que l’entreprise a su tisser au fil des ans avec ses clients et ses partenaires ont assuré son succès, estime M. Martel. « Notre rôle est de faire briller nos clients. Nous en sommes conscients et c’est pourquoi ils nous voient comme des membres de leur équipe. »

Le mouvement Je fais Mtl a également joué un rôle important dans la croissance de l’entreprise. Pour remplir sa mission de faire découvrir les initiatives innovantes qui font vibrer Montréal, Yulism devait pouvoir être aux premières loges du démarrage de projets. « Je fais Mtl, c’est un réseau incroyable qui nous permet de voir les projets émergents et de cerner ceux qui ont besoin de se connecter à l’international, souligne le président-directeur général de Yulism. Ensuite, on les aide à le faire. »

Finalement, à ceux qui rêvent de mettre sur pied leur entreprise, Stéphane Martel conseille de « faire quelque  chose  qui  soit  aligné  avec leurs  valeurs ». « Demandez-vous ce que vous voulez accomplir. Il est essentiel d’avoir une connexion intimiste et personnelle avec son projet pour avoir envie de se lancer là-dedans. Ça prend un certain niveau d’attachement », conclut-il.

À la une

La résistance aux antimicrobiens a un impact sur l'économie canadienne

Il y a 2 minutes | La Presse Canadienne

L'économie canadienne sera jusqu'à 0,7 pour cent plus faible en 2050 si rien n'est fait.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, freinée par les incertitudes commerciales

Mis à jour le 11/11/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le Dow Jones monte à un nouveau record à la faveur de la forte progression de Boeing et Walgreens.

Titres en action: Cascades, TC Energy, Adidas...

11/11/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.