Une tasse à café dans un tiroir, est-ce assez?

Publié le 13/09/2021 à 00:01

Par DELAN

Comme plusieurs entreprises, DELAN, firme spécialisée en recrutement TI, prévoyait aménager des locaux plus grands en 2020. Les plans étaient prêts et le contrat devait être signé après le retour de voyage de l’un des associés… à la fin du mois de mars 2020! Entre le confinement général et le télétravail pour tous, DELAN a dû renoncer à ses projets d’agrandissement. Bien que les plans aient changé, l’entreprise a su s’adapter au nouveau contexte et aux besoins de ses employés. Mais est-ce pareil pour toutes les entreprises?

Avec la 4e vague qui s’amorce, et le fait que 53% des employés souhaitent revenir sur leur lieu de travail1, les entreprises sont-elles prêtes au retour en présentiel de leurs employés? Quels enjeux devront-elles gérer et est-ce que les solutions qu’elles adopteront seront les bonnes?

Bien identifier ses besoins

En plus des mesures de distanciation, les grandes entreprises doivent maintenant gérer autrement leur espace. Avec tous ces pieds carrés à leur disposition, elles devront en diminuer le nombre, ou encore les réorganiser autrement, pour que leurs frais fixes ne menacent pas la survie de leur entreprise ou la réalisation d’autres projets. Bien que les défis soient grands, la solution résidera dans l’implantation d’outils de collaboration et l’instauration d’un nouveau modèle de travail hybride.

La situation sera très différente pour les petites et moyennes entreprises. Tout sera question d’équilibre entre une bonne gestion des finances, une gestion des équipements informatiques et un accès à un espace assez grand pour les employés. S’ils réussissent à s’ajuster à la croissance des entreprises, les espaces de coworking pourraient être une option peu coûteuse. Louer un espace assez grand pour maintenir la distanciation serait envisageable, mais que faire lorsque l’entreprise aura besoin de 25 places l’an prochain plutôt que 20? Autre possibilité : un maillage gagnant-gagnant entre la grande entreprise et la PME. L’espace libre dans les locaux d’une grande entreprise devient une opportunité intéressante pour une PME en pleine croissance.

Télétravail et sentiment d’appartenance sont-ils compatibles?

Peu importe la taille des entreprises, la solution optimale passera par une dématérialisation ainsi que par une gestion efficace des processus et de l’information d’affaires. L’embauche de spécialistes en TI pourrait devenir le nerf de la guerre afin que les processus et les systèmes des organisations soient soutenus de façon rigoureuse et pérenne par des ressources compétentes pour les gérer, à l’heure où la pénurie de main-d’œuvre qualifiée frappe tous les domaines, dont celui des TI.

De plus, un modèle hybride sera-t-il suffisant pour maintenir un sentiment d’appartenance ? Pour des chasseurs de têtes comme DELAN, cet aspect demeure primordial. En plus de créer une synergie d’équipe et d’implanter des outils collaboratifs, il faudra également choisir un candidat qui épousera les valeurs de l’entreprise, afin de maximiser le nombre d’années qu’il y demeurera.

Un laboratoire pour réfléchir l’espace de travail de demain

Les dirigeants des petites, moyennes et grandes entreprises devront demeurer flexibles, ouverts et à l’écoute puisque ce sera l’élément essentiel pour attirer des talents.

Des solutions se dessinent selon la taille des entreprises, mais tout reste à faire. Le confinement a été géré de façon uniforme. La suite sera à géométrie variable : aucune règle ne prévaudra. Ce sera un laboratoire d’essais et d’erreurs. Les dirigeants devront se demander régulièrement, au cours des prochaines semaines et mois, si une tasse à café dans un tiroir suffira à créer, maintenir et entretenir un lien d’appartenance suffisamment fort pour garder leurs précieuses ressources humaines au sein de leur organisation.

--------------------------------------------------------

1CCMM, Sondage de la CCMM : les travailleurs du Grand Montréal expriment leur confiance et leurs attentes en vue du retour au travail en présentiel

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.