cVert : sa pelouse au bout des doigts

Publié le 10/05/2021 à 00:01

Par cVert

Une jeune entreprise montréalaise arrose d’un grand coup de fraîcheur le secteur de l’entretien de pelouse. Implantée au sein d’une industrie bien enracinée dans ses procédés, cVert souhaite déstabiliser l’ordre établi en réinventant sa façon de travailler.

« Notre principale différence tient à notre stratégie centrée sur le client, que nous déployons avec l’utilisation des nouvelles technologies », lance d’entrée de jeu William Therrien, directeur des ventes et associé. Le client de cVert peut commander ses traitements en ligne, recevoir une estimation personnalisée, suivre les travaux en temps réel dans son portail client, recevoir un courriel la veille de la visite d’un technicien et un rapport personnalisé des services rendus . En fait, la structuration des activités de cVert repose sur des fonctionnalités déjà en vogue dans plusieurs types de commerces, mais encore rares dans le secteur des services résidentiels.

L’entreprise de 150 employés a aussi une flotte d’une cinquantaine de camions sillonnant le Québec selon des routes intelligentes créées par des algorithmes. «  Si un client achète par téléphone ou par Internet un service et qu’un camion de cVert est dans le coin, on le saura et on pourra rapidement passer répondre à ses besoins », explique le président, Hugo Perrin, qui a fondé cVert il y a un peu plus de cinq ans. Ces économies sur route contribuent non seulement à la performance de l’entreprise, mais également à la réduction de son empreinte écologique.

Le client au centre du terrain

L’amélioration constante du service au client motive les deux jeunes associés. « On veut dépasser ses attentes envers une entreprise de traitement de pelouse, on veut lui faire vivre une véritable expérience client qui va le satisfaire entièrement », dit Hugo Perrin.

Chaque relation fait l’objet d’une observation et d’une analyse des points de contact avec le client. « On se remet en question constamment. Si on perd un client, on regarde tout le processus pour trouver où on a manqué [notre coup] et implanter des solutions pour ne pas répéter l’erreur », ajoute-t-il.

L’entreprise mesure continuellement sa performance auprès des clients : temps de réponse au téléphone et aux courriels, délai entre l’achat et la prestation de services , taux de renouvellement, etc. « Nous souhaitons devenir des leaders dans l’industrie en implantant ces standards de haute qualité », indique William Therrien.

Croissance et avenir

Jusqu’à maintenant, la stratégie porte ses fruits : le nombre de clients double chaque année depuis cinq ans et s’établit à quelque 17 000 en 2021. La fidélisation et la rétention de la clientèle sont évidemment centrales pour cVert, qui prend continuellement le pouls de ses clients avec des sondages dynamiques après chacune des visites.

Sur le plan technologique, cVert continue de se développer : elle est à concevoir un portail libre-service où le client pourra lui-même ajouter des services, modifier ses modalités de facturation, observer l’avancement des travaux et des traitements, et plus encore. « L’expérience du client en sera facilitée et encore plus rapide », avance William Therrien.

Quant aux affaires, Hugo Perrin et lui souhaitent conquérir les marchés canadien et américain d’ici quelques années et y introduire leurs innovations dans le service d’entretien de pelouse. Comme quoi l’herbe n’est pas toujours plus verte chez le voisin…

Vous êtes curieux d’en apprendre plus sur les services de cVert ? Visitez le site cvert.ca

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour le 27/11/2021 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

27/11/2021 | François Normand

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…