Qui a la légitimité de parler de diversité et inclusion?

Publié le 13/05/2021 à 00:01

N'étant pas d'une minorité ethnoculturelle, n’ayant pas un handicap, ou ne faisant pas partie d'un certain groupe sous-représenté vous avez peut-être déjà éprouvé une certaine crainte à vous prononcer sur un enjeu lié à la diversité, de peur d'utiliser les mauvais mots, ou pire de vous faire accuser de prendre la place d'autres. Une gêne, un sentiment d’imposteur.e qui vous pousse au silence quand vous auriez voulu ou pu contribuer à enrichir la discussion. Ou vous avez peut-être déjà pensé qu’il appartenait aux groupes dits de la diversité de se prononcer et de s'attaquer aux inégalités qui persistent dans les milieux de travail?

Comment dépasser ce sentiment? Qui a la légitimité de porter les dossiers d’équité, diversité et inclusion? Et comment au quotidien contribuer à bâtir des milieux véritablement équitables et inclusifs? Toutes des questions qui reviennent dans le cadre de mes échanges avec des leaders et que je prends l’opportunité d’explorer dans cet épisode avec mon invité, Hubert Makwanda, président de Concilium Capital Humain, firme de services-conseils en développement organisationnel durable.

 

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour le 05/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

05/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.