Le C2MI de Bromont, assise du monde numérique

Publié le 21/01/2021 à 00:40

La microélectronique est présente partout, pas seulement dans nos téléphones intelligents et dans nos ordinateurs. Elle participe, discrètement, à tous les systèmes automatisés qui facilitent notre quotidien et génèrent les données indispensables à l’intelligence artificielle. « Lorsque les portes du métro s’ouvrent et se ferment, des systèmes électroniques s’activent et surveillent le processus », note par exemple Normand Bourbonnais, président-directeur général du Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI) de Bromont, le plus important centre de recherche et de développement de produits dédié à la microélectronique en Amérique.

Les nombreux capteurs qui alimentent l’Internet des objets, l’implantation de technologies médicales sur et dans le corps humain, et la multiplication des objets connectés liée à l’arrivée du 5G sont quelques-unes des tendances qui promettent à la microélectronique un avenir florissant.

Les systèmes les plus performants ne viennent pas tous d’Asie. Le Nord-est américain est un pôle majeur de fabrication en microélectronique. Cette industrie joue aussi un rôle important dans l’économie du Québec : plus de 700 entreprises y emploient collectivement 45 000 personnes, ce qui en fait un secteur d’envergure comparable à celui de l’aérospatiale.

Bromont est devenue l’épicentre québécois de l’innovation et du transfert technologique en microélectronique depuis la création du C2MI en 2012. Le Centre offre à l’industrie un environnement idéal pour développer des prototypes de nouveaux produits répondant aux besoins du marché.

« Nos trois mots d’ordre sont innovation, collaboration et commercialisation, résume Normand Bourbonnais. Nous aidons les entreprises à explorer de nouvelles solutions technologiques, à réduire les risques liés au développement de nouveaux produits et d’en accélérer leur commercialisation. »

La synergie de trois catégories de partenaires

Le C2MI conjugue les efforts de trois types d’organisation :

• des partenaires industriels, dont plusieurs de grande envergure, qui cherchent à intégrer des composantes microélectroniques dans leurs produits ou a en développer de nouvelles;
• des partenaires universitaires et du milieu de la recherche, qui veulent contribuer à la recherche appliquée; et
• des partenaires de commercialisation, qui peuvent financer, faciliter et accompagner la commercialisation des innovations — particulièrement au profit des jeunes pousses et des PME.

À ces partenaires, le C2MI offre l’accès à une infrastructure de haut calibre. L’organisme dispose notamment de cinq mille mètres carrés de « salles blanches » — des locaux où la contamination de l’air est contrôlée, pour éviter tout court-circuit que pourrait déclencher un élément contaminant.

L’infrastructure comprend également plus de 160 millions de dollars en équipements scientifiques parmi les plus récents au monde, qui permettent de tester et de produire les technologies émergentes. Elle permet de s’assurer que les produits développés pourront être mis rapidement en production. Ces équipements permettent même de débuter sur place la fabrication à petit volume d’un nouveau produit.

« Entre 200 et 250 personnes viennent travailler chez nous chaque jour, explique Normand Bourbonnais. Une soixantaine sont des employés du centre, les autres sont des employés de nos partenaires et des chercheurs. » L’Université de Sherbrooke collabore étroitement à de nombreux projets en identifiant les meilleurs chercheurs qui pourront trouver des solutions aux défis technologiques auxquels font face les entreprises. Annuellement, ce sont plus d’une centaine d’étudiants qui travaillent sur des projets industriels. En participant activement aux projets du C2MI, ils sont exposés aux réalités de la production et deviennent par la suite une main-d’œuvre hautement qualifiée de choix pour l’industrie.

Des avantages incomparables pour les entreprises en phase de prototypage

Le C2MI offre aux entreprises trois formules de services :

1. Faites-le vous-même : le centre ouvre ses infrastructures à des entreprises qui s’engagent à long terme et envoient sur place leurs propres employés pour mener le développement.
2. Collaboration : le centre facilite la collaboration de plusieurs partenaires et/ou clients qui, ensemble, prennent en charge le développement.
3. Sur demande : à la demande d’un client, le centre prend lui-même en charge le développement, en s’appuyant sur la collaboration de partenaires.

Les entreprises qui s’associent au C2MI pour développer un prototype et prendre le risque de sa commercialisation peuvent conserver l’essentiel de la propriété intellectuelle liée au produit. C’est un avantage important qui distingue le C2MI de la plupart des centres de développement en Amérique du Nord.

Après huit années, les activités du Centre ont généré plus de 300 millions de dollars d’investissement en recherche et développement. Ces investissements ont permis le développement de 750 nouveaux produits et l’obtention de plus de 250 brevets et secrets industriels.

Toute entreprise qui veut profiter des avancées en microélectronique doit savoir qu’elle peut trouver au C2MI un écosystème collaboratif et une chaîne d’innovation intégrée pour l’accompagner dans ses activités de recherche appliquée, de développement expérimental et de commercialisation.

Concrétisez votre projet avec le C2MI
https://www.c2mi.ca/c2mi/reseau-daffaires/

À la une

S'inquiéter d'une vague d’immigrants?

MAUDITE JOB! «Mon chèque de paie va-t-il bientôt diminuer parce que les employeurs embauchent à bas prix?»

En travail hybride? Faites gaffe aux «boys club»

RHÉVEIL-MATIN. Votre organisation doit faire l'effort d'inclure tous ses employés, même ceux qui travaillent à distance.

Bourse: le S&P 500 à un sommet

Mis à jour il y a 30 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice principal à la Bourse de Toronto a terminé en hausse.