Comment l’Université de Sherbrooke stimule l’entrepreneuriat étudiant

Publié le 23/10/2019 à 01:00

En quelques années, l’Université de Sherbrooke s’est imposée comme un pôle majeur d’entrepreneuriat, notamment associé aux technologies et aux entreprises innovantes. Elle a fédéré des partenaires publics et privés autour d’une série d’initiatives qui suscitent des vocations d’entrepreneur, font naître des projets d’entreprise et permettent à de jeunes pousses de grandir rapidement.

Ce virage vers l’entrepreneuriat trouve en partie sa source dans l’approche pratique qui caractérise depuis longtemps la formation donnée par l’institution. « Chaque année, nous plaçons près de 5 000 stagiaires coopératifs, qui alternent session d’études et stages, rappelle Vincent Aimez, vice-recteur à la valorisation et aux partenariats. Par les relations que nous avons développées avec des centaines d’employeurs, nous sommes branchés sur la réalité des entreprises. » Parce que 80 % des étudiants au premier cycle font au moins un stage, ils sont exposés à différents milieux, incluant le monde des affaires et la dynamique entrepreneuriale.

Or, l’Université de Sherbrooke est aussi un pôle de recherche très actif. Cette recherche débouche sur beaucoup d’innovations qui répondent aux besoins de la société. La proximité avec les partenaires et le dynamisme de la recherche appliquée font un heureux mariage : de nombreux étudiants voient le potentiel de transformer le résultat de leurs recherches en start-up.

Mais le passage de l’idée à l’entreprise est un processus difficile, qui nécessite beaucoup de travail et des ressources adaptées. C’est ce passage que l’Université a décidé de favoriser, en s’engageant de façon plus large à stimuler l’entrepreneuriat.

Une série d’initiatives convergentes et complémentaires

Ce virage entrepreneurial, l’Université l’a pris en pratiquant la méthode qui a fait sa marque : la coopération. « Presque toutes nos initiatives reposent sur des partenariats », explique Vincent Aimez. Les outils, solutions et infrastructures que l’Université met à la disposition des entrepreneurs favorisent la réussite de leurs projets. Complémentaires, elles les accompagnent à plusieurs niveaux. Par exemple :

• Susciter les vocations d’entrepreneur auprès d’étudiants dans tous les secteurs : l’Accélérateur entrepreneurial Desjardins (AED) stimule la fibre entrepreneuriale des étudiants durant leur formation, quel que soit leur domaine d’études.

• Stimuler la créativité des étudiants en les encourageant à créer des projets concrets : le Concours Createk d’entrepreneuriat technologique Famille JR André Bombardier récompense les « patenteux » qui savent donner vie à des technologies innovantes.

• Faciliter la naissance de nouvelles entreprises de technologie et leur faire faire leurs premiers pas : l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques (ACET Banque Nationale) a permis la création de 90 entreprises depuis 2011. L’ACET participe également au financement des entreprises, par des fonds qu’il a mis en place auxquels contribuent également le gouvernement du Québec et des investisseurs privés.

• Aider les jeunes entreprises prometteuses à prendre leur envol et à exporter leur savoir-faire : le tout nouveau programme CDPQ – Stratégies d’expansion donne aux entreprises à fort potentiel appuyées par l’ACET un accès au réseau international de la Caisse de dépôt, afin de soutenir leur croissance et d’avoir du succès hors du Québec.

• Valoriser les innovations issues de l’Université de Sherbrooke : TransferTech, accompagne notamment les entrepreneurs en partenariat avec l’ACET.

À toutes ces initiatives s’ajoutent des bourses pour encourager les projets entrepreneuriaux des étudiants et des formations spécialisées. Un département d’entrepreneuriat vient d’ailleurs d’être créé à l’École de gestion de l’Université.

L’Université au cœur d’une synergie entre les entrepreneurs et le secteur public

La région de l’Estrie était déjà un terreau fertile pour l’entrepreneuriat. Sherbrooke a été reconnue cette année comme la 2e grande ville canadienne la plus entrepreneuriale par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. Des entrepreneurs inspirants s’engagent à développer une relève entrepreneuriale avec l’Université et des partenaires publics, dont la Ville de Sherbrooke, par le biais de Sherbrooke Innopole, et le ministère de l’Économie et de l’Innovation, ainsi qu’avec plusieurs organismes de développement économique.

« Les partenaires avec lesquels nous travaillerons n’offrent pas seulement un soutien financier, précise Vincent Aimez. Ils s’impliquent dans l’accompagnement des étudiants et des entrepreneurs en leur offrant des conseils, du soutien, du coaching, et en les introduisant auprès de leurs relations d’affaires. Nous continuons constamment à solliciter et à accueillir de nouveaux partenaires pour renforcer et étendre ce réseau de ressources qui stimule, encourage et soutient l’entrepreneuriat. »

Découvrez les différentes ressources entrepreneuriales de l’Université de Sherbrooke :
usherbrooke.ca/entrepreneuriat

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.