Biden promet des investissements verts de 2 000 G$US en 4 ans

Publié le 25/08/2020 à 16:51

Biden promet des investissements verts de 2 000 G$US en 4 ans

Publié le 25/08/2020 à 16:51

Par François Normand

Un travailleur fixant des panneaux solaires (source: 123 RF)

Les fournisseurs canadiens de technologies propres présents aux États-Unis pourraient profiter d’un «boost» d’énergie si Joe Biden devient président, car le candidat démocrate s’engage à investir 2 000 milliards de dollars américains (2 639 G$CA) dans un premier mandat pour lutter contre les changements climatiques.

Le programme de l’ancien vice-président parle «d’investissements accélérés», sans donner plus de précisions, laissant entendre qu’une partie comprend des investissements déjà planifiés. Chose certaine, il s’agit de sommes très importantes, car la valeur de ces 2 000 G$US est supérieure à la taille de l’économie canadienne.

En 2019, le PIB du Canada s’élevait à 1 736 G$US (2 291 G$CA), selon les données de la Banque mondiale.

Ces investissements représentent donc d’innombrables occasions d’affaires pour l’industrie américaine, mais aussi pour les entreprises canadiennes.

Par contre, celles qui ont une filiale aux États-Unis seront mieux positionnées que les entreprises exportatrices pour décrocher des contrats, car il y a des obligations de contenus américains dans pratiquement tous les projets proposés.

Le plan de Joe Biden s’articule autour de neuf axes.

1. Infrastructure: reconstruire l'infrastructure «en ruine» des États-Unis, et ce, des routes et des ponts aux espaces verts et aux systèmes d'eau en passant par les réseaux électriques.

2. Industrie automobile: favoriser la transition énergétique dans la production, les chaînes d'approvisionnement ainsi que la fabrication de pièces et matériaux, incluant les stations de recharge pour les véhicules électriques.

3. Transport en commun: offrir davantage de transport en commun pour chaque ville américaine de 100 000 habitants et plus.

4. Secteur de l'électricité: favoriser la production d’énergie renouvelable aux États-Unis afin que l’industrie soit carboneutre d'ici 2035.

5. Bâtiments: moderniser 4 millions de bâtiments pour améliorer leur efficacité énergétique.

6. Logement: stimuler la construction de 1,5 million de maisons et de logements durables.

7. Innovation: réduire les coûts des technologies propres aux États-Unis, y compris le stockage de batteries, la prochaine génération de matériaux de construction, l'hydrogène renouvelable et le nucléaire.

8. Agriculture et conservation: améliorer la résilience de l’industrie agricole dans un contexte de changements climatiques, tout en restaurant les sites abandonnés des anciennes mines (de charbon, par exemple) afin d’éviter la pollution de l’environnement.

9. Justice environnementale: veiller à ce que la justice environnementale «soit une considération clé pour savoir où, comment et avec qui nous construisons», tout en réparant les torts dans les communautés qui subissent le plus gros de la pollution.

 

 


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le plan de Québec s’appuie sur les transports et l’industrie

Édition du 25 Novembre 2020 | Katia Tobar

TRANSITION ÉCOLOGIQUE. Pour lutter contre les changements climatiques, le gouvernement québécois parie sur...

À la une: chapeau les PDG!

Édition du 25 Novembre 2020 | Les Affaires

Avec son nouveau concours, Les Affaires salue les PDG inspirants qui ont relevé les défis de cette année intense.

À la une

COVID-19: dès vendredi, tous les commerces resserreront les règles

Il y a 47 minutes | La Presse Canadienne

Les contrevenants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $ a dit Geneviève Guilbault.

À surveiller : Salesforce, Zoom et BMO

08:38 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Voici quelques recommandations d’analystes.

Salesforce confirme l'achat de Slack pour 27,7G$US

01/12/2020 | AFP

Avec l'achat de Slack, Salesforce pourra entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.