Industrie 5.0? Mais encore?

Publié le 12/01/2024 à 09:34

Industrie 5.0? Mais encore?

Publié le 12/01/2024 à 09:34

Par Courrier des lecteurs

«Industrie 5.0 apparaît donc plus comme un gadget marketing que comme un nouveau paradigme.» (Photo: 123RF)

Un texte de Bernard Boire, M.Sc.A., FIC, stratège numérique, directeur, Management stratégique et Industrie 4.0, Efficient Plant et chargé de cours à Polytechnique Montréal

 

COURRIER DES LECTEURS. Tout consultant, expert, gestionnaire, enseignant qui se veut à la fine pointe se sent obligé d’incorporer le thème «Industrie 5.0» à son vocabulaire. Mais qu’est-ce au juste que l’Industrie 5.0? C’est la réponse que donne, simplement et clairement, le contenu partenaire de PME MTL «Industrie 5.0 : l’union entre l’humain et les technologies», diffusé le 13 décembre dernier. 

Après quelques années de circonlocutions vagues et indéfinies, un consensus s’est établi pour définir le 5.0 comme «une version améliorée de l’industrie 4.0 qui place cette fois davantage les employés et le développement durable au cœur de cette transformation numérique». Bien que finalement claire cette définition ne fait que renforcer le questionnement à savoir s’il est vraiment important de lancer une nouvelle «mode», un nouveau soi-disant paradigme. 

Reprenons les deux éléments se voulant différentiateurs du 5.0: 

1. Davantage de place aux employés 

L’article définit le 4.0 comme l’intégration de technologies avancées de gestion (par exemple MES, IA, etc.) et de production (par exemple 3D, RA, etc.). Or, pour ceux qui connaissent bien et depuis longtemps le 4.0, cette vision technocentriste est très réductionniste. Par exemple, le modèle de maturité numérique d’Acatech (groupe de recherche allemand), qui remonte à une décennie, a toujours inclus quatre volets au 4.0: les ressources technologiques (celles dont on parle tout le temps), la gestion de l’information (par ex. cybersécurité), les compétences numériques du personnel et de l’entreprise et la culture de gestion (transparence, délégation, innovation, ouverture à l’interne comme à l’externe). Dans une enquête subséquente auprès de plus d’une centaine d’entreprises, l’organisme a observé que la grande majorité avait progressé dans le volet technologie (mais moins dans les autres) et que celles qui avaient le plus grand succès avaient progressé en parallèle et à peu près au même rythme dans les quatre volets. Intégrer les technologies et la gestion du changement est aussi le grand défi du 4.0, comme il l’était du 3.0 d’ailleurs. Il me semble donc peu convaincant de prétendre que c’est là l’un des deux «différentiateurs» du 5.0.

 

2. Intégrer le développement durable 

Il apparait incontournable d’ajouter cette préoccupation de l’heure (sans contredit importante). Sauf que le texte précité (et j’ajouterais largement tout autre que j’ai lu) ne définit aucunement ce que le 5.0 vient spécifiquement ajouter de plus pour aider à relever ce défi, si ce n’est de prôner l’utilisation plus efficace des ressources… Ce qui en passant était aussi l’objectif du 1.0, 2.0 et 3.0. Encore une fois, on cherche la différence. 

Au total, le 5.0, comme défini, est tellement peu différent que le texte conclut que celui-ci «ne doit pas inquiéter les entreprises qui n’ont pas encore amorcé le virage vers l’industrie 4.0. "Le 5.0 est une évolution naturelle du 4.0. Les entreprises n’auront simplement qu’à intégrer ces deux approches"». Industrie 5.0 apparaît donc plus comme un gadget marketing que comme un nouveau paradigme.

Sur le même sujet

Des «happy hour» dans les parcs industriels

Édition du 22 Mai 2024 | Maxime Bilodeau

ÉVÉNEMENTIEL D'AFFAIRES. Des microbrasseries s'installent au coeur de ses espaces.

Les révolutions industrielles s'accélèrent très rapidement

29/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Trois des cinq révolutions dans l’histoire depuis 250 ans se sont déroulées depuis une cinquantaine d’années.

À la une

Bourse: records à Wall Street pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour le 12/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le Dow Jones s’est très légèrement replié face à la Fed qui reste prudente.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 juin

Mis à jour le 12/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: First Solar, Boralex et BCE

12/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de First Solar, Boralex et BCE? Voici quelques recommandations d’analystes.