Des liaisons directes avec les hubs majeurs à Burlington

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Octobre 2015

Des liaisons directes avec les hubs majeurs à Burlington

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Octobre 2015

Par Claudine Hébert

Depuis une dizaine d'années, plusieurs voyageurs d'affaires québécois favorisent l'aéroport international de Burlington (BTV), au Vermont, pour leurs déplacements aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Et pour cause.

Cliquez ici pour consulter le dossier Voyage d'affaires : services VIP dans les aéroports

Situé à 90 minutes du pont Champlain - le trajet sera encore plus rapide lorsque le prolongement de l'autoroute 35 vers l'autoroute 89 sera achevé en 2017 -, le principal aéroport du Vermont propose des liaisons quotidiennes directes avec des plaques tournantes majeures telles que les aéroports de Chicago, Detroit, Atlanta, New York (JFK et La Guardia), Newark, Washington-Dulles et Philadelphie. Depuis août dernier, Charlotte, en Caroline du Nord, s'est ajoutée à la liste grâce à une entente avec American Airlines. «C'est une bonne nouvelle pour les voyageurs d'affaires qui ont accès au deuxième carrefour aérien d'American Airlines, après celui de Dallas-Fort Worth. Il s'agit du huitième aéroport le plus occupé des États-Unis», souligne Gene Richards, directeur général de BVT.

Burlington propose également une liaison directe avec Orlando, en Floride, deux à quatre fois par semaine selon les périodes de l'année, sur les ailes du transporteur à faible coût Allegiant Air.

Ces liaisons directes sont desservies par les services régionaux de Delta, United, US Airways et American Airlines.

Coûts beaucoup moins élevés

Fait à noter : les prix de billets échappent aux taxes et surcharges de carburant imposées de ce côté-ci de la frontière. Par conséquent, un vol aller-retour peut aisément coûter deux, trois, voire quatre fois moins cher qu'à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. Il n'est donc pas étonnant que, bon an mal an, 40 % des passagers annuels qui fréquentent l'aéroport de Burlington proviennent du Québec.

Divers projets d'expansion, dont la construction d'un hôtel, ont lieu à cet aéroport qui a connu son lot de difficultés il y a quelques années. «On prévoit un hôtel d'au moins 100 chambres. Le dernier étage sera occupé par un restaurant gastronomique avec une vue imprenable sur le mont Mansfield, le sommet le plus élevé du Vermont. L'ouverture devrait avoir lieu d'ici 12 à 18 mois», dit Gene Richards.

Parmi les infrastructures et les services offerts, soulignons un stationnement de 2 300 places à un tarif de 12 $ par jour, un local de yoga, des chaises berçantes dans les aires d'attente et l'espace Mamava pour les femmes qui allaitent.

Cliquez ici pour consulter le dossier Voyage d'affaires : services VIP dans les aéroports

À la une

Malade, vaut-il mieux rester chez soi ou aller au bureau?

Il y a 32 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «L'autre jour, j'étais malade comme un chien. Je suis quand même allé au bureau. Ai-je eu raison ou tort?»

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai

Mis à jour il y a 16 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nvidia lance la tech, peu d'élan ailleurs.

«Nvidia a encore défié la gravité»

Mis à jour le 22/05/2024 | AFP

L’élan donné par l’IA générative ne se dément pas.