«Je fais un suivi par courriel après chaque rencontre d'affaires» - Marc Boutet, président, De Marque


Édition du 10 Octobre 2015

«Je fais un suivi par courriel après chaque rencontre d'affaires» - Marc Boutet, président, De Marque


Édition du 10 Octobre 2015

Marc Boutet, président, De Marque. [Photo : David Cannon / Montage : Josée Noiseux]

Qui ? Marc Boutet, président et fondateur de De Marque, un distributeur de livres et de contenus culturels numériques dont le siège social est à Québec.

Cliquez ici pour consulter le dossier Vivre dans ses valises

En 1993, à 18 ans, son premier voyage d'affaires l'a mené à Paris. «À l'époque, nous développions des logiciels, dont Tap'Touche que je voulais commercialiser en France. Ma rencontre avec le partenaire potentiel n'a pas été fructueuse, mais c'est là que l'expansion internationale a suscité mon intérêt.» Depuis, il a signé plusieurs partenariats avec des sociétés européennes et américaines pour l'utilisation de ses technologies de distribution et de prêt de livres numériques. Le plus récent a été conclu en 2014 avec Libranda, l'entité de diffusion numérique de 75 éditeurs espagnols. De Marque a acquis par la même occasion une participation de 25 % au capital du groupe, et Marc Boutet est devenu vice-président du conseil d'administration. L'homme d'affaires fait de 12 à 20 voyages d'affaires par année.

Comment fait-il pour...

... rester en forme ? «En voyage d'affaires, on est toujours dans les restaurants. Pour préserver ma santé et mon tour de taille, j'apporte mon ensemble de sport pour courir ou m'entraîner au gym de l'hôtel.»

... planifier ses rendez-vous d'affaires ? «J'évite de surcharger mon agenda, car il vaut mieux planifier plus de temps qu'on n'imagine entre les rendez-vous. Par exemple, à Paris, si on a une rencontre à Boulogne et une autre dans le 13e arrondissement, il faut prévoir une heure de transport ! Même précaution dans les foires. Je vais bientôt à la Foire du livre de Francfort où il y a une dizaine de pavillons. Marcher de l'un à l'autre peut prendre 20 minutes. Cependant, les rendez-vous sont pris par blocs de 30 minutes. Si on a du retard, la rencontre est plus courte.»

... être le plus efficace possible ? «Si on additionne le coût d'un voyage à notre salaire et qu'on divise la somme par le nombre de rendez-vous, on obtient le coût pour chacun de ceux-ci, dit le président de l'entreprise de 30 employés. Chaque rendez-vous a donc une grande valeur, et il faut le maximiser en faisant assidûment des suivis. Après chaque rencontre, je prends des notes sur ce qui s'est dit et j'envoie ensuite un courriel au client pour récapituler les points importants et dresser une liste des prochaines étapes. Ça impressionne les clients !»

Une application utile

Une ou deux fois l'an, Marc Boutet réunit plusieurs de ses clients à l'étranger pour discuter des enjeux touchant ses technologies et ses pratiques d'affaires. Il utilise alors l'application Slack pour partager l'information en temps réel avec ses collègues restés à Québec. «L'équipe a accès en temps réel à mes notes et peut interagir. Autrement dit, elle participe à distance à ces rencontres clés.»

Douche à louer

Pour réduire les coûts et diminuer la pression sur sa vie de famille, le voyageur d'affaires de 40 ans essaie de combiner plusieurs villes dans le même voyage. Cela pose parfois des problèmes un peu particuliers. «Récemment, j'atterrissais à Barcelone le matin et je repartais le soir pour Stockholm. Comme je n'avais pas de chambre d'hôtel, je devais trouver un endroit pour prendre une douche. Je suis donc allé dans un centre d'entraînement où, pour quelques dollars, j'ai pu m'entraîner et me doucher. Parfois, je vais dans un spa. Évidemment, il y a aussi les salons des aéroports, mais ils n'ont pas toujours de douches.»

Son voyage le plus mémorable

C'était en 1997, alors que De Marque souhaitait offrir un service de numérisation de magazines à des éditeurs européens. «Le président de Sciences et Vie Junior, qui devait avoir 80 ans, a accepté de me recevoir sans savoir que je n'avais que 22 ans, raconte Marc Boutet. Pendant ma présentation, il est resté debout à lire son courrier. C'était assez déstabilisant et je pensais qu'il n'était pas intéressé. Mais à la fin, il m'a dit qu'il était preneur. Lors de ce voyage, j'ai rencontré trois clients potentiels et j'ai conclu trois ententes !» Cela dit, avant de s'engager, les Européens tiennent généralement à bâtir une relation de confiance avec leurs partenaires d'affaires. «C'est pourquoi il faut être patient et souvent multiplier par deux ou par trois l'échéancier prévu au départ, dit-il. En revanche, les ententes sont en général plus durables qu'en Amérique.»

Retrouvez les meilleures adresses de Marc Boutet.

Vivre dans ses valises

Série 4 de 6. Pour certains dirigeants, l'expression «vivre dans ses valises» est à prendre au pied de la lettre tant ils multiplient les déplacements professionnels. Cette série présente les astuces, les conseils et les bonnes adresses de voyageurs d'affaires chevronnés.

Cliquez ici pour consulter le dossier Vivre dans ses valises

À la une

À surveiller: Open Text, BCE et D2L

09:09 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Open Text, BCE et D2L? Voici quelques recommandations d’analystes.

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

L’intervention d’IQ survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression.

Bourse: Toronto évolue dans le rouge à la mi-journée

Mis à jour à 12:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.Wall Street commence la semaine en repli.