Estelle Beaudry : Un geste à la fois

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Estelle Beaudry : Un geste à la fois

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Par Martin Jolicoeur

[Photo : Martin Flamand]

Dans le monde idéal d'Estelle Beaudry, les villes feraient une plus grande place aux familles, les parcs seraient plus nombreux et le transport en commun serait - ô combien - mieux développé. Mais comme le monde n'est pas encore exactement à cette image, la jeune femme de 34 ans fait ce qu'elle peut pour le changer, un geste à la fois.

Cliquez ici pour découvrir 24 autres stars du Québec de demain

Une de ses contributions les plus marquantes, et non la moindre : la création d'Aerocycle, la première entreprise au pays spécialisée dans le démantèlement et le recyclage écoresponsable d'aéronefs. L'an passé, la PME de Saint-Jean-sur-Richelieu a fait beaucoup parler d'elle après avoir réussi à démanteler deux vieux Airbus A310 qui appartenaient à Air Transat. L'initiative a permis de récupérer 87 % des composantes des appareils, dont 83 tonnes d'aluminium, et de recycler tous les matériaux localement.

Pas mal pour cette native de Rimouski, arrivée en bas âge à Varennes, à deux pas d'un des parcs chimiques et pétrochimiques les plus importants de la province. Étrangement, c'est là, dit-elle, qu'est née chez elle une sensibilité toute particulière aux enjeux politiques et environnementaux.

Aujourd'hui, la conseillère en environnement (au sein de sa propre firme, Eko-Conseil) conduit une voiture hybride, se dit végétarienne par conviction et s'excuse presque d'aimer voyager étant donné les impacts du transport aérien sur l'environnement.

«Je me sens un peu mal [de prendre l'avion]. Mais les voyages nous nourrissent. À moi, en tout cas, ils me donnent de l'inspiration, m'apportent de nouvelles idées», explique la titulaire d'une maîtrise en gestion de l'environnement de la Lunds Universitet, en Suède, obtenue après des études en science politique à l'UQAM.

Par conviction, la ceinture noire de judo s'engage dans des causes qui lui tiennent à coeur. Entre autres, elle a donné de son temps à la Fondation David Suzuki, de même qu'à Cataléthique, un organisme qui encourage la communauté d'affaires à adopter de meilleures pratiques en développement durable et en responsabilité sociale.

D'ici 20 ans, les compagnies aériennes devraient mettre au rancart environ 12 000 avions de ligne. Alors que la majorité de ceux-ci prendront la route d'un des nombreux déserts du Sud-Ouest des États-Unis, devenus de véritables cimetières d'avions, Estelle Beaudry espère en détourner quelques-uns vers les installations d'Aerocycle.

Outre ce projet, qu'est-ce qui la préoccupe ? Ce que nous laisserons aux générations futures. Sur le plan de l'environnement, bien sûr, mais également en terme d'économie. «Tout cela est lié. Ce ne sont pas des compartiments étanches qui s'opposent, insiste- t-elle. Contrairement à ce qu'on a longtemps cru, rien n'est linéaire. L'économie est circulaire. Il faut agir en conséquence.»

Âge : 34

La ville où vous aime- riez le plus vivre ? Copenhague

Pourquoi ? Pour la qualité de vie, le vélo.

Cliquez ici pour découvrir 24 autres stars du Québec de demain

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour à 15:32 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.