Sandy Boutin : Le catalyseur de rêves

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Sandy Boutin : Le catalyseur de rêves

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

[Photo : Martin Flamand]

«Sandy s'anime quand une idée naît et qu'il commence à entrevoir le travail qu'il devra faire pour la concrétiser, soutient la chanteuse et musicienne Marie-Pierre Arthur. C'est vraiment un bâtisseur. Il ne craint pas de partir de loin pour réaliser un projet.»

Cliquez ici pour découvrir 24 autres stars du Québec de demain

Celle qui côtoie Sandy Boutin depuis plus de dix ans lui reconnaît une loyauté indéfectible, de même qu'une forte sensibilité aux rêves des autres. Il peut même carrément en faire naître un en vous ! «Il a joué un grand rôle dans ma décision de me lancer dans une carrière solo, admet la lauréate de nombreux prix. Il voyait quelque chose en moi et m'a aidée à me réaliser.»

C'est en politique que ce militant péquiste de longue date a fait ses premières armes. Il a notamment agi à titre de directeur de cabinet adjoint de Rémy Trudel en 2002-2003. Lorsque les libéraux ont pris le pouvoir en 2003, il a réorienté sa carrière vers la musique.

Originaire de Rouyn-Noranda, il participe alors à la fondation du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME). Il devient aussi gérant de Karkwa, puis fonde en 2008 sa propre maison de disques et de gérance d'artistes, Simone Records. «Être gérant d'artiste, ce n'est pas si différent que d'être attaché politique, dit-il. On travaille beaucoup dans les relations interpersonnelles et ça me plaît. J'aime le contact avec les gens.»

Sandy Boutin adore faire bouger les choses, ce qui le motive à s'engager dans la SODEC, l'ADISQ, la Fondation Musicaction et le Fonds RadioStar. «Ça demande beaucoup d'énergie, concède-t-il, mais si on ne s'investit pas, on ne peut rien changer. Je déteste l'immobilisme. J'aime prendre position.»

Il déplore le discours défaitiste ambiant et l'obsession du déficit. «Nous sommes capables de grandes choses au Québec, et l'État a un rôle à jouer. C'est un outil collectif, qui doit servir de catalyseur des ambitions de la population.»

Âge : 39

L’artiste que vous aimeriez être ? Leonard Cohen

Pourquoi ? Je suis tellement pas poète, je ne peux qu’admirer sa profondeur, sa poésie et sa sensibilité.

La personnalité internationale que vous admirez ? Winston Churchill

Pourquoi ? Passionné d’histoire et de politique, j’ai dévoré ses récits sur les deux guerres mondiales, et j’apprécie son opiniâtreté.

Cliquez ici pour découvrir 24 autres stars du Québec de demain

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: mentorat, parrainage et coaching

Édition du 20 Juillet 2019 | Les Affaires

Conscientes de leur popularité auprès des employés, les entreprises multiplient les programmes de jumelage.

Comment (enfin) savourer vos congés d'été?

21/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'étrangement les Québécois ont le chic pour... rater leurs vacances!

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour à 15:32 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.