Transformation numérique: un virage à deux vitesses au Saguenay–Lac-Saint-Jean


Édition du 25 Mai 2022

Transformation numérique: un virage à deux vitesses au Saguenay–Lac-Saint-Jean


Édition du 25 Mai 2022

Par Trium Médias

Marie Desgagné, directrice générale du Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean (Photo: courtoisie)

Un texte de Yohann Harvey-Simard

TRANSFORMATION NUMÉRIQUE. Au Saguenay–Lac-Saint-Jean comme ailleurs, la pandémie a contribué à mettre en lumière toute la pertinence qu’il peut y avoir pour les entreprises de procéder à un virage numérique. Mais alors que certaines d’entre elles embrassent le changement, d’autres s’y montrent plus réfractaires. 

En effet, selon les conclusions d’une étude réalisée en 2017 par l’institut de recherche CEFRIO, «il reste beaucoup à faire pour que la majorité des entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean entreprennent le virage du numérique pour innover davantage et ainsi être plus performantes.» 

Tandis que les entreprises du secteur tertiaire supérieur/quaternaire «ont une longueur d’avance en matière d’usage et d’intentions d’usage du numérique», celles des secteurs primaires et secondaires accusent «un retard marqué». 

Or, bien que des progrès ont été observés depuis, Marie Desgagné, directrice générale du Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean, suggère que «sur le terrain, on sent qu’il y a certaines problématiques avec ce virage-là. Le virage numérique, ça a l’air gros. Souvent, les gens se disent que ça va leur prendre beaucoup d’investissements et de temps.» 

En ce sens, le Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean mènera bientôt sa propre étude visant, entre autres, à déterminer plus précisément quels peuvent être les freins au virage numérique dans les entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

 

Accompagnement

À première vue, Marie Desgagné estime qu’un des obstacles au virage numérique se situe dans l’accompagnement, souvent absent ou insuffisant, offert aux entreprises.

« On sait qu’il y a eu énormément d’argent d’injecté et de programmes qui ont été mis en place pour accélérer ce virage-là. Cependant, quand on est rendu dans l’application, là, c’est plus difficile. On laisse les entreprises avec les outils, mais sans accompagnement pour les aider à optimiser ces outils-là. »

 

 

Main-d’œuvre

Paradoxalement, la transformation numérique se trouve également ralentie par un des problèmes qu’elle souhaite justement pallier, à savoir le manque de ressources humaines.

« Les autres défis qu’on voit, c’est au niveau de la main-d’œuvre et de la compétence numérique. Les entreprises veulent avoir de nouveaux outils, mais elles n’ont pas nécessairement les gens pour les opérer. »

En outre, la transformation numérique d’une entreprise exigera souvent un remaniement de son personnel et/ou la formation de celui-ci en vue de l’accomplissement de nouvelles tâches.

Par exemple, lorsqu’un commerce de détail déploie un nouveau site d’achat en ligne, il devra parfois « faire des changements par rapport à son personnel sur le plancher qui, auparavant, accueillait des gens, mais qui maintenant est peut-être dans l’arrière-boutique en train de préparer des commandes. Ça peut créer de la déception, et donc là aussi, les entreprises doivent être mieux accompagnées. »

 

On ne peut pas faire de miracle

Bien que le Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean de même que d’autres agences numériques peuvent offrir du soutien aux entreprises, Marie Desgagné rappelle que tout virage numérique nécessite un certain temps pour s’opérer.

« Ouvrir une boutique en ligne ne signifie nécessairement que l’on va faire des ventes du jour au lendemain », illustre-t-elle.

En ce sens, elle soutient « qu’il y a une question de marketing par rapport aux produits qu’on va mettre en ligne, par rapport aux photos, par rapport à la façon dont on va faire ressortir notre site web sur les moteurs de recherche. »

 

 

 


À la une

Le 25 juin sera plus populaire que la Saint-Jean!

EXPERT. Les modifications à l'imposition du gain en capital entreront en vigueur... le lendemain de la Saint-Jean.

Bourse: Wall Street entame la séance en baisse, refroidie par les taux obligataires

Mis à jour il y a 18 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto en baisse de plus de 200 points.

Protéger des baleines grâce à l’IA: Whale Seeker obtient 850 000$

La technologie développée par Whale Seeker permettrait de détecter ces animaux 25 fois plus rapidement que l’œil humain.