Transformer sa passion en projet d'entreprise

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Transformer sa passion en projet d'entreprise

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

« Notre principal défi a été de grandir assez pour rivaliser avec les plus grands de l’industrie », explique Patrick Curley, cofondateur de Third Side Music. [Photo : Jérôme Lavallée]

En mettant de côté la pratique du droit pour créer son entreprise, Patrick Curley a choisi de défendre ses intérêts... et ceux des artistes. Dix ans plus tard, Third Side Music, sa maison d'édition musicale, gère plus de 40 000 titres et travaille avec des géants du divertissement comme Apple et HBO ainsi que de grandes agences de publicité.

Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

Pendant que l'industrie traditionnelle de la vente de disques décline, Third Side Music fait rayonner les créateurs d'ici et d'ailleurs sur la planète. L'entreprise montréalaise se charge de placer leur musique dans différentes productions : films, jeux vidéo, etc. Elle empoche de 15 à 25 % des revenus générés par ces placements. Le reste est versé aux créateurs. C'est notamment grâce à l'entreprise de 16 employés, qui a aussi un bureau à Los Angeles, qu'une pièce du groupe québécois Groenland a servi de fond sonore à une publicité pour iPad.

C'est une des petites victoires qui font la fierté de Patrick Curley, mordu de musique, musicien et cofondateur de la maison d'édition indépendante. Cet avocat de formation a pratiqué le droit du divertissement à son compte pendant près de 15 ans. Sa rencontre avec Jeff Waye, alors représentant de l'étiquette de disques britanniques Ninja Tune, a été un moment décisif dans sa carrière.

«Il m'a confié un contrat pour le placement d'une chanson dans une publicité américaine. J'y ai tout de suite vu une occasion d'affaires.»

En 2005, les deux hommes s'associent pour fonder leur maison d'édition spécialisée en licences de synchronisation, des ententes qui régissent l'utilisation de musique pour accompagner des images.

Faire les choses différemment

Le contexte, alors que la vente de disques en magasin est perturbée par Internet, est favorable. Et il y a de la place pour faire les choses différemment. Alors que les contrats traditionnels offrent 50 % des revenus des ventes aux auteurs, ceux de Third Side Music leur permettent de toucher de 75 à 85 % du montant. De plus, les contrats de la petite maison d'édition sont d'une durée déterminée, alors qu'habituellement les artistes cèdent leurs droits à perpétuité.

Mais transformer sa passion en entreprise n'est pas simple, a constaté Patrick Curley. Car, même si les deux partenaires pouvaient compter sur un solide réseau de relations et une excellente connaissance de la musique, la gestion d'une entreprise dépasse cet intérêt, explique Alain Thériault, coach d'affaires et conseiller à la firme de marketing Exo B2B.

M. Thériault a longtemps travaillé avec des start-up. «Quand on démarre une entreprise, on a une tonne de décisions à prendre en comptabilité, en marketing, etc. Pour réussir, il faut faire preuve d'humilité, repérer ses faiblesses et trouver les ressources pour y remédier. Sinon, il y a un grand risque d'échec.»

Jouer dans la cour des grands

«Notre principal défi a été de grandir assez pour rivaliser avec les plus grands de l'industrie, explique Patrick Curley. Quand on représente un catalogue de musique, il faut payer une avance aux auteurs. Au début, on ne pouvait pas se le permettre.»

Les deux associés se sont lancés avec 150 000 $ puisés dans leurs épargnes. Ils ont aussi reçu l'aide de Ninja Tune, qui leur a permis de représenter leur catalogue, en plus d'investir dans l'entreprise. Pour commencer, Third Side Music a donc recruté des artistes prometteurs, prêts à ne pas recevoir d'avance. Des artistes comme DJ Champion ont ainsi accepté de leur faire confiance.

«Nous signons aussi des ententes avec des créateurs qui ne sont pas "grand public" et nous travaillons fort pour leur dénicher des opportunités. Nous appelons directement les producteurs pour connaître leurs besoins et leur offrir des pièces qui leur correspondent. La majorité de nos ventes provient de ces démarches», explique M. Curley.

Ce qui les distingue aussi, c'est d'avoir conservé leur indépendance. Un fait rare dans l'industrie, alors que même les producteurs indépendants sont souvent financés par de grandes entreprises, ajoute-t-il. Third Side Music a les atouts pour se positionner comme une petite entreprise à échelle humaine, mais qui rayonne partout sur la planète, juge Alain Thériault. C'est grâce à cette philosophie que l'entreprise a pu repêcher Courtney Barnett, une artiste australienne en vogue.

Jusqu'à maintenant, la recette semble fonctionner : en 2014, la maison d'édition musicale a enregistré des ventes de 4,3 millions de dollars et prévoit atteindre des revenus de plus de 6,5 M$ cette année.

Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: mentorat, parrainage et coaching

Édition du 20 Juillet 2019 | Les Affaires

Conscientes de leur popularité auprès des employés, les entreprises multiplient les programmes de jumelage.

À la une: certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, la naissance divers programmes de promotion d'achat local, comme la certification «Bien fait ici».

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.