Un nombre incroyable d'entrepreneurs se lancent sans plan d'affaires

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Un nombre incroyable d'entrepreneurs se lancent sans plan d'affaires

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Au Québec, 65 % des entrepreneurs démarrent leur entreprise sans élaborer de plan d'affaires. Une tendance encore plus importante parmi les jeunes de 18 à 34 ans, chez lesquels cette proportion grimpe à 69 %, selon un sondage mené par Angus Reid auprès de 828 propriétaires canadiens de petites entreprises et commandé par Intuit Canada.

Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

L'étude révèle aussi que les jeunes passent souvent de l'idée à l'action très rapidement. «Les résultats sont frappants dans la catégorie d'entrepreneurs issus de la génération Y : peut-être inspirés par les vedettes de l'entrepreneuriat québécois et par les start-up à succès de plus en plus nombreuses au Québec, près d'un tiers fondent leur entreprise moins d'un mois après en avoir eu l'idée, et 12 % se lancent à leur compte sans jamais avoir eu d'emploi à temps plein», explique-t-on dans la présentation du sondage.

Une réalité qui n'étonne pas Rina Marchand, directrice principale, contenus et innovation à la Fondation de l'entrepreneurship.

Chaque année, son organisme produit l'Indice entrepreneurial québécois. «La proportion des 18 à 34 ans ayant l'intention d'entreprendre a presque triplé depuis que nous compilons ces données, en 2009, et a atteint 36,6 % en 2015», précise-t-elle. Si bien que l'entrepreneuriat devient leur choix de carrière numéro un, surclassant les emplois dans la fonction publique ou dans une grande société.

Par contre, comme ils sont souvent motivés par la passion, ils passent parfois à l'action sans se préparer adéquatement. «Ils ne vérifient pas nécessairement avant de se lancer si cela répond à un réel besoin du marché. Ils négligent donc d'aller chercher les ressources techniques et l'accompagnement pour prendre leur envol», constate la directrice.

Même si ce n'est pas nécessairement une relation de cause à effet, les entreprises détenues par les moins de 35 ans sont trois fois plus nombreuses à fermer leurs portes avant d'avoir franchi le cap des 12 premiers mois que celles appartenant à des propriétaires plus âgés, selon les données compilées par la Fondation.

Le problème, c'est qu'ils ne connaissent pas les ressources disponibles ou qu'ils ne se reconnaissent pas vraiment dans ce qui existe, explique Rina Marchand. C'est pourquoi la Fondation a mis sur pied Moovjee, un concept importé de la France, qui met en réseau les jeunes entrepreneurs, en plus de leur fournir conseils d'experts, ressources, espaces de discussion, etc.

Les entrepreneurs en herbe peuvent aussi se tourner vers le Réseau M, qui regroupe quelque 1 900 mentors bénévoles au Québec.

› 20 % : En 2015, un adulte québécois sur cinq songe à créer une entreprise. Le taux d’intention entrepreneuriale était de 19 % en 2014.

› 78,2% : Proportion d’entreprises créées à partir de zéro au Québec, c’est-à-dire qui ne résultent ni d’un rachat ni d’une relève d’une entreprise existante.

› 36,6 % : Plus du tiers (36,6%) des Québécois âgés de 18 à 34 ans sont tentés par l’entrepreneuriat.

Source : Fondation de l’entrepreneurship, « Indice entrepreneurial québécois 2015 »

Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.