Des billets d'avion aller-retour à 500$ pour voyager en région

Publié le 19/04/2022 à 13:54

Des billets d'avion aller-retour à 500$ pour voyager en région

Publié le 19/04/2022 à 13:54

Par La Presse Canadienne

Les Québécois ― ainsi que tout touriste étranger ― n’auront pas à faire de démarche pour se faire rembourser, puisque le rabais sera appliqué lors de leur achat de billet. (Photo: 123RF)

TOURISME D'AFFAIRES ET D'AGRÉMENT. Les voyageurs qui désireront se rendre dans les régions du Québec n’auront pas à débourser plus de 500$ pour leurs billets d’avion aller-retour, et ce, dès le 1er juin. 

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé cette nouvelle mesure mardi, en conférence de presse à l’aéroport de Mont-Joli. 

Il a précisé que, dans les cas où le trajet nécessite des correspondances, le maximum de 500$ sera quand même appliqué à l’ensemble des déplacements, et non à chaque vol. 

Les Québécois —ainsi que tout touriste étranger— n’auront pas à faire de démarche pour se faire rembourser, puisque le rabais sera appliqué lors de leur achat de billet. Les compagnies aériennes pourront ensuite réclamer la différence au gouvernement. 

Toutes les entreprises canadiennes peuvent participer, mais «un transporteur doit desservir à l’année une destination “x” pour recevoir le montant que nous allons lui rembourser», a spécifié François Bonnardel. Par exemple, si Air Canada continue d’avoir des vols vers les Îles-de-la-Madeleine seulement l’été, ceux-ci ne seront pas admissibles au programme. Mais cela n’empêche pas d’autres vols de la même compagnie de bénéficier du rabais s’ils répondent aux exigences. 

Interrogé sur le risque que les transporteurs aériens en profitent pour hausser leurs prix, le ministre a répondu que ces derniers seront «négociés chaque année», selon des calculs d’inflation. 

Le Plan québécois de transport aérien régional disposera d’une somme totale de 261 millions de dollars sur cinq ans. 

Outre les billets à 500$, ce montant servira à reconduire les programmes d’aide d’urgence existants jusqu’au 31 mars 2023. Le gouvernement abolira aussi le seuil d’aide maximal du Programme de réduction des tarifs aériens, qui permet aux habitants de régions isolées de se déplacer à moindre coût. 

Québec compte finalement conclure des ententes avec des transporteurs aériens pour s’assurer d’avoir une desserte suffisante dans les régions, ce qui, selon le ministre Bonnardel, «doit être considéré comme un service essentiel», surtout dans les endroits isolés où l’accès à des soins de santé ou à l’éducation dépend de la capacité à se déplacer.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a déclaré qu’avec le transport facilité, « c’est un monde de possibilités qui s’ouvre aux Québécois et Québécoises » pour découvrir la province, notamment « les municipalités qui parfois peuvent avoir certaines difficultés à séduire les touristes de par la distance ». Cela s’applique aussi aux visiteurs étrangers, a-t-elle dit, puisque « le Québec, c’est une destination internationale ».

 

Les municipalités se réjouissent

Le plafonnement du prix des billets «était une demande de longue date de la part de l’Union des municipalités du Québec», a commenté Guy Caron, maire de Rimouski et représentant de l’organisme à la conférence.

Soulignant que «le transport aérien est un vecteur de développement économique pour nos régions», il s’est réjoui du fait que le rabais entre en vigueur «juste au moment où les Québécois et Québécoises commencent à planifier leurs vacances».

Le président de la Fédération québécoise des municipalités, Jacques Demers, a adressé «un grand merci» au gouvernement lors de la conférence de presse.

Ses pensées sont allées aux habitants des régions plus isolées, qui pourront se déplacer plus facilement, et ainsi avoir un meilleur accès à des services essentiels. «On nourrit le Québec à ces endroits-là, il n’y a aucune raison pour qu’on n’ait pas de services pour ces personnes-là, a-t-il dit. On va pouvoir occuper notre territoire, l’habiter.»

Le Conseil du patronat du Québec a lui aussi salué l’annonce de mardi. «En plus de plafonner les tarifs, c’est une bonne idée de prolonger les programmes d’aide jusqu’en mars 2023 pour assurer une relance graduelle du secteur», a fait valoir le président du CPQ, Karl Blackburn, dans un communiqué. «Il était urgent de reconnecter durablement toutes les régions du Québec, surtout avec la saison touristique à nos portes.»

La Fédération des chambres de commerce du Québec s’est dite favorable aux mesures dans un communiqué, mais a fait valoir qu’«il serait nécessaire de maintenir un suivi étroit quant à l’impact des mesures mises en place non seulement sur le prix, mais sur le volume de passagers et sur la rentabilité des lignes aériennes régionales».

 

Cet article a été produit par Clara Descurninges avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

 


À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour le 29/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

29/06/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.